Le point Vétérinaire Canin n° 346 du 01/06/2014

ANESTHÉSIE CANINE

Pas à pas

Damien Spreux*, Delphine Holopherne-Doran**


*Clinique vétérinaire Plaisance,
168, route de Vannes, 44700 Orvault
**Service transversal d’anesthésie-réanimation,
CHV, Oniris, Atlanpôle, La chantrerie,
BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03

Le bloc du plexus brachial est une technique d’anesthésie locorégionale qui peut être réalisée grâce à l’électrostimulation.

Une technique d’anesthésie locale électroguidée du membre antérieur est décrite en images [1, 5, 9, 10]. Elle permet de réaliser une analgésie efficace du membre antérieur distalement au coude [10-12]. Elle est inadéquate pour l’analgésie du coude et de toute région anatomique proximale à celui-ci.

L’anesthésie locorégionale effectuée lors de la réalisation d’un bloc du plexus brachial permet de supprimer les influx nerveux sensitif et moteur des nerfs bloqués.

Cette technique réduit donc préventivement la douleur per- et postopératoire lors d’intervention chirurgicale du membre distalement au coude. Elle diminue les besoins en agents anesthésiques lors d’anesthésie générale [10-12]. L’électrostimulation permet de localiser précisément le nerf ou la gaine musculo-nerveuse à anesthésier.

Tout d’abord, un repérage de l’articulation scapulo-humérale, de la trachée, de la veine jugulaire et de l’artère axillaire est réalisé afin d’éviter toute ponction d’un vaisseau sanguin. L’aiguille d’électrostimulation est reliée par un câble électrique à l’électrostimulateur et à une électrode fixée sur le coussinet principal du membre antérieur à anesthésier. Les anesthésiques locaux utilisés sont la lidocaïne 2 % (1 mg/kg, soit 0,05 ml/kg) et la bupivacaïne 0,5 % (1 mg/kg, soit 0,2 ml/kg). Ils sont préparés séparément, puis associés dans la même seringue.

L’injection est réalisée tout en retirant l’aiguille, afin de bloquer l’ensemble des rameaux nerveux donnant naissance aux quatre nerfs (médian, ulnaire, musculo-cutané et radial) irradiant le membre.

Le blocage du plexus brachial peut être réalisé avec une injection de bupivacaïne uniquement. Dans ce cas, un délai d’une vingtaine de minutes doit être respecté avant le début de l’intervention chirurgicale. L’opération est renouvelée sur l’ensemble du trajet sous-cutané. À chaque contraction musculaire, la localisation du rameau nerveux le plus proche est estimée et les anesthésiques locaux sont injectés à cet endroit.

Des précautions particulières sont à prendre afin de limiter certaines complications : paralysie diaphragmatique, ponction traumatique d’un nerf, d’une artère ou d’une veine (1) [2-9, 12, 13].

  • (1) Voir la fiche “Intérêts, complications et limites du bloc du plexus brachial” des mêmes auteurs, dans ce numéro.

Conflit d’intérêts

Aucun.

1. Matériel nécessaire Pour la réalisation d’un bloc du plexus brachial, le matériel nécessaire se compose d’un électrostimulateur (ici : Polystim, Polymedic®), d’une aiguille d’électrostimulation stérile fine (21 G) de longueur modérée à biseau court, d’une lame de bistouri 11 stérile, d’anesthésiques locaux (lidocaïne, Xylocaïne®, bupivacaïne, Bupivacaïne Aguettant®), d’une seringue stérile, d’une aiguille (21 G) stérile et de gants stériles.

2. Préparation de la zone anatomique ponctionnée Une tonte et une désinfection chirurgicale de la région axillaire sont effectuées. L’animal est placé en décubitus latéral. La face latérale du membre à anesthésier est tournée vers l’opérateur. Une incision ou une simple ponction du tissu cutané peut être réalisée à l’endroit où l’aiguille d’électrostimulation doit être introduite. Cela limite son émoussage.

3. Repères anatomiques Le plexus brachial correspond à la réunion des branches ventrales des derniers nerfs cervicaux (C6, C7, C8) et du premier nerf thoracique (T1), puis se divise en différents rameaux, dont les nerfs radial, ulnaire, médian et musculo-cutané irradiant le membre antérieur.

4. Schématisation des repères anatomiques pour le bloc du plexus brachial Le plexus brachial se situe cranialement à la première côte. Le blocage des quatre nerfs issus de ce plexus est réalisé dans le creux axillaire. D’après [12].

5. Ponction à l’aiguille d’électrostimulation L’aiguille est insérée dans le creux axillaire, à travers le tissu sous-cutané, médialement à l’articulation scapulohumérale et parallèlement à la paroi thoracique (selon une direction caudo-dorsale). Cette insertion est réalisée jusqu’à atteindre la région caudale à l’épine scapulaire. La recherche d’un nerf est effectuée en appliquant un courant de 1 mA et 1 à 2 Hz. L’aiguille est retirée de quelques millimètres à l’apparition des premières contractions musculaires au niveau de la zone souhaitée. L’intensité électrique est alors réduite à 0,5 puis à 0,2 mA. À cette dernière valeur, si une contraction musculaire est observée, l’aiguille est considérée suffisamment proche du nerf pour pouvoir injecter l’agent anesthésique.

6. Injection des anesthésiques locaux À chaque contraction musculaire observée, la localisation du rameau nerveux le plus proche est estimée et les anesthésiques locaux sont injectés à cet endroit. L’injection est entrecoupée de fréquentes aspirations pour s’assurer qu’elle n’est jamais intravasculaire. Elle doit être effectuée sans résistance, lentement (sur 30 secondes), tout en retirant l’aiguille.

7. Bloc du plexus brachial achevé et réussi Les quatre rameaux nerveux ont été bloqués, le membre est anesthésié. Après retrait de l’aiguille d’électrostimulation, une pression est maintenue sur la région axillaire afin de limiter la dissection des tissus souscutanés et la diffusion des anesthésiques locaux.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter

Découvrez en avant-première chaque mois le sommaire du Point Vétérinaire Expert Canin et Expert Rural.

Retrouvez-nous sur
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...