Le point Vétérinaire Canin n° 356 du 01/06/2015
 

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Analyse d’article

Magali Decome

Faculté de médecine vétérinaire
3200, rue Sicotte
Service de médecine interne, Saint-Hyacinthe
J2S 2M2, Québec, Canada

La biopsie hépatique est considérée comme le gold standard pour le diagnostic des hépatopathies. En médecine vétérinaire, l’analyse histopathologique permet d’obtenir un diagnostic spécifique, alors qu’en médecine humaine l’une de ses principales indications est de préciser le degré de fibrose des patients qui souffrent d’une hépatite chronique et d’une cirrhose [4].

QUAND RÉALISER UNE BIOPSIE HÉPATIQUE ET AVEC QUELLES PRÉCAUTIONS ?

Une biopsie hépatique est indiquée lors d’augmentation persistante des enzymes hépatiques ou des acides biliaires, d’effusion abdominale d’origine inconnue, d’hépatopathie de cause indéterminée, ainsi que pour évaluer la réponse à un traitement et la progression d’une hépatopathie. Cet examen offre également la possibilité de doser la concentration en métaux, tels que le cuivre, le zinc et le fer, et de pratiquer des analyses bactériologiques. Le principal risque encouru lors de biopsie hépatique est l’hémorragie. Un profil de coagulation est vivement conseillé avant la procédure. De plus, en raison de la forte fréquence de la déficience en vitamine K1 lors d’hépatopathie, de nombreux cliniciens procèdent à une administration de celle-ci avant la réalisation de la biopsie. Du plasma congelé peut également être administré [10]. Cependant, procéder à une biopsie reste déconseillé lors de coagulopathie sévère.

QUELLES TECHNIQUES, QUELLES DIFFÉRENCES ?

Une biopsie peut être réalisée par laparotomie exploratrice, laparoscopie ou de façon percutanée, sous contrôle échographique, à l’aide d’une aiguille ou d’un pistolet à biopsie [5].

La biopsie à l’aiguille échoguidée est la principale méthode utilisée. Elle est peu invasive, facile à mettre en œuvre, ne nécessite pas d’anesthésie générale et est associée à un faible risque de saignement en l’absence de coagulopathie [8]. Il existe des aiguilles automatiques ou semi-automatiques. Cette technique est jugée adéquate par la WSAVA (World Small Animal Veterinary Association). Dans une étude comparant les deux types d’aiguilles, 19 % des chats ont développé un choc vagal sévère à la suite de l’utilisation d’une aiguille automatique [6]. En médecine humaine, la biopsie hépatique trans­jugulaire est également une méthode peu invasive qui est utilisée chez les patients souffrant d’une coagulopathie. Chez le chien, cette technique de radiologie interventionnelle a seulement été décrite sur cadavre, mais elle semble prometteuse [5]. Ces deux procédés permettent l’obtention d’échantillons de petite taille.

Les autres méthodes requièrent une laparotomie ou une laparoscopie. Les biopsies peuvent être prélevées à l’aide d’une pince cuillère ou d’un punch à biopsie. Des procédures chirurgicales plus classiques telles que les biopsies cunéiformes sont aussi pratiquées.

De nombreuses études remettent en question la représentativité de certaines biopsies prélevant 1/50 000e de la masse hépatique [2, 3]. En effet, une faible correspondance (56 à 60 %) est observée entre les résultats d’analyses histopathologiques obtenus avec une aiguille et lors de biopsie cunéiforme [2]. De plus, même si l’utilisation de punchs ou de pinces cuillères est considérée comme adéquate, une sensibilité et une spécificité insuffisantes sont observées dans l’article étudié ici, excepté pour les processus néoplasiques (spécificité de 100 %) [8]. La fibrose est rarement identifiée sur de petits échantillons et peut requérir des colorations spécifiques ou la réalisation de biopsie dans différents lobes (selon une étude récente, la fibrose peut parfois être présente dans seulement 20?% des lobes [4]).

De trop petits échantillons sont susceptibles d’influencer la mesure de la concentration en métaux. Ainsi, la technique de l’aiguille à biopsie pour la réalisation d’une analyse quantitative en cuivre, en fer et en zinc est questionnable [3]. En médecine humaine, un minimum de 6 à 11 espaces portes est requis pour considérer une biopsie comme appropriée. Selon l’article étudié, il semblerait que ce critère ne soit pas applicable en médecine vétérinaire. Cependant, de larges biopsies sont réputées offrir un diagnostic plus fiable, ainsi que le prélèvement de plusieurs échantillons dans des lobes différents [4].

QUELLE PLACE POUR LA CYTOLOGIE HÉPATIQUE ?

La cytologie hépatique est peu invasive, peu coûteuse et facilement réalisable sous contrôle échographique. Elle ne nécessite ni anesthésie, ni sédation dans la plupart des cas [7]. Une aiguille 22 G est fréquemment utilisée.

Les résultats d’une analyse cytologique sont obtenus plus rapidement que ceux d’une analyse histopathologique. Cependant, la correspondance entre ces deux examens est d’environ 30,3 % chez le chien et de 51,2 % chez le chat [9]. La présence de lésions focales ou multifocales de petite taille peut rendre l’échantillon non représentatif [1].

L’aspiration à l’aiguille fine est souvent utile dans l’identification d’une lésion néoplasique (en particulier, le lymphome) ou vacuolaire. Les atteintes inflammatoire et vasculaire ne sont souvent pas détectées [9, 10].

Conclusion

Les biopsies hépatiques permettent de préciser le diagnostic lors d’hépatopathie. Les biopsies cunéiformes semblent la technique la plus sensible et la plus spécifique pour l’établissement du diagnostic. Les méthodes peu invasives utilisant une aiguille à biopsie, un punch à biopsie ou une pince à cuillère pour biopsie sont peu sensibles et peu spécifiques, excepté pour le diagnostic d’un processus néoplasique. Toutefois, la WSAVA considère les techniques peu invasives comme adéquates, mais recommande tout de même la réalisation d’un minimum de deux biopsies.

Références

  • 1. Cohen M, Bohling MW, Wright JC et coll. Evaluation of sensitivity and specificity of cytologic examination: 269 cases (1999-2000). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2003;222 (7):964-967.
  • 2. Cole TL, Center SA, Flood SN et coll. Diagnostic comparison of needle and wedge biopsy specimens of the liver in dogs and cats. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2002;220 (10):1483-1490.
  • 3. Johnston AN, Center SA, McDonough SP et coll. Influence of biopsy specimen size, tissue fixation, and assay variation on copper, iron, and zinc concentrations in canine livers. Am. J. Vet. Res. 2009;70 (12):1502-1511.
  • 4. Kemp SD, Zimmerman KL, Panciera DL et coll. Histopathologic variation between liver lobes in dogs. J. Vet. Intern. Med. 2015;29:58-62.
  • 5. Levien AS, Weisse C, Donovan TA et coll. Assessment of the efficacy and potential complications of transjugular liver biopsy in canine cadavers. J. Vet. Intern. Med. 2014;28:338-345.
  • 6. Proot SJM, Rothuizen J. High complication rate of an automatic Tru-Cut Biopsy Gun Device for liver biopsy in cats. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:1327-1333.
  • 7. Stockhaus C, van den Ingh T, Rothuizen et coll. A multistep approach in the cytologic evaluation of liver biopsy samples of dogs with hepatic diseases. Vet. Pathol. 2004;41:461-470.
  • 8. Vasanjee SC, Bubenik LJ, Hosgood G et coll. Evaluation of hemorrhage, sample size, and collateral damage for five hepatic biopsy methods in dogs. Vet. Surg. 2006;35:86-93.
  • 9. Wang KY, Panciera DL, Al-Rukibat RK et coll. Accuracy of ultrasound-guided fine-needle aspiration of the liver and cytologic findings in dogs and cats: 97 cases (1990-2000). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2004;224 (1):75-78.
  • 10. Webster CRL. History, clinical signs, and physical findings in hepatobiliary disease. In: Textbook of veterinary internal medicine. 7th ed. Elsevier, Philadelphia. 2010:1612-1625.

Conflit d’intérêts

Aucun.

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Comparer les résultats histopathologiques d’échantillons hépatiques obtenus selon différentes techniques de prélèvement (à l’aiguille 14 gauge (14 G), au punch à biopsie et à la pince cuillère) et lors de biopsie cunéiforme (wedge biopsy).

MÉTHODE

Il s’agit d’une étude prospective incluant 70 chiens. Au cours de l’autopsie, des biopsies hépatiques ont été réalisées selon trois méthodes différentes (utilisant un punch à biopsie de 8 mm, une pince à cuillère de 5 mm ou une aiguille 14 G) et comparées à des biopsies cunéiformes. L’analyse histopathologique est effectuée par un pathologiste spécialiste en respectant les recommandations de la WSAVA (World Small Animal Veterinary Association). Le nombre d’espaces portes est compté.

RÉSULTATS

• Le nombre d’espaces portes varie entre 2,9 pour l’aiguille à biopsie et 12 pour le punch à biopsie.

• Les taux de sensibilité et de spécificité ne sont pas significativement différents selon les techniques. Ils sont respectivement de 60 % et 83 % pour l’aiguille 14 G, de 55 % et 78 % pour la pince cuillère et de 66 % et 78 % pour le punch à biopsie.

• La correspondance entre les résultats histopathologiques et le diagnostic final est insuffisante quelle que soit la technique utilisée.

• La spécificité est de 100 % quelle que soit la méthode mise en œuvre pour le diagnostic d’un processus néoplasique, avec une sensibilité qui varie entre 63 et 88 % selon la technique.

• La sensibilité de détection d’une fibrose hépatique est faible : de 16 à 50 %.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité