Le point Vétérinaire n° 304 du 01/04/2010
 

Chirurgie orthopédique des bovins

Pratique

PAS À PAS

Pierre-Yves Mulon

College of Veterinary Medicine and Biomedical Sciences
Texas A&M University, 4475 TAMU, College Station
Texas 77843-4475, États-Unis
pymulon@cvm.tamu.edu

Cette technique est pratique et économique en clientèle.

Le plâtre transfixé associe la mise en place de tiges transcorticales proximalement au foyer de fracture et d’une résine sur l’ensemble du membre. Son indication principale est le traitement des fractures obliques longues ou comminutives des os métacarpiens (-tarsiens) III/IV, dont la réduction est particulièrement instable, et des fractures distales du radius ou du tibia [1-4].

L’animal anesthésié est positionné en décubitus latéral, le membre fracturé au-dessus. Après une préparation standard pour une chirurgie orthopédique, des incisions ponctiformes sont réalisées avec une lame de scalpel, jusqu’à l’os, sur les sites préalablement déterminés. Les forages sont effectués à l’aide de mèches orthopédiques de diamètres croissants. Le diamètre des tiges transcorticales, lisses ou filetées (préférables car elles tiennent plus longtemps), ne doit pas excéder 20 % du diamètre diaphysaire au site d’application [1]. Un taraudage, constant et uniforme pour ne pas altérer le filetage et bien vriller l’intégralité du cortex médial, est nécessaire avant la mise en place de tiges filetées.

Les points d’entrée et de sortie des tiges sont protégés par un bandage stérile, puis les bandes de résine sont enroulées autour des broches afin de les rendre solidaires du plâtre. Les extrémités des tiges sont ensuite coupées à l’aide de pinces et les saillies sont recouvertes de polyméthylmétacrylate (PMMA).

Ce montage réduit les forces de compression au foyer de fracture et limite son collapsus lorsque le poids est porté sur le membre.

L’animal est confiné dans un box propre durant 3 à 4 semaines, pendant lesquelles il reçoit une antibiothérapie de couverture et est surveillé quotidiennement. Une altération brutale du port de poids de l’animal sur sa résine est une indication pour son retrait prématuré afin d’évaluer le foyer de fracture. Une radiographie peut être réalisée au préalable, mais l’épaisseur de la résine limite l’observation de signes précoces d’infection.

Après 3 à 4 semaines, le cal fibrocartilagineux en voie de calcification est souvent suffisant pour assurer la stabilité du foyer de fracture. L’animal est positionné en décubitus latéral sous sédation. Une attention particulière est apportée lors de la manipulation de la scie oscillante autour des tiges. Les points d’entrée de ces dernières sont désinfectés à l’aide d’une préparation chirurgicale standard, puis elles sont retirées. Les plaies sont protégées avec un bandage stérile et une nouvelle résine plein membre est appliquée pour 3 à 4 semaines selon la nature de la fracture et l’âge de l’animal.

Les éventuelles complications sont inhérentes à la coaptation externe (ankylose articulaire, déviation angulaire) et à la présence des broches (infection, développement d’un séquestre en anneau, fracture secondaire émanant d’un trou cortical).

Le pronostic est bon pour les fractures fermées.

Exemple d’indication de la réalisation d’un plâtre transfixé Fracture comminutive des os métacarpiens III/IV chez une génisse holstein âgée de 18 mois. Les incidences latéro-médiale (A) et dorso-palmaire (B) révèlent une fracture fermée, complète, avec un degré de comminution important et un léger déplacement dorsal du segment distal.

Détermination des sites de forage La délimitation des sites de forage s’effectue à l’aide d’aiguilles hypodermiques placées le long de la diaphyse distale du tibia. Une radiographie permet de connaître avec exactitude leur positionnement. Afin de renforcer le montage et de réduire le risque de fracture dans le trou cortical, il est déconseillé de trop écarter les broches, et un angle de 30° entre elles est respecté dans le plan transversal.

Forage et positionnement de la broche Le forage est effectué sous irrigation constante pour limiter la production de chaleur. Les tissus mous sont protégés à l’aide d’un protecteur adapté à chaque diamètre de mèche. La peau du côté médial du membre est coupée avec une lame de scalpel au point de sortie de la tige. La tige transcorticale distale est déjà mise en place.

Tiges mises en place Les tiges transcorticales sont recouvertes d’un bandage stérile après leur placement. Les saillies osseuses du membre sont protégées avant la réalisation de la coaptation externe. Le membre est maintenu en traction pour obtenir la meilleure réduction possible du foyer de fracture.

Réalisation du plâtre plein membre Les bandes de résine sont trouées pour permettre une application sans relief des premières couches de plâtre aux endroits des broches transcorticales. Un serrage plus important des broches par les bandes de résine est réalisé lorsque l’épaisseur de la résine est suffisante pour assurer une meilleure cohésion entre les tiges et la coaptation externe.

Coupe des tiges transcorticales La coupe des tiges transcorticales s’effectue une fois la résine terminée pour limiter leur longueur en partie médiale du membre. Elle se réalise avec une pince-monseigneur. L’extrémité de la tige est maintenue avec une autre pince pour limiter sa projection après la coupe.

Protection Les tiges transcorticales sont protégées avec du PMMA afin de limiter la contamination et les blessures, puis une bande d’Élastoplaste® est posée.

Plâtre transfixé en place Cette génisse âgée de 3 mois est maintenue confinée dans un box après la mise en place d’un plâtre transfixé sur son membre postérieur gauche. Elle s’appuie totalement sur son plâtre, ce qui est le signe d’un confort adéquat.

Retrait des broches La résine et les tiges transcorticales sont retirées 3 à 4 semaines plus tard. La résine est sectionnée avec la scie oscillante latéralement et médialement, puis autour des tiges, pour permettre une ouverture de la coque sans traction sur celles-ci. Les tiges transcorticales sont ensuite retirées et une autre résine plein membre est appliquée.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité