Le point Vétérinaire n° 309 du 01/10/2010
 

NÉPHROLOGIE

Thérapeutique

Jean-Claude Desfontis*, Hervé Pouliquen**


*Unité de pharmacologie et toxicologie,
École nationale vétérinaire,
agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes-Atlantique-Oniris
BP 40706, 44307 Nantes Cedex 3

En présence d’une insuffisance rénale chronique à un stade II ou plus chez le chien, tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont contre-indiqués.

Dans le rein sain, les artérioles afférentes et efférentes maintiennent les fonctions rénales constantes par des mécanismes de vasoconstriction ou de vasodilatation réflexes (figure). Chez les animaux présentant une affection rénale chronique, l’artériole afférente glomérulaire s’ouvre largement pour augmenter le taux de filtration glomérulaire, ce qui compromet la fonction d’autorégulation rénale. Selon la classification des stades de l’insuffisance rénale chronique (IRC) par l’Iris (International Renal Interest Society), dès le stade II (créatinémie comprise entre 1,4 et 2 mg/dl), plus de 75 % des néphrons de l’animal ne sont plus fonctionnels, et la capacité d’autorégulation du flux sanguin rénal devient inopérante.

Le mode d’action des AINS

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) agissent en bloquant la première étape de la chaîne de synthèse des médiateurs inflammatoires par inhibition de l’enzyme cyclo-oxygénase (Cox). Cox-1 et Cox-2 sont présentes en périphérie et assurent des rôles physiologiques par la synthèse de prostaglandines localement, notamment au niveau rénal. Dans les processus inflammatoires, l’isoforme Cox-2, dite inductible, voit son expression fortement augmentée afin de produire les médiateurs locaux de l’inflammation. Les AINS traditionnels (aspirine, carprofène, piroxicam) inhibent Cox-1 et Cox-2, alors que les AINS Cox-2 sélectifs (méloxicam, deracoxib, firocoxib) ciblent plus spécifiquement cette isoforme. D’autres AINS (tepoxalin, licofelone) inhibent à la fois Cox-1, Cox-2 et l’enzyme lipoxygénase.

La néphrotoxicité potentielle des AINS

Les potentiels effets indésirables dus à l’inhibition de la synthèse des prostaglandines rénales par les AINS sont la baisse du flux sanguin rénal et du débit de filtration glomérulaire, l’hypertension, la rétention sodée et l’œdème. Comme les deux isoformes Cox-1 et Cox-2 sont présentes et exprimées dans le rein chez le chien, tous les AINS, quelle que soit leur sélectivité pour Cox-1 ou Cox-2, ont la capacité de produire ces effets indésirables au niveau rénal. Le chien présente des niveaux d’expression de Cox-2 rénale plus élevés que les autres espèces animales, ce qui le rend plus sensible aux effets néphrotoxiques des AINS Cox-2 sélectifs. Plusieurs études expérimentales montrent l’existence de facteurs de risque qui prédisposent les chiens sous traitement avec un AINS à une insuffisance rénale aiguë (IRA). Il s’agit de la déshydratation, l’hypovolémie, l’hypokaliémie, l’anesthésie, l’exposition prolongée ou à dose excessive de néphrotoxiques et d’interactions médicamenteuses. D’autres facteurs de risque incluent la fièvre, la septicémie, l’âge, une affection rénale préexistante, une affection hépatique, une affection cardiaque et un cancer.

Face à un animal présentant potentiellement un risque de développer une IRA, l’examen clinique doit comporter une évaluation de la qualité du pouls artériel et de son état d’hydratation.

Dans les cas où la perfusion rénale est sous dépendance des prostaglandines (hypovolémie, hypotension, anesthésie générale, insuffisance rénale, etc.), l’administration des AINS provoque une réduction immédiate du flux sanguin rénal et du débit de filtration glomérulaire conduisant à des lésions hypoxiques du rein.

Les recommandations

Certaines recommandations sur l’utilisation des AINS chez le chien insuffisant rénal peuvent être proposées :

– évaluer le niveau d’atteinte rénale en cas de suspicion ;

– éviter l’administration d’AINS chez les animaux atteints d’IRC à un stade supérieur à II, sinon augmenter la surveillance ;

– maintenir une bonne hydratation de l’animal à tout moment ;

– utiliser la plus faible dose efficace ;

– changer d’AINS en cas d’effets indésirables, compte tenu des variations individuelles de sensibilité indépendamment de la sélectivité Cox-1/Cox-2.

FIGURE
Rôle de l’angiotensine II et ? des ? prostaglandines E2 dans ? l’autorégulation rénale

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité