Le point Vétérinaire n° 293 du 01/03/2009
 

Maladies infectieuses félines

Mise à jour

AVIS D’EXPERTS

Anne-Claire Chappuis-Gagnon*, Luc Chabanne**, Diane Addie***


*Clinique vétérinaire
47, avenue Valioud
69110 Sainte-Foy-lès-Lyon
**Service de médecine interne
ENV de Lyon, 1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-L’Étoile
***Feline Institute Pyrenees
Maison Zabal, 64470 Etchebar
www.catvirus.com

Il n’existe pas de test simple pour diagnostiquer avec certitude une péritonite infectieuse féline. Il convient donc de multiplier les examens complémentaires selon la forme clinique suspectée.

Résumé

La péritonite infectieuse féline est due à l’action pathogène d’un coronavirus appelé FCoV. La plupart des chats s’infectent (phase de virémie), excrètent le FCoV pendant un ou deux mois, puis l’éliminent. Seuls certains individus à la faveur d’un stress développent la maladie. Le diagnostic clinique est difficile et le recours à des examens de laboratoire est indispensable. Lors de forme humide, un examen biochimique et cytologique du liquide d’épanchement s’impose ainsi que le titrage en anticorps (Ac) anti-FCoV. Celui-ci est souvent très élevé. Un résultat négatif au test sérologique rapide n’exclut pas la PIF. La réalisation d’une RT-PCR sur sang total est alors intéressante.

Lorsqu’une forme sèche est suspectée, un titrage des Ac anti-FCoV est effectué. Il est généralement élevé. Si le titre est égal à zéro, l’hypothèse de PIF est exclue. En revanche, la présence d’Ac anti-FCoV chez un chat sain n’établit pas un diagnostic de PIF. Seule la RT-PCR sur selles indique si le chat est excréteur. Aucun traitement à ce jour n’est efficace.

La péritonite infectieuse féline (PIF) se définit comme une polysérite, c’est-à-dire une inflammation des séreuses de type pyogranulomateuse, due à l’action pathogène d’un coronavirus félin (FCoV), responsable de lésions de vascularite (atteinte des endothéliums vasculaires) et, selon les formes cliniques, d’épanchements séreux (forme humide typique, avec notamment un épanchement abdominal) ou de pyogranulomes à la surface des séreuses (plèvre, péritoine, mésentère) et au sein de divers tissus (encéphale, rate, foie, reins et/ou poumons) (photos 1 et 2). Bien qu’elle soit due ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...