Le point Vétérinaire n° 301 du 01/12/2009
 

Imagerie chez le chien et le chat

Mise à jour

LE POINT SUR…

Pascaline Pey*, Xavier Lévy**


*Résidente Imagerie médicale Université vétérinaire de Ghent
133 Salisburylaan
9820 Merelbeke, Belgique
**Centre de reproduction du Sud-Ouest
16, rue Jean-Moulin
32600 L’Isle-Jourdain

L’échographie et, dans une moindre mesure, la radiographie sont des aides précieuses et faciles à mettre en œuvre dans la datation de la mise bas chez le chien et le chat.

Résumé

En l’absence de suivi des chaleurs, il convient de vérifier l’âge gestationnel avant de définir la date de la mise bas ou de la césarienne. La radiographie peut être utilisée pour confirmer la grossesse et faciliter la détermination de l’âge gestationnel dès 45 jours après le pic de LH (luteinizing hormone). L’échographie établit un diagnostic gestationnel dès le 19eà 21e jour après le pic de LH jusqu’au terme. Elle permet également d’évaluer la viabilité du fœtus et son stress dans la période du part. Grâce aux mesures échographiques fœtales et extrafœtales, l’âge gestationnel peut être estimé de manière relativement fiable lors de la première ou de la seconde moitié de la gestation.

Chez les carnivores domestiques, la durée de gestation est incertaine quand elle est évaluée à partir de la date de la saillie. De plus, celle-ci n’est pas toujours connue. En conséquence, la date du part est imprécise. Pourtant, prévoir la durée de la gestation est essentiel afin d’assurer une gestion correcte de la mise bas ou de planifier une césarienne. La détermination du pic de LH (luteinizing hormone) et de l’augmentation de la progestérone apporte des informations importantes sur la durée de la gestation chez la chienne. Cependant, quand la gestation est hypothétique, l’échographie est le meilleur moyen de déterminer le moment de la mise bas. Les mesures échographiques des structures fœtales et extrafœtales permettent une datation précise aussi bien à un stade précoce de la gestation qu’à un stade tardif.

Radiographie

Le diagnostic radiographique de certitude de la gestation chez la chienne est tardif. En effet, la gestation d’une chienne est certaine lorsque les squelettes ossifiés des fœtus sont visibles sur le cliché. Or la minéralisation des os n’apparaît qu’après le 45e jour environ de la gestation. Il existe cependant des signes radiographiques plus précoces qui permettent de suspecter une gestation. Dès le 32e jour, l’utérus est visible sur les radiographies. Il est alors légèrement dilaté et les anses intestinales se distinguent difficilement. Vers le 35e jour, l’utérus est nettement visible et forme des renflements qui disparaissent peu à peu. Vers le 41e jour, il apparaît dilaté et de forme tubulaire. Cette dilatation est le signe radiographique le plus précoce de la gestation, mais c’est aussi le moins précis. En effet, sur un cliché radiographique, il est très difficile, voire presque impossible, de distinguer une dilatation utérine pathologique (pyomètre, hydromètre, etc.) d’une gestation.

À partir du 45e jour, le squelette du fœtus commence à se minéraliser. Il est alors beaucoup plus aisé de faire le diagnostic de gestation. Les premiers éléments osseux à apparaître sont le crâne, la colonne vertébrale et les côtes. Chez la chienne, c’est généralement la colonne vertébrale qui est visualisée en premier. Chez la chatte, il semble que ce soit la boîte crânienne, mais ces différences ne durent qu’un laps de temps. Dans l’espèce canine, à partir du 50e jour, le squelette des membres se dessine progressivement. Sont visibles la scapula, l’humérus et le fémur (50e jour), puis le radius, l’ulna et le tibia (54e jour). Le bassin pointe vers le 56e jour. Les derniers éléments minéralisés à se manifester sont les dents (63e jour) (photo 1). Dans l’espèce féline, la minéralisation se fait approximativement une semaine plus tôt. Les premiers signes peuvent être détectés par un examen radiographique entre le 34e et le 38e jour (tableau 1) [6]. Connaître la chronologie d’apparition des os peut être intéressant car elle permet d’établir le début de la gestation et donc de prévoir la date de mise bas, avec une précision qui est cependant de quelques jours. Toutefois, il est souvent difficile d’individualiser avec finesse les squelettes fœtaux, surtout lorsqu’ils sont nombreux et qu’ils se superposent. Il est ainsi difficile de suivre l’ossification fœtale avec précision. De plus se posent les difficultés de la radioprotection, tant pour la femelle gestante que pour ses fœtus et l’opérateur.

Échographie

L’échographie est une technique non dangereuse (pour l’animal et pour l’opérateur) et précise pour le diagnostic de gestation. Quand J0 ne peut être établi avec certitude et que la femelle est présentée pour un diagnostic de gestation, le jour de la mise bas peut être déterminé par un examen échographique de la croissance fœtale.

1. Au moment de l’ovulation

Déterminer la date de l’ovulation apporte une information précise quant à celle de la mise bas. Le diagnostic de grossesse ne peut être effectué qu’à partir de la 3e semaine de gestation approximativement. Du jour de l’ovulation, la gestation dure 63 jours +/– 1 jour. L’ovulation ne coïncide pas avec la date de fécondation, qui a lieu environ 2 jours plus tard. Les ovocytes sont produits spontanément au début de la première division de la méiose : ce sont des ovocytes primaires. Les étapes suivantes de la méiose se déroulent dans l’oviducte durant 2 à 3 jours.

L’ovulation peut être visualisée directement par un examen échographique. La précision de celui-ci est toutefois très controversée. L’échographie des ovaires a longtemps été considérée comme très difficile en raison de la bourse graisseuse qui enveloppe l’ovaire. Depuis peu, grâce à une nouvelle génération d’échographes, il est possible de suivre la croissance folliculaire et de détecter ainsi le moment de l’ovulation en répétant les examens [5]. Sur l’image échographique, les follicules ovariens apparaissent comme des structures rondes anéchogènes dont la taille augmente durant le prœstrus (photo 2). De 2 à 3 mm de diamètre initialement, ils atteignent de 7 à 10 mm entre le pic de LH et l’ovulation. Lorsque l’ovulation a eu lieu, les ovaires deviennent difficiles à observer en raison de la diminution de la taille ou du nombre des follicules. La silhouette de l’ovaire change : au lieu de montrer des structures anéchogènes proéminentes, il apparaît comme une petite structure ovoïde homogène. C’est pourquoi des examens échographiques biquotidiens sont préconisés.

2. Au début de la gestation

Cette période se situe avant le 35e jour pour la chienne et avant le 30e jour pour la chatte.

Les mesures échographiques des structures extrafœtales correspondent à une méthode précise pour dater la gestation et prévoir la date de la mise bas [9]. Elles sont les plus fiables, davantage que celles décrites au cours de la seconde moitié de la gestation.

Chez la chienne

• Au cours de la première partie de la gestation, le paramètre mesurable le plus fiable est le diamètre de la cavité chorionique interne (ICC) [4, 8, 12]. Sa première image est obtenue dès le 20e jour de gestation et jusqu’au 40e jour. Cette structure anéchogène au contour bien défini et de forme sphérique est très facile à mesurer (photo 3) [8]. Le diamètre de la cavité chorionique interne est apprécié à partir de la moyenne de deux mesures orthogonales effectuées du côté où se trouve la réaction trophoblastique déciduale (photo 4). Il est préférable de renouveler ces mesures au cours du même examen afin d’en améliorer la précision. Ce paramètre est corrélé de manière significative au stade de gestation. Pour prévoir la date de la mise bas, plusieurs équations, dérivées des courbes de croissance, peuvent être appliquées chez les races de petite et de moyenne tailles, alors qu’un coefficient de correction est requis dans les races de grande taille et de taille géante [4, 7, 8, 11, 12]. Le taux de réussite de la détermination de la date de mise bas à 1 jour près est de 77 % environ et de 86 % à 2 jours près chez les races de petite et moyenne tailles [8]. La mesure de ce paramètre n’est pas biaisée par l’importance de la portée ou le sex-ratio [8].

• La mesure du diamètre de la corne utérine au site d’implantation, l’épaisseur du placenta ainsi que la longueur du placenta zonaire présentent une corrélation significative avec le stage de gestation [4, 8, 11, 12]. Cependant, ces paramètres sont moins précis que la mesure du diamètre de la cavité chorionique, probablement du fait que les bords sont moins bien délimités.

Chez la chatte

Chez la chatte, l’ovulation est mesurée par des dosages hormonaux. Cependant, elle ne mène pas toujours à une gestation. De plus, l’âge du fœtus peut être établi et sa viabilité confirmée. Des anomalies sont également décelables. Le signe échographique le plus précoce évoquant une gestation est une hyperplasie utérine. Cependant, cette dernière peut être présente chez une femelle non gravide en diœstrus. La chambre de gestation apparaît comme une petite structure circulaire anéchogène visible dès le 10e jour. Elle passe de 6,9 mm au 10e jour à environ 35,7 mm au 30e jour. Au 16e jour de gestation, le placenta peut être observé au sein de la chambre : deux lignes hyperéchogènes séparées par une ligne hypoéchogène sont visualisables. Cette apparence stratifiée dure toute la gestation. À partir du 25e jour de gestation, il est possible de distinguer la nature zonaire du placenta, qui occupe la quasi-totalité de la surface de la chambre à l’exception des deux pôles. Cette structure ne change pas jusqu’à la fin de la gestation.

L’embryon est visualisable vers le 14e jour de gestation, comme un discret épaississement de la paroi de la chambre embryonnaire (photo 5). C’est seulement le 16e jour qu’il apparaît clairement au sein de la chambre. Au 17e jour, il est séparé de la paroi et prend une forme caractéristique ressemblant à la lettre “C”. Au 20e jour, il migre vers le centre de la chambre.

Chez la chatte, pendant les 30 premiers jours de gestation, il existe une corrélation linéaire entre des paramètres mesurables par un examen échographique (longueur de l’embryon ou du fœtus, diamètres interne et externe de la chambre embryonnaire) et le stade de gestation (tableau 2).

3. Vers la fin de la gestation

La fin de la gestation correspond au 36e jour et plus pour la chienne et au 30e jour et plus pour la chatte. À partir de la moitié de la gestation, de nombreuses structures fœtales apparaissent de manière évidente et sont visualisables à l’examen échographique [1, 3, 13]. Les paramètres décrits ci-dessous, très variables d’une race à l’autre, ne sont pas toujours fiables.

Chez la chienne

• La longueur tête-périnée correspond à la distance séparant le point le plus rostral du fœtus du bord caudal du périnée (photo 6). Ce paramètre est très fiable et est fortement corrélé au stade de gestation. Les meilleures conditions pour le mesurer sont réunies vers le 45e jour de gestation. Après cette date, la mesure est rendue impossible par l’incurvation du fœtus.

• Un autre paramètre parfois très intéressant est le diamètre du cœur fœtal. Les grand et petit axes sont mesurés à partir de la section sur laquelle la silhouette cardiaque apparaît la plus grande. Une moyenne est ensuite effectuée et il est alors possible d’obtenir une courbe de croissance [10]. Toutefois, cette mesure peut être très variable selon la phase du cycle cardiaque.

• Le diamètre du corps est déterminé en faisant la moyenne des deux diamètres orthogonaux mesurés dans le plan transverse au niveau du foie et de l’estomac du fœtus [4, 10, 12]. Ce paramètre est corrélé au stade de gestation (photo 7).

• Le diamètre bipariétal est le paramètre le plus fiable pour prévoir la date de la mise bas dans la seconde moitié de la gestation. Tout comme la mesure de la longueur du corps du fœtus, il est évalué dans un plan longitudinal. À ce stade, la tête du fœtus peut être identifiée, mais avec difficulté dans le plan longitudinal (photo 8). En effet, les os du crâne doivent être parallèles pour obtenir une mesure correcte. Cette donnée est fortement corrélée à la date de la gestation. De plus, l’approche technique est relativement facile. Des équations dérivant des courbes de croissance ont donc été établies. En les appliquant, le taux de réussite de la détermination de la date de la mise bas à 1 jour près est de 74 % environ et de 70 % à 2 jours près chez les races de petite et moyenne tailles (tableau 3) [8]. La mesure de ce paramètre n’est pas biaisée par l’importance de la portée ou le sex-ratio [8].

• D’autres paramètres sont proposés, comme le diamètre de la tête fœtale. Celui-ci est mesuré à partir de la coupe sur laquelle le crâne apparaît le plus grand dans un plan horizontal. La symétrie de la tête doit être respectée le plus possible pour obtenir un résultat fiable. Récemment, une étude échographique de la croissance de la partie épaisse de la vésicule télencéphalique a apporté des résultats très intéressants [2, 14]. Cette mesure, confrontée à d’autres paramètres, donne des résultats d’une haute fiabilité. La visualisation d’autres organes (reins, yeux, intestins) peut aider à définir l’âge du fœtus, mais de manière très imprécise, donc peu fiable [3].

Une étude échographique récente chez des fœtus beagles a mis en évidence que l’artère hyaloïde régresse juste avant le part [3]. Il s’agit d’une artère du fœtus qui disparaît en temps normal. Elle se situe dans le corps vitré et nourrit le cristallin pendant le développement du fœtus. Sa régression a été constatée au 61e jour pour la race beagle. La disparition d’un élément à l’examen échographique est plus fiable que l’inverse. En effet, ce qui apparaît sur le cliché dépend de la sensibilité de l’échographe et de la qualité de l’image, et donc de l’observateur. Ces paramètres, très variables d’une race à l’autre, ne sont pas toujours fiables en pratique. Par exemple, pour des saillies multiples, le propriétaire est presque obligé de revenir tous les jours chez son vétérinaire pour vérifier la vitalité cardiaque, la progestérone ou les premiers signes de la mise bas en fin de gestation.

Chez la chatte

Chez la chatte, le développement fœtal progresse très rapidement à partir du 30e jour. Entre les 29e et 30e jours, il est possible d’identifier la vessie qui se situe dans l’abdomen caudal près du cordon ombilical, ainsi que l’estomac près du foie. Dès le 49e jour, l’estomac migre caudalement par rapport au foie. Les reins peuvent être visualisés dès le 39e jour et, à partir du 50e jour, le cortex de la medulla est distinguable. L’intestin grêle et le côlon sont difficilement visibles avant le 40e jour en raison de la grande taille du foie qui occupe la quasi-totalité de l’abdomen. La différence d’échogénicité entre le foie et le poumon apparaît entre le 40e et le 50e jour. C’est seulement après le 54e jour que la structure en couche de l’intestin et le méconium sont appréciés. Les yeux sont reconnus dès le 35e jour et, en position rostrale, après le 50e jour, le cristallin est visible. Les battements cardiaques sont détectés entre le 16e et le 17e jour. Les vaisseaux principaux ne sont visibles qu’après le 50e jour (photo 9). De petits mouvements fœtaux sont constatés vers le 33e jour et ils deviennent plus évidents vers le 37e jour : flexion et extension des membres, de la tête et du cou (tableau 4). Après le 30e jour de gestation, une corrélation exponentielle entre les diamètres de l’estomac, de l’abdomen et de la tête est observée. Il est donc également possible de dater la gestation grâce à des équations [15].

Actuellement, les dosages hormonaux donnent des éléments d’information précis sur la durée de la gestation chez la chienne. Néanmoins, lorsque la gestation n’est pas sûre, une échographie est requise pour dater la mise bas. Les mesures échographiques des structures fœtales et extrafœtales permettent une datation précise du début et de la fin de la gestation. Cette datation présente plusieurs intérêts pratiques : utiliser un protocole d’avortement adéquat, ou gérer dans les meilleures conditions possibles une mise bas ou une césarienne. Cela permet de prévenir la réalisation prématurée d’une césarienne ou, à l’inverse, de l’indiquer lorsque le terme est passé. De plus, chez les races brachycéphales, qui présentent de fréquentes disproportions entre la tête et le corps, cet examen permet d’évaluer la maturité fœtale et de réduire ainsi la mortalité néonatale.

Références

  • 1 – Beccaglia M, Anfuso F, Luvoni GC. Ultrasonographic identification of fœtal brain structures during pregnancy in the dog. Proc. 3rd Ann. Congr. EVSSAR. 2003:115-116.
  • 2 – Beccaglia M, Luvoni GC. Ultrasonographic study during pregnancy of the growth of an encephalic portion in the canine foetus. Vet. Res. Commun. 2004;28:161-164.
  • 3 – Boroffka S. Ultrasonographic evaluation of pre- and post-natal development of the eyes in beagles. Vet. Radiol. Ultrasound. 2005;46:72-79.
  • 4 – England GCW, Allen WE, Porter DJ. Studies on canine pregnancy using B mode ultrasound: development of the conceptus and determination of gestational age. J. Small Anim. Pract. 1990;31:324-332.
  • 5 – England GCW, Yeager AE. Ultrasonographic appearance of the ovary and uterus of the bitch during oestrus, ovulation and early pregnancy. J. Reprod. Fert. Suppl. 1993;47:107-117.
  • 6 – Haney DR, Levy JK, Newell SM, Graham JP, Gorman SP. Use of skeletal mineralization for prediction of parturition date in cats. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2003;223:1614-1616.
  • 7 – Kutzler MA, Yeager AE, Mohammed HO, Meyers-Wallen VN. Accuracy of canine parturition date prediction using fetal measurements obtained by ultrasonography. Theriogenol. 2003;60:1309-1317.
  • 8 – Luvoni JC, Grioni A. Determination of gestation age in medium and small size bitches using ultrasonographic fetal measurements. J. Small Anim. Pract. 2000;41:292-294.
  • 9 – Luvoni GC, Beccaglia M. The prediction of parturition date in canine pregnancy. Reprod. Domest. Anim. 2006;41:27-32.
  • 10 – Moriyoshi M, Waki Y, Nakao T, Kawata K. Observation of the growth of a beagle embryo and fetus by ultrasonography. J. Vet. Med. Sci. 1996;58:443-445.
  • 11 – Son C, Jeong K, Kim J, Park I, Kim S, Lee C. Establishment of the prediction table of parturition day with ultrasonography in small pet dogs. J. Vet. Med. Sci. 2001;63:715-721.
  • 12 – Yeager AE, Mohammed HO, Meyers-Wallen VN, Vannerson L, Concannon PW. Ultrasonographic appearance of the uterus, placenta, fetus, and fetal membranes throughout accurately timed pregnancy in Beagles. Am. J. Vet. Res. 1992;53:342-351.
  • 13 – Zambelli D, Castagnetti C, Belluzzi S, Bassi S. Correlation between the age of the conceptus and various ultrasonographic measurements during the first 30 days of pregnancy in domestic cats (Felis catus). Theriogenol. 2002;57:1981-1987.
  • 14 – Zambelli D, Castagnetti C, Belluzzi S, Paladini C. Correlation between fetal age and ultrasonographic measurements during the second half of pregnancy in domestic cats (Felis catus). Theriogenol. 2004;62:1430-1437.
  • 15 – Zambelli D, Prati F. Ultrasonography for pregnancy diagnosis and evaluation in queens. Theriogenol. 2006;66:135-144.

POINTS FORTS

• La radiographie ne permet le diagnostic de gestation qu’à partir du 45e jour après la saillie environ. Elle est toutefois plus précise que l’échographie dans le comptage des fœtus, particulièrement en fin de gestation.

• L’échographie est une technique précise et, surtout, non dangereuse pour le diagnostic de gestation. Un diagnostic gestationnel précoce est possible dans la 3e semaine (21e jour généralement).

• Plusieurs paramètres (structures fœtales et extrafœtales) calculables en phase précoce ou tardive permettent de dater la gestation de manière assez précise.

• Ces paramètres, très variables d’une race à l’autre, sont quelquefois peu fiables en pratique et il convient de renouveler leurs mesures au cours du même examen afin d’en améliorer la précision.

• Ils doivent être interprétés à la lumière de la clinique (vitalité cardiaque, premiers signes de mise bas en fin de gestation) et des dosages hormonaux.

Examen radiographique de l’abdomen d’une chienne gestante. Les tibias sont visibles, alors que le bassin n’est pas encore minéralisé. La gestation peut donc être approximativement datée de 54 à 56 jours.

Ovaire en coupe échographique sagittale qui présente de nombreux follicules. La taille augmentée des follicules (8 à 9 mm) laisse à penser que la chienne est en prœstrus.

Corne utérine en coupe échographique sagittale. Une ampoule est visible (flèches orange) au sein de la corne utérine (flèches bleues).

Exemple de mesure de la cavité chorionique chez une chienne jack russell terrier gestante. La moyenne des deux diamètres mesurés (lignes jaunes) est de 1,24 cm. Selon l’équation concernant les races de petite taille, la gestation se trouve à un stade de 25 jours.

Coupe échographique transversale de l’abdomen caudal au 14e jour chez une chatte. Un discret épaississement de la paroi de la chambre embryonnaire est visible (flèche jaune).

Exemple de mesure de la longueur du fœtus (tête-croupe) chez la chienne de la photo 4. La longueur étant de 2,8 cm, la gestation est évaluée à 35 jours grâce aux équations.

Mesure du diamètre du corps obtenue par la moyenne des deux diamètres orthogonaux dans le plan transverse au niveau du foie et de l’estomac du fœtus.

Diamètre bipariétal. Les os du crâne (flèches orange) sont presque parallèles.

Examen échographique d’une chatte gestante. La gestation est estimée à plus de 50 jours en raison de la différence d’échogénicité entre le foie et les poumons et également de la position caudale de l’estomac comparativement à celle du foie. La veine cave craniale est visualisable en coupe longitudinale, et les veines cave caudale et porte sont visibles en coupe transversale. Les couches intestinales n’étant pas encore individualisables, la datation de gestation est estimée inférieure à 54 jours.

Tableau 1 : Dates d’apparition des premiers signes radiographiques de minéralisation après la saillie chez le fœtus félin

Tableau 2 : Diamètres interne et externe de la chambre embryonnaire et longueur de l’embryon chez la chatte durant les 30 premiers jours de gestation

Tableau 3 : Dates d’apparition de structures extrafœtales et fœtales à l’examen échographique chez la chienne

Tableau 4 : Diamètres abdominal, bipariétal et stomacal chez la chatte durant les 30 derniers jours de gestation

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité