Le point Vétérinaire n° 354 du 01/04/2015
 

Dossier

Principes de base lors de corps étrangers de l’appareil digestif

Stefano Scotti

Lors de corps étrangers digestifs, la déshydratation, les troubles électrolytiques, l’hypoprotéinémie et l’état de choc

doivent être stabilisés avant d’envisager une procédure chirurgicale.

Le traitement ou la prévention à l’aide d’un antimicrobien sont essentiels dans la gestion des chirurgies de l’appareil digestif.

Ces interventions peuvent être considérées comme propres, propres contaminées, contaminées ou infectées.

Corps étrangers de l’œsophage

Stefano Scotti et Kevin Ortion

Lors de suspicion de corps étranger œsophagien, le diagnostic est assez facile à établir :

une radiographie latérale du thorax permet de visualiser une structure radio-opaque ou métallique entre le cœur et le diaphragme.

Le traitement de choix des corps étrangers œsophagiens est le retrait par voie endoscopique

car la morbidité et la mortalité sont alors nettement diminuées par rapport à un acte chirurgical.

Lors de lésions graves de la muqueuse œsophagienne, l’abord chirurgical de l’œsophage par thoracotomie intercostale est requise.

Les complications peuvent être importantes car cet organe cicatrise moins facilement que les autres segments du tube digestif.

Corps étrangers de l’estomac

Stefano Scotti et Corinne Panier

Les corps étrangers gastriques peuvent entraîner les signes cliniques suivants : dysorexie, anorexie, nausées, ptyalisme, vomissements (très fréquents), douleur abdominale/palpation craniale inconfortable.

Ils restent aussi parfois asymptomatiques ou sont à l’origine d’un amaigrissement.

L’échographie est l’examen de choix pour le diagnostic d’un corps étranger gastrique,

d’autant plus si celui-ci est radiotransparent.

La fibroscopie est un moyen de diagnostic et surtout de traitement idéal pour les corps étrangers gastriques

en raison de son faible taux de complications, comparativement à la chirurgie.

La gastrotomie est effectuée si les objets ne se prêtent pas à l’extraction endoscopique

en raison de leur forme ou de leur taille.

Diagnostic et traitement des corps étrangers intestinaux

Stefano Scotti et Chantal Ragetly

Les corps étrangers intestinaux sont rarement asymptomatiques car l’occlusion et la subocclusion intestinales sont fréquentes.

Les signes cliniques rapportés sont des vomissements, une anorexie, un ptyalisme, une diarrhée, un ténesme, une voussure dorsale et un abattement.

L’entérotomie est une procédure chirurgicale à effectuer en cas de corps étranger occlusif dans l’intestin grêle.

Si un corps étranger passe la valvule iléocæcale, il est toujours éliminé par les voies naturelles.

Les indications d’une entérectomie

comprennent la dévitalisation intestinale, la perforation non suturable, l’intussusception non réductible, l’obstruction associée à une nécrose de la paroi intestinale ou la dysfonction segmentaire.

Les complications d’une entérectomie

incluent la déhiscence, la nécrose, la péritonite septique, l’iléus et le syndrome de l’intestin court.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité