Le point Vétérinaire n° 357 du 01/07/2015
 

MÉDECINE PRÉVENTIVE

Thérapeutique

Ludovic Freyburger*, Yassine Mallem**


*Immunologie clinique et médecine préventive
VetAgro Sup, Campus vétérinaire de Lyon
1, avenue Claude-Bourgelat, 69280 Marcy-L’Étoile
ludovic.freyburger@vetagro-sup.fr
**Auteur-coordinateur

Depuis 2011, un vaccin est disponible en France contre la leishmaniose. Qu’en est-il des bénéfices et des risques associés ?

Présente en France, notamment sur le pourtour méditerranéen, la leishmaniose est une maladie zoonotique, due à un protozoaire du genre Leishmania. Le chien, réservoir clairement identifié, est contaminé par vectorisation des promastigotes infectants par un phlébotome (photo). Selon la réponse immunitaire mise en place dans l’organisme, les parasites qui évoluent dans le système des phagocytes mononucléés vont se disséminer (réponse immunitaire principalement humorale/Th2) ou être éradiqués (réponse immunitaire principalement cellulaire/Th1). Cette maladie peut présenter de nombreux tableaux cliniques différents, dont la pathogénie repose grandement sur les conséquences délétères des réponses immunitaires mises en jeu (réactions d’hypersensibilité de type III à l’origine de symptômes cutanés, articulaires et rénaux, notamment, conduisant à l’insuffisance rénale qui entraîne la mort de l’animal le plus souvent).

La prophylaxie médicale contre la leishmaniose repose sur l’utilisation d’antiparasitaires externes à visée répulsive contre les phlébotomes et sur la protection vaccinale contre les leishmanies.

Bénéfices de la vaccination

Seul le vaccin CaniLeish® est commercialisé en France. Ce vaccin inerte est composé d’antigènes excrétés/sécrétés purifiés de leishmanies et adjuvé par une saponine, le QA21. L’étude de Moreno et coll. publiée en 2012 démontre l’impact de la vaccination sur la réponse immunitaire cellulaire : les chiens vaccinés selon le protocole prévu dans l’autorisation de mise sur le marché (AMM) développent une réponse immunitaire orientée TH1 [2]. Le nombre de lymphocytes spécifiques, leur fonctionnalité mesurée par la sécrétion d’IFNγ et la capacité leishmanicide des macrophages sont significativement augmentés 21 jours après la dernière injection, dans le groupe vacciné par rapport au groupe contrôle. La production d’anticorps est également augmentée, avec un profil IgG2. Des travaux complémentaires ont prouvé l’efficacité de cette réponse sur une année [3]. Ces résultats ont été confirmés récemment par une étude de terrain contrôlée en double aveugle dans une zone à forte pression parasitaire [4]. 92,7 % des chiens vaccinés sont non symptomatiques après 2 ans, contre seulement 76,9 % des chiens non vaccinés. L’efficacité du vaccin concernant la réduction d’animaux symptomatiques est de 68,4 %. Une utilisation de ce vaccin semble donc apporter un réel bénéfice dans la lutte contre le développement de la maladie.

Risques liés à l’utilisation du vaccin

Depuis 2011, des suivis de pharmacovigilance ont été menés permettant de tenir compte d’effets indésirables qui apparaîtraient consécutivement à l’utilisation d’un grand nombre de doses vaccinales.

Deux rapports européens concernant la pharmacovigilance vétérinaire ont été publiés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail en 2013 et en 2015 [1, 5]. Le vaccin a été impliqué dans au moins 10 cas graves qui ont fait l’objet d’une déclaration en 2012, classant comme rare l’incidence de ces cas (entre 1 et 10 animaux sur 10 000). Très souvent, les cas ne « sont absolument pas spécifiques du CaniLeish® », comme le mentionne le rapport. Une survenue possible, quantifiée de très rare, de nécrose cutanée a entraîné la modification du résumé des caractéristiques du produit de CaniLeish® en ce sens. Le rapport de 2015 sur les cas de pharmacovigilance de 2013 confirme cette tendance, sans noter d’augmentation des cas.

Le rapport bénéfices/risques du médicament n’a pas été modifié à la suite de ce suivi.

Conclusion

L’utilisation du vaccin dans la stratégie prophylactique contre la leishmaniose reste à considérer fortement en fonction du lieu et du mode de vie de l’animal.

REMERCIEMENTS

Remerciements au professeur Didier Pin pour la photographie.

Références

  • 1. Barbot D, Begon E, Colmar C et coll. Pharmacovigilance vétérinaire : les principaux événements 2013 en matière d’effets indésirables des médicaments vétérinaires et de surveillance du marché. 2015. Consulté le 22 mai 2015, sur HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01102296/document
  • 2. Moreno J, Vouldoukis I, Martin V et coll. Use of a LiESP/QA-21 vaccine (CaniLeish) stimulates an appropriate Th1-dominated cell-mediated immune response in dogs. 2012. Consulté le 22 mai 2015, sur PLoS Negl Trop Dis: http://journals.plos.org/plosntds/article?id=10.1371/journal.pntd.0001683
  • 3. Moreno J, Vouldoukis I, Schreiber P et coll. Primary vaccination with the LiESP/QA-21 vaccine (CaniLeish) produces a cell-mediated immune response which is still present one year later. Vet. Immunol. Immunopathol. 2014;158:199-207.
  • 4. Oliva G et coll. A randomised, double-blind, controlled efficacy trial of the LiESP/QA-21 vaccine in naïve dogs exposed to two Leishmania infantum transmission seasons. 2014. Consulté le 22 mai 2015, sur PLoS Negl Trop Dis: http://www.plosntds.org/article/Related/info:doi/10.1371/journal.pntd.0003213
  • 5. Orand JP, Laurentie S, Begon E et coll. Pharmacovigilance vétérinaire. Le système français de pharmacovigilance et les principaux événements 2012 en matière d’effets indésirables. Rapport annuel. 2013. Consulté le 22 mai 2015, sur HAL : https://hal-insu.archives-ouvertes.fr/hal-00876990/document

Conflit d’intérêts

Aucun.

Un chien leishmanien.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité