Le point Vétérinaire n° 344 du 01/04/2014
 

Dossier

Conduite diagnostique lors de dépérissement du chiot nouveau-né

Vincent Charvet et coll.

La démarche diagnostique lors de dépérissement du chiot nouveau-né doit être d’autant plus rigoureuse qu’il existe des différences aussi bien biochimiques que physiologiques avec le chien plus âgé.

La connaissance de ces particularités physiologiques et métaboliques est indispensable.

Lors de la consultation, il convient de se concentrer sur la règle des "3 H" (hypothermie, hypoglycémie et déshydratation), qui définit le syndrome du dépérissement.

Des signes comme une perte de poids ou une détresse respiratoire doivent également être recherchés.

Des examens complémentaires avec des gestes adaptés sont requis.

En cas de mort du chiot, l’autopsie est indispensable pour préserver le reste de la portée.

Autopsie du chiot nouveau-né

Vincent Charvet et coll.

Les causes de mort du chiot nouveau-né sont diverses (maladies de la mère, mauvaise conduite d’élevage, environnement inadapté, infections bactériennes ou virales, etc.).

La faible spécificité des signes implique de pratiquer une autopsie pour établir le diagnostic et définir un traitement adapté pour les survivants ou les portées futures.

Lorsque l’autopsie n’est pas réalisée tout de suite, le corps doit être conservé au réfrigérateur à 4 °C enveloppé dans du papier journal humidifié.

Les prélèvements bactériologiques doivent être expédiés le plus rapidement possible, mais les examens PCR (réaction d’amplification par chaîne, polymerase chain reaction) (pièces congelées) et histologiques (pièces placées dans du formol) peuvent être différés.

Après un examen minutieux des orifices et de la peau, le tégument est décollé.

L’abdomen est ensuite ouvert par la ligne blanche et un volet thoracique est dégagé. S’ils sont présents, les liquides d’épanchement doivent être prélevés stérilement en vue d’une analyse bactériologique ou cytologique. Un échantillon de chaque organe est déposé dans chacun des pots (règle des trois pots) : le premier stérile pour les examens bactériologiques, le deuxième avec du formol pour les analyses histologiques et le troisième sec pour les analyses PCR.

Conduite thérapeutique lors de dépérissement du chiot nouveau-né

Françoise Lemoine et coll.

Le froid, la déshydratation et l’hypoglycémie sont les trois ennemis du nouveau-né.

La gestion des “3 H” (hypothermie, hypoglycémie, déshydratation) est primordiale tout en respectant les capacités d’adaptation du chiot en termes de dose et de rythme d’administration.

La température est corrigée selon l’âge du chiot.

La réhydratation et la correction de la glycémie sont mises en place à l’aide de la méthode adéquate (biberon, sondage orogastrique, perfusion). Si une thérapie infectieuse est requise, elle doit être raisonnée en fonction de la toxicité et du spectre des antibiotiques.

En cas de perfusion, la pose d’un cathéter intra-osseux permet de rétablir la volémie dans un premier temps,

avant la mise en place d’un cathéter intraveineux.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité