Le point Vétérinaire n° 345 du 01/05/2014
 

Dossier

La pharmacovigilance : mode d’emploi

Yassine Mallem et coll.

→ La pharmacovigilance vétérinaire est un outil de recueil des informations destinées à l’amélioration du rapport bénéfice/ risque du médicament vétérinaire.

→ Elle a pour objectif d’assurer l’innocuité du médicament vétérinaire chez l’animal et les personnes en contact, mais aussi la sécurité des denrées alimentaires provenant d’animaux traités et la protection de l’environnement.

→ Elle est essentiellement alimentée par notification spontanée.

→ Elle est organisée en France par l’Agence nationale du médicament vétérinaire avec le relais du Centre de pharmacovigilance vétérinaire de Lyon.

→ Les carnivores domestiques sont les plus concernés par les déclarations d’effets indésirables. Les antiparasitaires externes représentent la classe thérapeutique la plus citée lors de déclarations d’effets indésirables non graves.

→ Depuis 2009, les déclarations d’effets indésirables graves sont en augmentation chez toutes les espèces animales. Elles concernent principalement les vaccins, les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les antibiotiques.

Comment faire une déclaration de pharmacovigilance vétérinaire ?

Yassine Mallem et coll.

→ La déclaration de pharmacovigilance vétérinaire est principalement effectuée par les vétérinaires et les professionnels de santé auprès du Centre de pharmacovigilance vétérinaire de Lyon et de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

→ Elle concerne un effet indésirable présumé, une suspicion de manque d’efficacité, une difficulté associée au temps d’attente ou un effet sur l’environnement.

→ Le retour d’informations aux notificateurs a un rôle de prévention, renforce la sécurité d’emploi du médicament vétérinaire et constitue une source de motivation pour d’autres déclarations

L’automédication en médecine vétérinaire

Clara Soggia

→ Le chat est intoxiqué plus souvent que le chien.

→ Les spécialités à base d’huiles essentielles, de paracétamol, d’ibuprofène et de tétraméthrine causent plus de 80 % des intoxications recensées.

→ Les antiparasitaires à base d’huiles essentielles provoquent plus d’intoxications que le paracétamol.

→ La tétraméthrine est contenue dans des produits vendus en supermarché et autorisés pour les chats, elle est pourtant à l’origine de nombreuses intoxications.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité