Le point Vétérinaire Canin n° 344 du 01/04/2014
 

PVC

CANCÉROLOGIE CANINE

Analyse d’article

Quentin Cabon

VetAgro Sup, Campus vétérinaire
de Lyon, 1, avenue Bourgelat, 69280
Marcy-L’Étoile

Le mastocytome est la tumeur cutanée la plus fréquente chez le chien et représente 14 à 21 % des cas [3]. Quel que soit le grade histologique du mastocytome concerné, l’exérèse chirurgicale reste l’option thérapeutique de choix.

GRADING ET BILAN D’EXTENSION

Le grading histologique est fondamental dans la gestion des mastocytomes canins, que ce soit en vue de l’exérèse chirurgicale ou de la mise en place de traitements adjuvants. Le grading le plus communément employé reste celui de Patnaïk, qui classe les mastocytomes en trois grades, le taux de métastases s’élevant du grade 1 au grade 3, tandis que le pronostic varie inversement [5, 10]. Il ne s’applique cependant qu’à la forme cutanée du mastocytome.

La présence de métastases est à prendre en considération dans la gestion du mastocytome, qui a pour site primaire les noeuds lymphatiques locorégionaux. Il peut s’étendre aussi au foie ou à la rate, puis à la moelle osseuse, l’infiltration pulmonaire étant rare dans ce type tumoral. Un bilan d’extension complet est donc indispensable, incluant notamment une aspiration des noeuds lymphatiques locorégionaux, y compris lorsque ces derniers semblent normaux à la palpation ou à l’échographie [2].

RECOMMANDATIONS POUR L’EXÉRÈSE CHIRURGICALE

Les recommandations classiques pour le retrait chirurgical d’un mastocytome sont une exérèse large, avec des marges latérales de 3 cm et un plan de fascia en profondeur. Toutefois, il a été démontré ces dernières années qu’une marge latérale de 1 cm et un plan profond rend possible l’exérèse de l’intégralité des mastocytomes de grade 1, et qu’une marge latérale de 2 cm et un plan profond, l’exérèse complète des mastocytomes de grade 2 dans 91 à 100 % des cas [1, 9]. En ce qui concerne les mastocytomes de grade 3, une exérèse large avec des marges latérales de 3 cm, en association avec une chimiothérapie, reste la recommandation actuelle [10].

Malgré ces recommandations, le grading d’un mastocytome est établi à l’histologie, et non à la cytologie, ce qui implique une biopsie préopératoire, rarement réalisée en pratique. Ainsi, Pratschke et coll. ont proposé dernièrement une approche chirurgicale fondée sur le diamètre tumoral, la marge latérale utilisée dans cette étude étant égale au diamètre maximal de la tumeur (marge maximale de 4 cm), associée à l’exérèse d’un plan profond [6]. En utilisant cet abord, 85 % des mastocytomes ont été retirés intégralement, quel que soit le grade histologique, avec seulement 3 tumeurs sur 47 montrant une marge latérale incomplète [6]. Malgré le faible nombre de mastocytomes de grade 3 (5 %), le taux de récidive est alors considéré comme étant très faible (seulement 2 %).

LA GESTION D’UNE EXÉRÈSE INCOMPLÈTE

En cas de confirmation histologique de l’exérèse chirurgicale complète du mastocytome, et sans évidence de métastase, l’intervention chirurgicale est considérée comme étant curative. Aucun traitement adjuvant n’est donc recommandé pour les mastocytomes de grade 1 ni dans la majorité de ceux de grade 2 [4, 7, 11].

Quel que soit le statut des marges histologiques, des taux de récurrences locales de 1 % pour les grades 1, de 5 à 11 % pour les grades 2 et de 19 % pour les grades 3 ont été mis en évidence [5, 7, 11]. Dans une étude sur des mastocytomes de grade 2 avec exérèse incomplète, Séguin et coll. rapportent 23 % de récidives locales, ce qui est nettement supérieur au taux de récidive lors d’une exérèse complète. Les auteurs concluent qu’en cas d’exérèse incomplète un traitement local en seconde intention (radiothérapie ou seconde intervention chirurgicale) n’est pas indispensable quand bien même la récidive locale assombrit le pronostic de survie [8].

Dans l’étude présentée ici, la reprise chirurgicale de la cicatrice et la radiothérapie permettent d’augmenter significativement la médiane de survie par rapport aux chiens ne recevant aucun traitement en seconde intention (2 930 jours et 2 194 jours versus 710 jours). Ces deux approches thérapeutiques permettent également de diminuer les récidives du mastocytome (différences non significatives entre les trois groupes). La radiothérapie s’accompagne d’une fréquence significativement plus importante de complications, bien que mineures la plupart du temps (19 cas sur 21), en comparaison de la reprise chirurgicale (5 cas sur 23).

Conclusion

L’exérèse chirurgicale complète du mastocytome doit rester l’objectif primaire, mises à part certaines localisations où une exérèse marginale associée à une radiothérapie peut être une approche satisfaisante (extrémité des membres). En cas d’échec à l’exérèse complète, un traitement local de seconde intention, comme une reprise chirurgicale ou une radiothérapie, doit être recommandé pour favoriser la survie et limiter le risque de récidive.

Références

  • 1. Fulcher RP, Ludwig LL, Bergman PJ et coll. Evaluation of a twocentimeter lateral surgical margin for excision of grade I and grade II cutaneous mast cell tumors in dogs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2006;228 (2):210-215.
  • 2. Gieger TL, Theon AP, Werner JA et coll. Biologic behavior and prognostic factors for mast cell tumors of the canine muzzle: 24 cases (1990-2001). J. Vet. Intern. Med. 2003; 17 (5):687-692.
  • 3. Kaldrymidou H, Leontides L, Koutinas AF et coll. Prevalence, distribution and factors associated with the presence and the potential for malignancy of cutaneous neoplasms in 174 dogs admitted to a clinic in northern Greece. J. Vet. Med. A. Physiol. Pathol. Clin. Med. 2002;49 (2):87-91.
  • 4. Michels GM, Knapp DW, DeNicola DB et coll. Prognosis following surgical excision of canine cutaneous mast cell tumors with histopathologically tumorfree versus nontumor-free margins: a retrospective study of 31 cases. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2002;38 (5):458-466.
  • 5. Murphy S, Sparkes AH, Smith KC et col. Relationships between the histological grade of cutaneous mast cell tumours in dogs, their survival and the efficacy of surgical resection. Vet. Rec. 2004;154 (24):743-746.
  • 6. Pratschke KM, Atherton MJ, Sillito JA et coll. Evaluation of a modified proportional margins approach for surgical resection of mast cell tumors in dogs: 40 cases (2008- 2012). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2013;243:1436-1441.
  • 7. Seguin B, Leibman NF, Bregazzi VS et coll. Clinical outco-1999). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2001;218 (7): 1120-1123.
  • 8. Seguin B, Besancon MF, McCallan JL et coll. Recurrence rate, clinical outcome, and cellular proliferation indices as prognostic indicators after incomplete surgical excision of cutaneous grade II mast cell tumors: 28 dogs (1994- 2002). J. Vet. Intern. Med. 2006;20 (4):933-940.
  • 9. Simpson AM, Ludwig LL, Newman SJ et coll. Evaluation of surgical margins required for complete excision of cutaneous mast cell tumors in dogs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2004:224 (2):236-240.
  • 10. Thamm DH, Turek MM, Vail DM. Outcome and prognostic factors following adjuvant prednisone/ vinblastine chemotherapy for high-risk canine mast cell tumour: 61 cases. J. Vet. Med. Sci. 2006:68 (6):581-587.
  • 11. Weisse C, Shofer FS, Sorenmo K. Recurrence rates and sites for grade II canine cutaneous mast cell tumors following complete surgical excision. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2002;38 (1):71-73.

Conflit d’intérêts

Aucun.

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Comparer les taux de récidives locales et les durées de survie chez des chiens préalablement traités chirurgicalement pour un mastocytome, avec excision incomplète ou en marges proches.

Certains d’entre eux, dans un second temps, sont traités par radiothérapie locale ou subissent une nouvelle exérèse chirurgicale. D’autres se trouvent sans traitement complémentaire.

MÉTHODE

Étude rétrospective menée chez des chiens ayant subi une exérèse chirurgicale pour traiter un mastocytome, mais dont l’analyse histologique postopératoire a mis en évidence une exérèse incomplète ou des marges proches. Trois groupes de chiens ont été comparés, selon qu’ils ont fait l’objet d’une radiothérapie, d’une seconde chirurgie, ou qu’ils n’ont reçu aucun traitement en seconde intention pour la gestion de l’exérèse initiale incomplète.

RÉSULTATS

• 70 mastocytomes (17 de grade 1, 48 de grade 2 et 5 de grade 3) provenant de 64 chiens ont été étudiés (23 dans le groupe “traitement chirurgical”, 21 dans le groupe “radiothérapie”, 26 dans le groupe sans thérapie additionnelle).

• La survie médiane globale s’élève à 2 158 jours. Pour les groupes “traitement chirurgical” (2 930 jours) et “radiothérapie” (2 194 jours), elle est significativement supérieure à la survie médiane dans le groupe sans traitement additionnel (710 jours). Toutefois, aucune différence significative n’a été observée entre les groupes "traitement chirurgical" et “radiothérapie”.

• Le taux de récidive est de 38 % dans le groupe sans traitement additionnel, de 10 % dans le groupe “radiothérapie” et de 13 % dans le groupe “traitement chirurgical”.

• La chimiothérapie ne semble pas avoir d’effet sur la durée de survie ou le taux de récidive dans cette étude.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité