Le point Vétérinaire n° 356 du 01/06/2015
 

RADIOLOGIE

Quel est votre diagnostic ?

Guillaume De Zan*, Françoise Roux**


*Interne en médecine et chirurgie
des animaux de compagnie
**Service des urgences et soins intensifs
CHUV Oniris, École nationale vétérinaire de Nantes
Atlanpole La Chantrerie
Route de Gachet, CS 40706
44307 Nantes Cedex 3

Présentation clinique

Un chien malinois mâle entier âgé de 1 an et 9 mois est présenté pour une dysorexie, un abattement intense, des vomissements et un amaigrissement important évoluant depuis environ 1 semaine.

Il présente également des difficultés respiratoires depuis quelques jours.

À l’examen clinique, l’animal est très abattu, déshydraté (5 %) et maigre (score corporel de 3/9). Une dyspnée restrictive associée à une toux de faible intensité, quinteuse et sèche est aussi observée.

Face à ces signes cliniques de dyspnée, des radiographies thoraciques de face et de profil, ainsi que des analyses sanguines sont réalisées pour compléter l’exploration (photos 1 et 2).

Qualité de l’image

→ La densité, le contraste, la netteté et la finesse des détails sont satisfaisants.

→ La partie caudale du sternum n’est pas visualisable sur la radiographie de profil.

→ Les clichés ont été pris en inspiration.

Description de l’image radiographique

→ La cage thoracique et l’espace pleural sont normaux.

→ Anomalie médiastinale : sur la vue de profil, la partie craniale de la silhouette cardiaque n’est plus visible. Elle est masquée par une opacification de type liquidien. La trachée est déplacée dorsalement. Le cliché de face montre aussi un élargissement du médiastin cranial. L’ensemble de ces éléments est compatible avec une masse médiastinale cranio-ventrale.

→ Anomalie des champs pulmonaires : sur les deux clichés, de nombreuses structures circulaires ou tubulaires soulignées par des traits fins radio-opaques (images dites en anneaux ou en rails) sont compatibles avec des bronches visualisables en raison de l’épaississement de leur paroi. Il s’agit d’opacifications bronchiques diffuses.

Interprétation

→ La masse médiastinale explique la dyspnée restrictive et la toux de faible intensité. Le jeune âge de l’animal et la répercussion rapide et très importante sur l’état général font suspecter un lymphome médiastinal.

→ Le dosage de la calcémie totale révèle une hypercalcémie marquée (158 mg/l), et une numération et une formule sanguines mettent en évidence une thrombopénie sévère (39 x 103/µl) confirmée au frottis. À la suite de l’hypothèse de lymphome médiastinal, la thrombopénie et l’hypercalcémie sont suspectées comme étant des syndromes paranéoplasiques qui confortent l’hypothèse principale et qui assombrissent le pronostic. Devant la rapide dégradation de l’état de l’animal et le mauvais pronostic, une euthanasie est décidée. L’autopsie et l’analyse histologique confirment la présence d’un lymphome médiastinal, associé à des infiltrations tumorales hépatique, rénale et splénique. Des calcifications diverses en regard des reins, de la plèvre et des artères pulmonaires sont présentes, probablement en raison de l’hypercalcémie paranéoplasique prolongée.

DISCUSSION

Le diagnostic différentiel des masses médiastinales cranio-ventrales inclut : une adénomégalie médiastinale (réactionnelle ou tumorale dont le lymphome), une néoplasie (thymome, chémodectome, carcinome thyroïdien ou parathyroïdien lors de localisation ectopique), un jabot œsophagien, un abcès médiastinal (perforation œsophagienne, etc.), un kyste médiastinal [2, 3].

L’amaigrissement rapide doit faire suspecter une atteinte néoplasique.

Le lymphome est la première tumeur médiastinale, devant le thymome qui reste une maladie rare. Il s’agit également de la première tumeur maligne chez le jeune animal, tandis que le thymome est généralement retrouvé chez des animaux âgés, avec une médiane de 9 ans [3].

Les lymphomes médiastinaux sont généralement des lymphomes T, de moins bon pronostic. Ce type de tumeur est souvent associé à une hypercalcémie paranéoplasique (20 à 40 % des lymphomes et jusqu’à 50 % des lymphomes médiastinaux) [1, 3].

Une thrombopénie se retrouve dans 30 à 50 % des cas de lymphome et peut alors signer une infiltration de la moelle osseuse, assombrissant le pronostic [3].

Références

  • 1. DiBartola SP. Fluid, electrolyte, and acid-base disorders in small animal practice. 4th ed. Saunders-Elsevier, St. Louis. 2012:1520p.
  • 2. Thrall DE. Textbook of veterinary diagnostic radiology. 6th ed. Elsevier, St. Louis. 2013:864p.
  • 3. Withrow SJ, Vail DM, Page RL. Withrow & McEwen’s small animal clinical oncology. 5th ed. Elsevier, St. Louis. 2013:768p.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Radiographie thoracique de face Élargissement du médiastin cranial ; 1. Disparition de la silhouette cardiaque craniale (pointillés bleus). 2. Opacité bronchique diffuse (pointillés rouges).

Radiographie thoracique de profil 1. Perte de radio-transparence de la région cranio-ventrale (pointillés rouges). 2. Disparition de la silhouette cardiaque craniale (pointillés bleus). 3. Déplacement dorsal de la trachée (flèche). 4. Opacité bronchique diffuse (pointillés orange).

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité