Le point Vétérinaire Canin n° 341 du 01/12/2013
 

PVC

DERMATOLOGIE FÉLINE

Article d’article

Catherine Laffort

Clinique vétérinaire Alliance
8, boulevard Godard
33300 Bordeaux

L’équivalent félin de la dermatite atopique canine ou humaine est une entité encore mal comprise et mal définie. Les présentations cliniques et les images histologiques associées sont différentes de ce qui est observé chez l’homme et le chien [10].

DERMATITE ATOPIQUE FÉLINE

Le rôle des immunoglobulines E (IgE) dans la pathogénie des réactions d’hypersensibilité n’est pas parfaitement établi. Ces éléments conduisent certains auteurs à ne pas recommander l’utilisation du terme de dermatite atopique féline et à lui préférer celui plus générique de dermatite par hypersensibilité [2]. D’autres lui associent une définition beaucoup plus restrictive, et la décrivent comme une entité clinique prurigineuse et corticosensible, caractérisée par un érythème facial et podal touchant de jeunes chats [4]. Les auteurs de l’article résumé se rapprochent de ce dernier point de vue en proposant des critères d’inclusion stricts (anamnèse et signes cliniques non saisonniers compatibles [prurit, alopécie auto-induite, alopécie auto-induite et dermatite, prurit cervico-facial] associés à des réactions positives lors de test intradermique ou de dosages sérologiques d’IgE spécifiques), ainsi que des critères de jugement de l’efficacité de l’intervention (diminution du score de prurit et du score lésionnel d’au moins 50 %) qui ont déjà été utilisés et validés chez le chien, mais pas dans l’espèce féline [8]. Ainsi, les auteurs n’ont pas employé comme score clinique le Scorfad (scoring feline allergic dermatitis) qui a été validé récemment chez le chat lors de dermatoses par hypersensibilité, pour l’évaluation de la sévérité de l’atteinte clinique et de la réponse aux interventions thérapeutiques testées au cours d’essais cliniques [14].

GESTION THÉRAPEUTIQUE

Le contrôle symptomatique des signes cliniques et du prurit lors de dermatite atopique chez le chat fait appel aux glucocorticoïdes, à la ciclosporine, à la désensibilisation, aux acides gras essentiels et/ou aux antihistaminiques [7].

ANTIHISTAMINIQUES

Le rôle de l’histamine dans le prurit associé à la dermatite atopique n’est pas totalement élucidé. Cependant, les antihistaminiques H1 oraux sont prescrits depuis de nombreuses années dans le traitement de la dermatite atopique humaine [1]. Il est possible qu’ils aient été utilisés principalement pour leur action sédative, avec des antihistaminiques fortement sédatifs, comme la chlorphéniramine et l’hydroxyzine. Une revue systématique récente a recherché des preuves de l’effet et de l’innocuité des antihistaminiques oraux en monothérapie dans le traitement de la dermatite atopique chez l’homme. Pas une seule étude satisfaisant à tous les critères de sélection n’a pu être identifiée, et les auteurs de cette revue en concluent qu’il n’existe actuellement aucun élément de haut niveau pour étayer ou récuser l’efficacité ou l’innocuité des antihistaminiques H1 oraux en monothérapie de l’eczéma [1]. En dermatologie vétérinaire, seul un petit nombre d’essais cliniques se sont intéressés à l’efficacité des antihistaminiques dans la gestion des dermatoses par hypersensibilité chez le chat. Ces travaux ont montré une réduction du prurit pour 50 %, 45 %, 77 % et 50 % des chats traités respectivement à l’aide de clémastine, de cyproheptadine, de chlorphéniramine et d’oxatomide [5, 6, 11, 13].

CÉTIRIZINE

La cétirizine est un antagoniste de seconde génération des récepteurs H1 de l’histamine, commercialisée sous forme de dichlorhydrate de cétirizine. C’est un métabolite actif de l’hydroxyzine, et son effet sédatif est moins important que celui de la molécule mère en raison de l’absence de passage à travers la membrane hémato-méningée, en particulier dans l’espèce féline [9]. Ce médicament possède la propriété d’inhiber la migration des éosinophiles au cours de la réaction allergique. Or les éosinophiles semblent jouer un rôle important dans les dermatites allergiques du chat [7]. De plus, la cétirizine est bien tolérée dans cette espèce et sa demi-vie est de 10 heures, ce qui autorise une seule administration quotidienne [9].

Une étude ouverte sur l’efficacité de la cétirizine à la dose de 5 mg/j et par individu pour le contrôle du prurit allergique chez 32 chats a récemment été publiée. Le prurit a été diminué chez 13 chats (41 %) [3]. A contrario, un autre essai ouvert s’intéressant à l’efficacité de cette molécule sur l’inflammation éosinophilique des voies respiratoires a montré son absence d’effet [12]. L’essai choisi est la première étude contrôlée contre placebo sur l’utilisation de la cétirizine en dermatologie féline. Ses résultats semblent en contradiction avec ceux de l’étude ouverte citée ci-dessus puisqu’il n’a pas été possible ici de mettre en évidence une différence statistiquement significative des scores cliniques entre les chats traités avec le placebo et ceux qui ont reçu de la cétirizine [13]. La nature ouverte de l’étude précédente a potentiellement introduit des biais dans l’interprétation des résultats par les propriétaires et a conduit à une surestimation des effets positifs de l’administration de cétirizine. De plus, les critères de jugement de l’efficacité de cet antihistaminique était beaucoup plus sévères dans l’étude contre placebo (amélioration d’au moins 50 % des scores cliniques et de prurit) que dans l’essai ouvert (amélioration d’au moins 25 % du score de prurit). Si un même seuil (50 %) est utilisé, alors, même dans l’étude ouverte, une amélioration n’est observée que dans 12 % des cas. Cette valeur est compatible avec les données présentées dans l’étude contre placebo.

Conclusion

Les résultats de cette étude montrent que la cétirizine n’est pas intéressante en monothérapie pour le contrôle du prurit lors de dermatite allergique chez le chat. Cela ne signifie pas que cette molécule et les antihistaminiques en général ne puissent être utiles comme médicaments d’appoint aux principaux traitements, tels les corticostéroïdes topiques ou systémiques, ou bien en prévention des rechutes. D’autres essais randomisés en double aveugle sont requis avant de formuler de nouvelles recommandations.

Références

  • 1. Apfelbacher CJ, van Zuuren EJ, Fedorowicz Z et coll. Oral H1 antihistamines as monotherapy for eczema. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013; Issue 2. Art. No.: CD007770. DOI: 10.1002/14651858.CD007770.pub2.
  • 2. Favrot C, Steffan J, Seewald W et coll. Establishment of diagnostic criteria for feline non-flea induced hypersensitivity dermatitis. Vet. Dermatol. 2012;23:45-e11-410-e77.
  • 3. Griffin JS, Scott DW, Miller WH Jr et coll. An open clinical trial on the efficacy of cetirizine hydrochloride in the management of allergic pruritus in cats. Can. Vet. J. 2012;53:47-50.
  • 4. Heripret D, Carlotti DN. Dermatite atopique féline : les données actuelles. Prat. Med. Chir. Anim. Comp. 2010;45:79-87.
  • 5. Miller WH Jr, Scott DW. Efficacy of chlorpheniramine maleate for management of pruritus in cats. J. Am. Vet. Med. Assoc. 1990;197:67-70.
  • 6. Miller WH Jr, Scott DW. Clemastine fumarate as an antipruritic agent in pruritic cats: results of an open clinical trial. Can. Vet. J. 1994;35:502-504.
  • 7. Miller WH, Griffin CE, Campbell KL. In: Muller and Kirk’s Small Animal Dermatology. 7th ed. Ed. Elsevier Mosby, Saint Louis. 2013:952p.
  • 8. Olivry T, Mueller RS. International task force on canine atopic dermatitis. Evidence based veterinary dermatology: a systematic review of the pharmacotherapy of canine atopic dermatitis. Vet. Dermatol. 2003;14:121-146.
  • 9. Papich MG, Schooley EK, Reinero CR. Pharmacokinetics of cetirizine in healthy cats. Am. J. Vet. Res. 2008;69:670-674.
  • 10. Prélaud P, Gilbert S. Atopic dermatitis. In: Guaguère É, Prélaud P, eds. A practical guide to feline dermatology. Merial, Lyon. 1999:10.1-8:293p.
  • 11. Prost C. Les dermatoses allergiques du chat. Prat. Méd. Chir. Anim. Comp. 1992;28:151-164.
  • 12. Schooley EK, McGee Turner JB, Jiji RD et coll. Effects of cyproheptadine and cetirizine on eosinophilic airway inflammation in cats with experimentally induced asthma. Am. J. Vet. Res. 2007;68:1265-1271.
  • 13. Scott DW, Rothstein E, Beningo KE et coll. Observations on the use of cyproheptadine hydrochloride as an antipruritic agent in allergic cats. Can. Vet. J. 1998;39:634-637.
  • 14. Steffan J, Olivry T, King S et coll. Responsiveness and validity of the Scorfad, an extent and severity scale for feline hypersensitivity dermatitis. Vet. Dermatol. 2012;23:410-477.

Conflit d’intérêts

Aucun.

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Évaluer l’efficacité clinique de la cétirizine pour le contrôle du prurit et des lésions associés à la dermatite atopique chez le chat.

MÉTHODE

Dans cet essai transversal aléatoire à double insu contrôlé contre placebo, 21 chats présentant une dermatite atopique d’intensité légère à modérée ont été distribués au hasard en deux groupes. Dans chaque groupe, les chats ont reçu de la cétirizine à la dose de 1 mg/kg ou un placebo une fois par jour pendant 28 jours. Cette première phase a été suivie d’une période sans traitement de 14 jours, puis les groupes ont été permutés et les chats ont reçu le placebo ou de la cétirizine pendant 28 jours supplémentaires. Les propriétaires ont noté l’intensité du prurit sur une échelle de sévérité avant l’inclusion, puis chaque semaine tout au long de l’essai. Les lésions ont été évaluées par le clinicien selon un score clinique validé chez le chien et adapté au chat (Canine Atopic Dermatitis Extent and Severity Index [Cadesi]-03) le jour de l’inclusion et à J28 pour chaque traitement.

RÉSULTATS

Dix-neuf chats ont terminé l’essai. Chez les animaux traités avec de la cétirizine, les scores de prurit et Cadesi-03 modifié ont diminué d’au moins 50 % pour 2 chats sur 19 (10,5 %) pour les deux scores. Une amélioration des deux scores a été observée chez 1 chat. Aucune différence statistiquement significative des scores cliniques n’a pu être mise en évidence entre les chats traités avec le placebo et ceux qui ont reçu de la cétirizine.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité