Le point Vétérinaire Rural n° 311 du 01/12/2010
 

MALADIES INFECTIEUSES DES BOVINS

Questions Réponses

Raphaël Guatteo*, Alain Joly**, Anne-Frieda Taurel***, François Beaudeau****


*École nationale vétérinaire,
de l’agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes Atlantique-Oniris
UMR Oniris – Inra 1300 BioEpAR
Atlanpôle La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes Cedex 3
**École nationale vétérinaire,
de l’agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes Atlantique-Oniris
UMR Oniris – Inra 1300 BioEpAR
Atlanpôle La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes Cedex 3
***École nationale vétérinaire,
de l’agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes Atlantique-Oniris
UMR Oniris – Inra 1300 BioEpAR
Atlanpôle La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes Cedex 3
****École nationale vétérinaire,
de l’agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes Atlantique-Oniris
UMR Oniris – Inra 1300 BioEpAR
Atlanpôle La Chantrerie
BP 40706
44307 Nantes Cedex 3

La vaccination du prétroupeau et des mesures hygiéniques simples préviennent la transmission de Coxiella burnetii au sein des troupeaux bovins atteints de fièvre Q clinique.

Résumé

Coxiella burnetiiest un des agents infectieux les plus souvent associés à la survenue d’avortements répétés chez les bovins. La PCR sur placenta ou écouvillon vaginal s’impose pour confirmer le diagnostic de fièvre Q, examen complété si besoin est par des tests Elisa sur un échantillon d’animaux suspects. La prévalence de l’infection étant quasi nulle chez les génisses, cette population constitue la cible prioritaire d’une vaccination par un vaccin phase I. Il est le plus efficace pour prévenir la contamination des bovins encore non infectés. La pertinence de la vaccination des vaches dépend de la séroprévalence dans le troupeau adulte, évaluée par Elisa sur lait de tank. Enfin des mesures hygiéniques simples renforcent l’efficacité des mesures médicales.

COMMENT ÉTABLIR LE DIAGNOSTIC DE FIÈVRE Q ?Il est conseillé de choisir la PCR (polymerase chain reaction) comme méthode de diagnostic [2, 9, 10, 16]. Elle peut être réalisée à partir des prélèvements suivants : placenta et/ou mucus vaginal et/ou prélèvement foetal (type contenu stomacal). Compte tenu de l’absence fréquente d’excrétion concomitante dans le lait et sur mucus vaginal, le prélèvement du seul lait de la vache ayant avorté pour la réalisation d’une PCR est contre-indiqué chez les bovins. De plus, de ...
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être identifié.
Vous avez un compte ?


Mot de passe oublié ?
Vous n'avez pas de compte ?

Se créer un compte
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité