Le point Vétérinaire n° 299 du 01/10/2009
 

Reproduction canine

Pratique

PAS À PAS

Audrey Pierson*, Samuel Buff**


*Université de Lyon, ENV de Lyon, Cerrec et unité clinique de reproduction
1, avenue Bourgelat, 69280 Marcy-L'Étoile
**Université de Lyon, ENV de Lyon, Cerrec et unité clinique de reproduction
1, avenue Bourgelat, 69280 Marcy-L'Étoile

Cet examen est complémentaire des méthodes de détection des chaleurs.

Le suivi des chaleurs reste un élément incontournable dans la gestion de la reproduction chez la chienne. Récemment, l’échographie est venue en complément des méthodes de dosages hormonaux et de frottis vaginaux, mais elle peut se révéler techniquement difficile chez la chienne, les ovaires étant situés dans l’angle costo-vertébral, noyés dans la graisse de la bourse ovarique [5]. De plus, l’interprétation des images échographiques ovariennes est moins aisée que chez les autres espèces.

Une étude qui comporte 48 chiennes de races différentes suivies pendant leurs chaleurs par échographie et dosages hormonaux (progestérone et LH) a montré que le jour de l’ovulation était clairement identifié par échographie ovarienne chez 91,7 % d’entre elles [4]. Chez 4 chiennes, toutes de grandes races, l’aspect des ovaires lors de l’ovulation était plus imprécis.

Chez la plupart des chiennes, l’ovulation apparaît complète en 24 heures ; chez 14 d’entre elles, elle survient en moins de 12 heures. Il n’existe pas de différence entre l’ovaire droit et l’ovaire gauche pour le moment d’ovulation.

L’échographie ovarienne peut néanmoins poser quelques difficultés [3, 4]. Les follicules ovariens ont un aspect très similaire juste avant et juste après l’ovulation [1]. Certains follicules rompus ne se collabent pas toujours complètement lors de l’ovulation, et sont alors remplacés progressivement par du tissu lutéal, conservant ainsi un aspect hypoéchogène dans les jours qui suivent l’ovulation. De plus, les follicules qui n’ont pas ovulé peuvent compliquer l’interprétation des images. Pour ces raisons, il est conseillé de pratiquer au moins deux échographies par jour afin de déterminer l’ovulation avec précision [2]. De plus, il a été démontré qu’un examen échographique par jour permettait à lui seul d’augmenter, chez 20 % des chiennes, la précision du diagnostic d’ovulation, par rapport à un dosage de progestérone seul [4]. La nécessité de tondre des chiennes destinées à des expositions est aussi un inconvénient, mais il est possible d’appliquer une quantité de gel afin de limiter au minimum la zone à tondre, et cela est souvent suffisant chez les chiennes à poils courts.

L’échographie représente un nouvel outil, complémentaire des méthodes classiques de suivi des chaleurs. Elle permet d’apporter une précision non négligeable surtout lors d’utilisation de semence de moindre qualité et à moindre durée de vie, comme lors d’insémination avec une semence réfrigérée ou congelée.

Références

  • 1 – Boyd JS, Renton JP, Harvey MJA et coll. Problems associated with ultrasonography of the canine ovary around the time of ovulation. J. Reprod. Fertil. Suppl. 1993;47:101-105.
  • 2 – England GC, Yeager AE et coll. Ultrasonography appearance of the ovary and uterus of the bitch during oestrus, ovulation and early pregnancy. J. Reprod. Fertil. Suppl.1993;47:107-117.

Position de la chienne sur la table Les ovaires de la chienne ont une position relativement fixe dans l’abdomen. Ils sont plaqués contre la paroi par les autres viscères, localisés en regard de la troisième ou de la quatrième vertèbre lombaire, au pôle caudal du rein. L’animal est placé en décubitus latéral droit puis latéral gauche. La position debout peut être utile, surtout pour l’ovaire droit, plus cranial.

Échographe et sondes La plupart des images peuvent être obtenues en utilisant une sonde linéaire ou semi-convexe de 7,5 MHz, les ovaires étant très superficiels, directement sous la peau. Cependant, il est parfois nécessaire de recourir à des sondes de plus hautes fréquences (8 à 10 MHz) pour confirmer des changements discrets au sein de l’ovaire. L’examen peut se révéler plus difficile chez des chiennes obèses, de très grande taille ou qui présentent une peau épaisse (shar peï, terre-neuve).

Ovaire en anœstrus La technique consiste à repérer les reins et à examiner la région caudo-latérale à ces derniers. Les ovaires sont dans leur bourse ovarique, au centre d’un panicule adipeux. Il est préférable de commencer par l’ovaire gauche, plus facile à trouver. L’ovaire droit est plus difficile à atteindre et les intestins peuvent gêner le manipulateur. Au cours de l’anœstrus, l’ovaire apparaît de petite taille et ovale. Son aspect est homogène et son échogénicité est semblable à celle du cortex rénal.

Ovaire en phase de proœstrus En proœstrus, les ovaires sont relativement faciles à examiner à l’échographie malgré leurs petites tailles (sur cette photo, l’ovaire ne dépasse guère 1,5 cm pour une chienne de race bearded collie d’une vingtaine de kilos). Plusieurs petits follicules circulaires anéchogènes entourés par une paroi échogène fine de moins de 1 mm d’épaisseur sont visibles. Dans ce cas, les plus gros follicules se situent entre 3 et 6 heures et leur taille varie entre 4 et 5 mm (*).

Ovaire en phase d’œstrus La taille des ovaires augmente en raison de l’accumulation d’une grande quantité de liquide dans les follicules. L’ovaire prend un aspect mûriforme. La paroi du follicule devient plus épaisse (supérieure à 1 mm) et plus échogène, parallèlement à la lutéinisation préovulatoire. Selon la taille de la chienne, celle des follicules varie entre 6 et 9 mm.

Follicules juste avant l’ovulation La paroi des trois follicules apparaît très épaissie et bien supérieure à 1 mm. Leur taille est supérieure à 6 mm. Rapidement après l’ovulation, des corps jaunes hémorragiques apparaissent sur l’ovaire. Leur aspect peut être très semblable aux follicules préovulatoires. Il est donc très important d’effectuer une échographie des deux ovaires quotidiennement, d’enregistrer les images et au besoin de les revisualiser avant de pratiquer le nouvel examen.

Ovaire le jour suivant l’ovulation Entre 9 et 3 heures, une disparition complète des cavités folliculaires (collapse folliculaire) est notée. Plusieurs structures hypoéchogènes intraovariennes sont visibles entre 3 et 6 heures, comme cela se produit chez approximativement 50 % des chiennes. Il convient donc de veiller à ne pas attendre l’ovulation de tous les follicules avant d’envisager la saillie, mais de toujours corréler les images aux taux hormonaux.

Ovaire en diœstrus Sur cette image, la majorité des follicules a disparu après l’ovulation. Noter la présence de quatre corps jaunes qui apparaissent comme des zones hypoéchogènes dans le stroma ovarien. Leur paroi est très épaisse et très circonvolutionnée. Après l’ovulation, du liquide s’est accumulé entre l’ovaire et la bourse ovarique sans que cela ne soit pathologique.

Ovaire kystique L’échographie est également un moyen technique très utile pour vérifier l’absence de kyste ovarien. Lorsque les structures folliculaires dépassent 1 cm de diamètre, il s’agit de kyste ovarien. Ils représentent une cause assez fréquente d’infertilité ou d’intervalles interœstrus trop courts. Sur cette photo, plusieurs cavités anéchogènes dont une dépasse 1cm sont observées. La corne utérine est de plus dilatée par du liquide, signant un pyomètre.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité