Le point Vétérinaire Canin n° 340 du 01/11/2013
 

PVC

NÉPHROLOGIE

Analyse d’article

Mathieu faucher

Clinique vétérinaire Alliance
8, boulevard Godard
33300 Bordeaux

La maladie rénale chronique (MRC) est une affection fréquemment rencontrée chez le chat. Une protéinurie peut y être associée et constitue un facteur de mauvais pronostic [5]. Il paraît donc important de connaître les performances des différents tests utilisés en pratique quotidienne dans la détection d’une protéinurie.

Cette étude s’intéresse à la bandelette urinaire, à la réaction à l’acide sulfosalicylique (ASS) et au rapport protéines/ créatinine urinaires (RPCU) chez le chat à MRC en utilisant comme test de référence un test Elisa semiquantitatif spécifique d’espèce (test ERD). Ce test permet de détecter une albuminurie à partir de 1 mg/dl [1].

LES TESTS DE ROUTINE : BANDELETTE URINAIRE ET RÉACTION À L’ASS

La bandelette urinaire est le test le plus couramment effectué en pratique quotidienne. Il permet de détecter une protéinurie à partir de 30 mg/dl. Son défaut principal est son manque de spécificité qui est à l’origine d’un nombre important de faux positifs [1, 3]. Chez le chat sain, les résultats d’une bandelette urinaire ont été comparés à ceux du test ERD [3]. La sensibilité (Se) et la spécificité (Sp) de la bandelette lorsqu’un résultat positif est défini comme supérieur ou égal à “traces” sont respectivement de 90,1 % et 11 %, conférant à ce test des valeurs prédictives positive (VPP) et négative (VPN) respectivement de 55,6 % et 47,2 %. Lorsqu’un résultat positif est défini comme supérieur ou égal à 2+, la Se diminue et la Sp augmente, mais la VPP et la VPN restent faibles (respectivement de 63,5 % et 47,3 %) [3].

La réaction à l’ASS consiste à mélanger un volume égal d’urines centrifugées et d’ASS à 3 à 5 % dans un tube transparent. Le mélange obtenu est d’autant plus turbide que la protéinurie est importante. Ce test permet de détecter une protéinurie à partir de 5 mg/dl [1]. Les performances de ce test ont été étudiées chez le chat sain, en prenant comme référence le test ERD [3]. La Se et la Sp sont faibles (respectivement de 58 % et 25,4 %) lorsque la positivité est définie comme un résultat supérieur ou égal à “traces”. La VPP et la VPN sont également faibles (respectivement 46,9 % et 34,7 %) et ne sont pas augmentées lorsque la positivité est définie comme un résultat supérieur ou égal à 2+ [3]. L’interprétation de ce test en parallèle ou en série avec la bandelette urinaire n’améliore pas les performances de ces tests chez le chat sain [3].

La bandelette et la réaction à l’ASS sont donc peu recommandées dans la détection d’une protéinurie dans le cadre du dépistage.

LE RAPPORT PROTÉINES/CRÉATININE URINAIRES

Le RPCU obtenu sur des urines recueillies ponc tuel lement est corrélé à la protéinurie mesurée sur des urines de 24 heures. La valeur normale du RPCU chez le chat est inférieure à 0,2. Il est considéré comme anormal pour une valeur supérieure à 0,4 et comme douteux entre 0,2 et 0,4 [2]. Une étude rapporte une bonne corrélation entre le test ERD et le RPCU chez des chats sains et malades [4]. Cependant, certains chats présentaient un ERD positif mais un RPCU inférieur à 0,2, d’autres, de manière plus surprenante, un ERD négatif mais un RPCU augmenté [4]. Chez le chat sain, un RPCU supérieur ou égal à 0,4 est très spécifique d’une albuminurie [3]. Cependant, son manque de Se en fait un mauvais test s’il est utilisé dans le cadre du dépistage [1, 3].

LES DONNÉES CHEZ LE CHAT INSUFFISANT RÉNAL CHRONIQUE

Les performances de la bandelette urinaire sont insuffisantes lorsque la positivité est définie comme un résultat supérieur ou égal à “traces”. Cependant, un résultat positif à la fois pour la bandelette et l’ASS, pour l’ASS seul ou pour la bandelette, lorsque la positivité est définie comme un résultat supérieur ou égal à 2+, est associé à une forte probabilité de protéinurie (VPP élevée).

Les VPN de la bandelette urinaire et de l’ASS ne sont pas suffisamment élevées pour pouvoir exclure définitivement une albuminurie sur la base d’un résultat négatif.

Une valeur du RPCU supérieure ou égale à 0,4 est très spécifique d’une albuminurie. Comme chez le chat sain, la VPP est très élevée mais la VPN est faible.

LIMITES

La première limite de cette étude réside dans la nature semi-quantitative du test ERD. Son interprétation est par nature subjective. Dans une étude, la variabilité interopérateur a été évaluée : sur 26 échantillons analysés, 21 avaient le même résultat après lecture par deux investigateurs différents. Pour deux échantillons, le résultat variait de “négatif” à “faiblement positif” [4]. La variabilité intraopérateur a également été mesurée : sur 5 lectures consécutives, les résultats ne sont pas tous identiques dans 23 à 27 % des cas [4].

La protéinurie est un facteur pronostique important chez le chat présentant une MRC. Par rapport aux chats présentant un RPCU inférieur à 0,2, ceux dont le RPCU est compris entre 0,2 et 0,4 et ceux dont le RPCU est supérieur à 0,4 ont respectivement 2,9 et 4 fois plus de risque de mort [5]. La signification pronostique d’une microalbuminurie n’a cependant pas été étudiée à ce jour. Les conséquences de la détection d’une microalbuminurie sur la gestion d’un chat insuffisant rénal chronique restent à établir.

Conclusion

Les performances de la bandelette urinaire et de la réaction à l’ASS sont meilleures chez le chat à MRC que chez le chat sain. Lors de résultat positif à l’ASS, à l’ASS et à la bandelette, ou lorsque le résultat à la bandelette est supérieur ou égal à 2+, une protéinurie est certainement présente. En cas de résultat négatif à la bandelette, la présence d’une protéinurie est peu probable mais pas exclue. La signification pronostique de la protéinurie détectée par le test ERD n’est pas connue à l’heure actuelle et mérite d’être précisée dans de futures études.

Références

  • 1. Grauer GF. Proteinuria: measurement and interpretation. Top Companion Anim. Med. 2011;26:121-127.
  • 2. Lees GE, Brown SA, Elliott J et coll. Assessment and management of proteinuria in dogs and cats: 2004 ACVIM Forum consensus statement. J. Vet. Intern. Med. 2005;19:377-385.
  • 3. Lyon SD, Sanderson MW, Vaden SL et coll. Comparison of urine dipstick, sulfosalicylic acid, urine protein-to-creatinine ratio, and species-specific ELISA methods for detection of albumin in urine samples of cats and dogs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2010; 236:874-879.
  • 4. Mardell EJ, Sparkes AH. Evaluation of a commercial in-house test kit for the semiquantitative assessment of microalbuminuria in cats. J. Feline Med. Surg. 2006;8:269-278.
  • 5. Syme HM, Markwell PJ, Pfeiffer D et coll. Survival of cats with naturally occurring chronic renal failure is related to severity of proteinuria. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:528-535.

Conflit d’intérêts

Aucun.

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Déterminer les performances de différents tests de routine dans la détection d’une albuminurie en comparaison avec un test Elisa spécifique d’espèce (test ERD) chez le chat à maladie rénale chronique (MRC).

MÉTHODE

Trente-sept chats présentant une MRC sont inclus de manière prospective. Toute autre maladie générale non contrôlée ou un examen bactériologique urinaire positif sont des critères d’exclusion. Les urines sont prélevées par cystocentèse. Lors d’hématurie microscopique, leucocyturie ou de bactériurie, les urines ne sont pas analysées.

Une protéinurie est recherchée dans chaque échantillon par une bandelette urinaire, la réaction l’acide sulfosalicylique (ASS) et la mesure du rapport protéines/créatinine urinaires (RPCU). Le test ERD est utilisé comme examen de référence.

RÉSULTATS

Un total de 239 échantillons provenant de 37 chats est analysé.

La sensibilité (Se) et la spécificité (Sp) de la bandelette urinaire (résultat positif si ≥ “traces”) pour détecter une protéinurie sont respectivement de 81,2 % et 62,9 %. Les valeurs prédictive positive (VPP) et négative (VPN) sont respectivement de 70,9 % et 79 %.

La Se et la Sp de l’ASS (résultat positif si ≥ “traces”) sont respectivement de 62,9 % et 95,9 %. La VPP et la VPN sont respectivement de 93,6 % et 73,1 Un test positif à la bandelette et à l’ASS a une VPP de 93,2 % et une VPN de 71,3 %.

Lorsque la positivité à la bandelette urinaire est définie par un résultat ≥ 2+, la Se diminue et la Sp augmente. La VPP est alors de 94,3 % et la VPN de 64 %.

Une valeur de RPCU ≥ 0,2 a une Se de 84,6 % et une Sp de 81,8 %. Ces valeurs sont respectivement de 45,3 % et 100 % pour une valeur ≥ 0,4.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité