Le point Vétérinaire n° 372 du 01/01/2017
 

MÉDECINE INTERNE FÉLINE

Thérapeutique

Amandine Drut*, Yassine Mallem**


*Centre Hospitalier Vétérinaire
École nationale vétérinaire, agroalimentaire
et de l’alimentation des Nantes Atlantique – Oniris, Atlanpôle la Chantrerie,
BP 40706, 44307 Nantes cedex 3
**Auteur-coordinateur

L’amlodipine est la molécule de choix dans le traitement de l’hypertension artérielle systémique chez le chat. Une spécialité vétérinaire a été développée dans cette indication (Amodip®).

L’hypertension artérielle systémique (HTA) est une affection fréquente chez le chat âgé, pouvant être primaire (idiopathique) ou secondaire à des maladies prédisposantes (maladie rénale chronique, hyperthyroïdie, etc.). Non traitée, l’HTA peut engendrer des lésions d’organes cibles pouvant être rénales, oculaires, cérébrales et/ou cardiaques. Depuis la démonstration de la faible efficacité des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) chez les chats atteints d’HTA, l’amlodipine est apparue comme la molécule de première intention dans cette indication [4]. Une spécialité vétérinaire a été développée pour l’espèce féline (Amodip®(1)).

Efficacité cliniquement démontrée

L’amlodipine est une dihydropyridine agissant en tant qu’inhibiteur des canaux calciques à action vasculaire préférentielle (figure). Son effet anti-hypertenseur est lié à une diminution de la résistance vasculaire systémique induite par une vasodilatation périphérique artériolaire. L’essai clinique conduit dans le cadre de la commercialisation de l’Amodip® a montré une diminution de la pression artérielle systolique (PAS) d’environ 30 mmHg après 1 mois de traitement [3]. La dose initiale recommandée est de 0,125 à 0,25 mg/kg/j par voie orale, en une prise quotidienne. À la suite de l’initiation du traitement ou après chaque modification de dose, un contrôle de la pression artérielle est recommandé après 7 à 10 jours dans la plupart des cas (ou après 1 à 3 jours lors de lésions d’organes cibles oculaires et/ou nerveuses) [2]. Le suivi à long terme est ensuite conseillé tous les 1 à 4 mois. La dose d’amlodipine peut être augmentée jusqu’à 0,5 mg/kg/j, l’objectif thérapeutique idéal étant d’atteindre une PAS inférieure à 150 mmHg. Chez le chat, les effets sur la pression artérielle sont observés dans les 4 heures qui suivent l’administration du médicament et peuvent persister jusqu’à 30 heures, autorisant une prise unique journalière [1]. De plus, la spécialité vétérinaire de l’amlodipine est appétente [3].

Peu d’effets indésirables et de contre-indications

Les effets secondaires rencontrés sous traitement à l’Amodip® sont des signes digestifs transitoires (vomissements, diarrhée, anorexie) d’intensité légère à modérée, de la léthargie et l’apparition d’une déshydratation [2]. Les effets indésirables plus rarement décrits chez le chat (non retrouvés dans l’essai clinique) sont une azotémie, une hypokaliémie, une tachycardie réflexe, une perte de poids et une hyperplasie gingivale.

Lors de maladie rénale chronique, l’administration d’amlodipine seule est controversée en raison du risque d’aggravation de l’hypertension glomérulaire associé à l’induction d’une vasodilatation de l’artériole afférente rénale. Toutefois, l’utilisation concomitante d’un IECA ne fait pas l’objet d’un consensus chez le chat (excepté dans l’indication de la réduction d’une protéinurie persistante rénale).

Conclusion

L’amlodipine est la molécule de choix dans le traitement de l’HTA chez le chat, en raison de son efficacité prouvée cliniquement et de son innocuité. Sa pharmacocinétique et la forme galénique de la spécialité vétérinaire lui confèrent une bonne observance de traitement (dosage unique journalier, palatabilité).

  • (1) Comprimés bisécables contenant 1,25 mg d’amlodipine.

Références

  • 1. Brown S. Amlodipine and hypertensive nephropathy in cats. In : Proceedings of the 19th ECVIM-CA annual congress, Porto. 10-12 septembre 2009. [en ligne]. Consulté le 2 janvier 2017.
  • 2. Brown S, Atkins C, Bagley R et coll. Guidelines for the identification, evaluation, and management of systemic hypertension in dogs and cats. J. Vet. Intern. Med. 2007;21:542-558.
  • 3. Huhtinen M, Derré G, Renoldi HJ et coll. Randomized placebo-controlled clinical trial of a chewable formulation of amlodipine for the treatment of hypertension in client-owned cats. J. Vet. Intern. Med. 2015;29:786-793.
  • 4. Steele JL, Henik RA, Stepien RL. Effects of angiotensin-converting enzyme inhibition on plasma aldosterone concentration, plasma renin activity and blood pressure in spontaneously hypertensive cats with chronic renal disease. Vet. Ther. 2002;3:157-166.

Conflit d’intérêts

Aucun.

NOTE DE LA QUALITÉ SCIENTIFIQUE DES INFORMATIONS DISPONIBLES

Cette échelle issue de la médecine factuelle vous permet de savoir quel est le niveau de preuve apporté par cet article. 1 : études in vitro, avis d’experts, données physiopathologiques ; 2 : existence de publications sur des cas identiques ; 3 : études contrôlées fiables (essais cliniques).

FIGURE
Mécanisme d’action de l’amlodipine à l’échelle d’une cellule musculaire lisse vasculaire

L’amlodipine inhibe les canaux calciques de type L. La pression artériolaire chute pour les organes cibles.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité