Le point Vétérinaire n° 356 du 01/06/2015
 

PRINCIPE ACTIF

Thérapeutique

Martine Kammerer

Centre antipoison animal et environnemental
de l’Ouest, Unité de pharmacologie et toxicologie
Oniris, BP 40706
44307 Nantes Cedex

Le charbon activé est un adsorbant gastro-intestinal indiqué en médecine vétérinaire dans le traitement éliminatoire lors d’intoxication.

Le charbon activé est un adsorbant oral qui fixe à sa surface, de manière non spécifique (liaison hydrogène, force de van der Waals), de très nombreuses substances, aussi bien solides, liquides que gazeuses, présentes dans le milieu digestif, et qui sont ainsi piégées dans une forme non résorbable. Il est obtenu par pyrolyse de bois non résineux, suivie d’un traitement par un flux de gaz oxydant à haute température. Ce procédé correspond à l’“activation” du charbon, qui permet de créer un fin réseau de pores et qui augmente fortement sa capacité d’adsorption.

Quelles indications ?

La principale indication du charbon activé en médecine vétérinaire est le traitement éliminatoire lors d’intoxication aiguë. Divers essais in vitro montrent que ce produit est capable de fixer de façon non spécifique un grand nombre de médicaments et substances toxiques, mais tous ne sont pas concernés. Le charbon activé est peu efficace lors d’intoxication par les cyanures, les métaux et les substances très hydrosolubles (éthanol, éthylène glycol, etc.). De plus, il est déconseillé lors d’ingestion d’hydrocarbures et de caustiques (acides et bases forts, eau de Javel, etc.), et, de façon plus générale, dans tous les cas où des vomissements avec un risque de fausse route sont redoutés. En effet, l’inhalation de charbon peut être à l’origine d’une pneumopathie gravissime.

Quelles spécialités en pratique ?

Aucune spécialité pharmaceutique vétérinaire à base de charbon activé n’est disponible, alors qu’il en existe plusieurs en médecine humaine. Celles-ci ne sont pas toujours un bon choix car non adaptées à une utilisation chez les animaux. En effet, les gélules sont trop faiblement dosées : pour atteindre la dose de 1 g/kg, environ 50 gélules doivent être administrés à un chien de 10 kg. Les granulés sont plus concentrés, mais demandent néanmoins la coopération de l’animal, d’autant plus que l’arôme n’est pas toujours à son goût. Par ailleurs, l’efficacité adsorbante du charbon activé est nettement meilleure sous forme de suspension aqueuse, par rapport à une présentation solide (photo). C’est pourquoi le meilleur choix parmi les médicaments disponibles en officine est le Toxicarb®, suspension aqueuse à 20 %. Une telle formulation est disponible également pour les animaux, mais il s’agit d’un supplément nutritionnel, et non d’un médicament (Carbomix®). Ce produit est formulé pour une acceptation facile par toutes les espèces. Cependant, il ne peut apporter toutes les garanties liées à l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament.

Protocole thérapeutique

La dose recommandée est de 1 à 5 g/kg pour toutes les espèces et la mesure sera d’autant plus efficace qu’elle est précoce, si possible dans l’heure qui suit l’ingestion. Cependant, une intervention aussi rapide est rarement réalisable en médecine vétérinaire. L’administration reste justifiée plus tardivement, tant qu’il reste du toxique dans l’estomac, et même après la phase de résorption digestive, car la captation peut se poursuivre par diffusion directe du sang vers la lumière intestinale. De plus, elle est particulièrement indiquée dans les heures qui suivent l’ingestion si le toxique en cause suit une élimination biliaire avec un cycle entéro-hépatique, car a lieu alors une fixation de la substance ou de ses métabolites avant leur réabsorption. La dose recommandée dans ce cas est de 1 g/kg toutes les 4 à 6 heures pendant 24 heures.

Quels risques ?

L’effet adsorbant du charbon activé peut entraîner un ralentissement du transit, ce qui est particulièrement indésirable lors d’intoxication. C’est pourquoi l’administration concomitante d’un laxatif doux tel que le sorbitol est recommandée. Certains auteurs préconisent celle-ci dès la première prise de charbon, mais le processus d’adsorption risque alors d’être limité [2, 3]. Un effet indésirable possible plus grave est une hypernatrémie consécutive à l’action osmotique du charbon, seul ou associé à un laxatif. Il est donc important de surveiller l’état d’hydratation de l’animal [1].

Conclusion

Malgré le manque d’études qui évaluent son efficacité clinique, l’administration de charbon activé reste l’une des principales mesures thérapeutiques chez un animal qui vient d’ingérer une substance toxique. Ce produit reste donc indispensable dans la trousse antipoison du vétérinaire.

Références

  • 1. Ball A. Toxicology case: Managing hypernatremia after activated charcoal administration. Vet. Med. 2014;109(4):126-130.
  • 2. Lee J, Welch S. When and how to use activated charcoal. Vet. Med. 2013;108:124-128.
  • 3. Nakamura T, Oida Y, Matsumoto K et coll. Inhibitory effect of sorbitol on acetaminophen adsorption by activated carbon. J. Env. Sci. Health. 2002;37:905-913.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Le meilleur choix de présentation du charbon activé est la suspension aqueuse.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité