Le point Vétérinaire Canin n° 338 du 01/09/2013

CARDIOLOGIE CANINE

Article de synthèse

Pierre Lemaître

Interne en clinique des animaux
de compagnie, CHUV Oniris Atlanpôle,
La Chantrerie
Route de Gachet
BP 40706 44307 Nantes

Lors de suspicion d’un épanchement péricardique, plusieurs examens complémentaires existent pour en trouver la cause et établir un pronostic.

Résumé

→ L’épanchement péricardique concerne principalement des chiens d’âge moyen et de grande taille. Des signes cliniques plus ou moins spécifiques d’une insuffisance cardiaque droite orientent le diagnostique. Celui-ci est confirmé par l’échocardiographie. Plusieurs examens permettent d’évaluer les répercussions sur la fonction cardiaque et de préciser l’étiologie : la radiographie, l’échocardiographie, l’examen histopathologique, le dosage de la troponine cardiaque I et la résonance magnétique cardiaque. Les causes les plus fréquentes d’épanchement péricardique sont l’hémangiosarcome et l’épanchement péricardique idiopathique, suivis du mésothéliome. Le pronostic est fortement influencé par l’étiologie et l’option thérapeutique choisie.

Summary

Pericardial effusion in the dog: clinical approach and aetiological Diagnosis

→ Pericardial effusion mainly affects middle-aged and large-breed dogs. The clinical signs are more or less those of right heart failure, which aids diagnosis. This is confirmed by echocardiography. Several tests are used to assess the impact on cardiac function and clarify the aetiology, including radiography, echocardiography, histopathology, measurement of cardiac troponin I and cardiac magnetic resonance imaging. The most common causes of pericardial effusion are haemangiosarcoma and idiopathic pericardial effusion, followed by mesothelioma. The prognosis is strongly influenced by the aetiology and treatment option chosen.

Key words

Pericardial effusion, cardiac tumours, echocardiography, right heart failure

Chez le chien, les épanchements péricardiques peuvent mettre en jeu le pronostic vital à court terme. Ils ont des effets néfastes sur la dynamique cardiovasculaire. Des éléments de l’anamnèse et certains signes cliniques orientent rapidement les suspicions. L’examen de choix pour le diagnostic d’un épanchement péricardique est l’échocardiographie. Celle-ci permet de mettre en évidence le liquide d’épanchement et d’en apprécier l’impact hémodynamique. Les autres examens complémentaires orientent le diagnostic étiologique, essentiel pour émettre un pronostic.

ÉPIDÉMIOLOGIE

Les épanchement péricardiques concernent particulièrement les chiens de grand format, avec une médiane pondérale de 31,5 kg à 34,8 kg et un âge moyen de 7,8 ans à 9 ans [6, 17, 22]. Cependant, chez le saint-bernard, l’affection semble apparaître plus précocement, à un âge moyen de 2,3 ans [26].

ANAMNÈSE

Les signes cliniques rapportés par les propriétaires sont très variés : faiblesse, léthargie, perte d’appétit, distension abdominale, intolérance à l’effort, dyspnée, malaise, toux, perte de poids, vomissement et/ou diarrhée, polyuro-polydipsie (tableau 1) [22, 26].

EXAMEN CLINIQUE

À l’examen clinique de l’animal, les principaux signes des épanchements péricardiques sont des bruits cardiaques étouffés, voire inaudibles, une ascite, un abattement, un pouls faible ou paradoxal (diminution de la pression artérielle à l’inspiration par rapport à l’expiration), une dyspnée, des muqueuses pâles, une tachycardie [10, 17, 22, 25, 26]. Ils peuvent être associés de manière variable selon les cas (tableau 2).

DIAGNOSTIC CLINIQUE

La tamponnade est le plus souvent caractérisée par des signes d’insuffisance cardiaque droite avec une diminution des bruits du cœur chez un chien de grand format et d’âge moyen [17]. Un épanchement péricardique de faible volume peut être difficile à déceler. Lorsqu’il est important, le collapsus des cavités cardiaques droites aboutit à une insuffisance circulatoire.

ÉTIOLOGIE

Les hémangiosarcomes représentent la cause la plus fréquente d’épanchement péricardique : 88 % des masses identifiées sur l’oreillette droite lors d’épanchement et 69 % des tumeurs cardiaques [17, 31]. Ils sont suivis par les péricardites idiopathiques, les mésothéliomes, les carcinomes et les chémodectomes (tableau 3). Ces derniers constituent 39,1 % des tumeurs de la base du cœur lors d’épanchement péricardique et 8 % des tumeurs cardiaques [17, 31]. Les adénocarcinomes thymiques représentent 26,1 % des tumeurs de la base du cœur et 1 % des tumeurs cardiaques, et les lymphomes 4 % des tumeurs cardiaques [17, 31]. La littérature fait état d’autres causes rares d’épanchement péricardique : intoxication aux anticoagulants, rhabdomyome et péricardites constrictives, qui sont la complication de péricardites infectieuses [12, 14, 20, 23]. Alors que la péricardite urémique a été bien décrite chez l’homme, elle a été rapportée dans une seule étude en 1975 chez le chien, à notre connaissance [19, 33].

Examens complémentaires

1. Radiographie thoracique

La radiographie thoracique met en évidence un cœur globalement élargi, d’aspect “globuleux” à bords nets dans 52,3 à 87 % des cas (photo 1). Un épanchement pleural et/ou une ascite sont aussi visibles en bordure de champ [17, 26]. Cet examen permet également de visualiser une masse cardiaque ou pulmonaire (cela peut être difficile en cas d’épanchement pleural) [26].

2. Électrocardiogramme

L’analyse de l’électrocardiogramme (ECG) peut orienter fortement le diagnostic. Des complexes QRS de voltage réduit et une alternance électrique sont fortement évocateurs d’un épanchement péricardique [17, 26, 27]. L’alternance électrique est une modification de l’amplitude des complexes QRS qui apparaît alternativement d’un battement à l’autre (figure 1). Cette alternance est due au mouvement du cœur qui “flotte” dans le sac péricardique (swinging heart) et qui modifie l’axe électrique cardiaque d’un battement à l’autre [21]. D’autres anomalies du tracé, non spécifiques, sont plus rarement observées : tachycardie sinusale, supraventriculaire ou ventriculaire, extrasystole auriculaire, supraventriculaire ou ventriculaire, fibrillation atriale [17, 26].

3. Échocardiographie

L’échocardiographie est la méthode la plus sensible et la plus spécifique pour la détection d’un épanchement péricardique. Celui-ci apparaît comme un espace anéchogène autour du cœur (photo 2). Selon la rapidité d’accumulation du liquide d’épanchement, quel qu’en soit le volume, une tamponnade cardiaque peut survenir. Un collapsus de l’oreillette droite en diastole apparaît alors, allant d’une simple concavité localisée à un collapsus complet de l’oreillette puis du ventricule [29]. Le collapsus survient lorsque la pression intrapéricardique égale la pression intracardiaque de l’oreillette et du ventricule [10].

Avec l’augmentation de la pression intrapéricardique, des variations de la pression aortique systolique apparaissent selon la phase respiratoire (à l’origine d’un pouls paradoxal). Comme ces variations se produisent avant la pression nécessaire au collapsus du cœur droit, leur évaluation permet de détecter précocement une augmentation de la pression intrapéricardique [10].

Cette appréciation peut se faire à l’aide de l’échocardiographie Doppler. Une élévation du pic de vitesse du flux transpulmonaire et une diminution de celui du flux transaortique pendant la phase inspiratoire peuvent être mises en évidence en mode Doppler pulsé. Le pourcentage de variation de ces flux évolue de façon linéaire avec l’augmentation de la pression intrapéricardique [25]. Lors de l’analyse du flux transmitral, la vitesse moyenne du flux mitral en début de diastole (onde E) diminue en phase inspiratoire (figure 2). Cette baisse s’intensifie avec l’augmentation de la pression intrapéricardique, tandis que la vitesse moyenne au moment de la systole auriculaire (onde A) ne change pas. Néanmoins, l’intensité de la variation du flux transmitral n’étant pas linéaire, elle ne permet pas de prédire la pression intrapéricardique [10].

L’examen échocardiographique présente des faux positifs et des faux négatifs bien connus en médecine humaine (encadré 1).

Chez le chien, des cas similaires de faux négatifs associés à une hypertension artérielle pulmonaire, à une hypertrophie du ventricule droit ou à la mise sous ventilation assistée sont décrits [8, 15]. Les faux positifs dus à la présence d’un hématome ou d’un épanchement pleural peuvent aussi se rencontrer [16, 24]. Le pneumothorax, lui, ne semble pas engendrer de résultats faussement positifs chez le chien [2]. À notre connaissance, aucun cas de collapsus du cœur droit par dilatation de structures digestives n’a été décrit chez le chien.

Lorsqu’il s’agit de déterminer l’origine d’un épanchement, l’échocardiographie se trouve être, ici encore, un outil performant.

Selon l’étude de MacDonald et coll., la sensibilité de l’échocardiographie pour la détection d’une masse cardiaque est de 80 % (88 % si l’examen est renouvelé) pour une spécificité de 100 % lorsque l’échographie est réalisée par un diplômé d’un collège de cardiologie. Lorsqu’il s’agit de distinguer une masse sur l’oreillette droite des autres causes d’épanchement péricardique, la sensibilité est de 84 % et la spécificité de 99 %. Pour une masse de la base du cœur, la sensibilité est de 74 % et la spécificité de 98 % [17].

4. Numération et formule sanguines et biochimie

Un certain nombre d’anomalies non spécifiques peuvent apparaître sur les numération et formule sanguines : une anémie modérée (hématocrite inférieure à 37 %), faiblement à non régénérative dans 25,6 % à 40 % des cas et une thrombocytopénie (< 200 000 plaquettes/µl) dans 13,3 % des cas [17, 26].

L’analyse biochimique sanguine peut aussi mettre en évidence des anomalies non spécifiques (tableau 4).

5. Analyse du liquide d’épanchement

Une comparaison entre le liquide d’épanchement péricardique idiopathique et celui dû à un processus tumoral, pour le statut acido-basique, les concentrations en électrolytes, en glucose, en urée et en lactate, et l’hématocrite, a mis en évidence des différences significatives. Néanmoins, les valeurs des deux groupes se chevauchent, et des seuils permettant d’utiliser ces paramètres à des fins diagnostiques n’ont pu être fixés [5]. Il convient de prendre en compte les risques de complications associés à la récolte du liquide péricardique (troubles du rythme, arrêt cardiaque, saignements continus), se produisant dans 15,2 % des cas [13].

6. Cytologie du liquide de péricardiocentèse

La caractérisation de l’épanchement, la cytologie et les cultures bactérienne et mycologique permettent d’éliminer l’origine infectieuse du diagnostic différentiel. Cependant, les principales causes d’épanchement péricardique (tumorales, idiopathiques) sont rarement diagnostiquées par ces méthodes d’analyse. Les résultats négatifs sont donc nombreux.

Le liquide d’épanchement peut être classé en plusieurs catégories, selon qu’il s’agit d’un transsudat riche ou pauvre en protéines, d’un exsudat septique ou non, d’un épanchement hémorragique, d’un épanchement “lymphorragique” (épanchement chyleux, lymphatique non chyleux, pseudochyleux) ou d’un épanchement par rupture d’un organe [28].

Dans une étude portant sur 107 cas, la fréquence de chaque sorte d’épanchement a été calculée (tableau 5) [17]. Dans ce travail, un diagnostic étiologique a été obtenu dans seulement 12,8 % des cas grâce à la cytologie. Ainsi, la cytologie semble ne pas être utile pour le diagnostic des hémangiosarcomes et des mésothéliomes [32]. Des cellules mésothéliales réactives sont observées dans 60 % des épanchements péricardiques idiopathiques et dans 100 % des mésothéliomes, et peuvent être confondues avec des cellules mésothéliales tumorales [27]. À l’opposé, lors d’un épanchement péricardique dû à un lymphome cardiaque, la cytologie se révèle être un examen de choix [18].

7. Histopathologie

L’histopathologie est considérée comme un examen diagnostique. Le prélèvement de tissu est effectué durant la péricardectomie car les méthodes de prélèvement non chirurgicales sont jugées dangereuses [30]. Lorsque aucune masse n’est visible sur le cœur, un prélèvement du péricarde permet, notamment, de différencier un épanchement péricardique idiopathique et un mésothéliome. En cas d’épanchement péricardique idiopathique, les prélèvements se révèlent diagnostiques dans 86 % des cas [27]. La même étude relève une révision du diagnostic vers un mésothéliome après la réalisation de nouvelles biopsies chirurgicales ou post-mortem dans 43 % des cas [27]. Lors de visualisation d’une masse, l’exérèse partielle ou complète permet d’obtenir un diagnostic étiologique définitif. Pour l’heure, aucun essai n’a encore évalué la sensibilité et la spécificité de l’examen histopathologique des masses cardiaques chez le chien.

8. Concentration en troponine cardiaque I

La troponine est une protéine myofibrillaire dont l’isoforme I cardiaque (cTnI) est un marqueur sensible et spécifique d’une atteinte myocardique. Une étude récente a montré qu’une concentration plasmatique en cTnI supérieure à 0,25 ng/ml indiquait la présence probable d’un hémangiosarcome cardiaque chez les chiens atteints d’un épanchement péricardique. Une concentration plasmatique en cTnI supérieure à 2,45 ng/ml suggérerait une atteinte cardiaque chez des chiens présentant un hémangiosarcome autre que cardiaque [4].

9. Résonance magnétique cardiaque

En médecine humaine, l’imagerie cardiaque par résonance magnétique est devenue la méthode de choix pour l’évaluation des maladies péricardiques et des masses cardiaques (encadré 2).

Une étude a récemment évalué cette méthode chez le chien. La résonance magnétique cardiaque (CMR, pour cardiovascular magnetic resonance) n’a pas démontré sa supériorité face à l’échocardiographie. Cet essai a néanmoins révélé qu’une grande expérience, voire une formation spécifique en CMR sont nécessaires pour mettre en évidence les masses cardiaques. En effet, certaines n’ont pas été détectées à la première lecture, mais seulement après plusieurs années d’entraînement [1]. Les autres limites de cette méthode chez le chien sont la disponibilité de l’appareil d’imagerie par résonance magnétique de haut champ et la nécessité de réaliser une anesthésie générale.

PRONOSTIC

Identifier la cause de l’épanchement péricardique est impératif pour émettre un pronostic. La survie en cas d’épanchement péricardique idiopathique est significativement plus longue que la survie lors de mésothéliome, elle-même prolongée par rapport à celle rapportée pour un hémangiosarcome (tableaux 6 et 7) [6, 27].

1. Lors d’une masse cardiaque associée

Lors du diagnostic échocardiographique, la détection d’une masse cardiaque associée à l’épanchement péricardique a une influence significative sur le pronostic. Les chiens atteints d’un épanchement péricardique chez lesquels aucune masse n’a pu être mise en évidence ont une médiane de survie de 303 jours à 1 068 jours [17, 26]. Ceux pour lesquels une masse cardiaque a été détectée ont une médiane de survie de 16 à 26 jours [17, 26]. Cependant, en raison du mauvais pronostic associé, un certain nombre de propriétaires ont choisi d’emblée l’euthanasie de leur animal.

La localisation de cette masse influe également sur le pronostic : l a médiane de survie est de 57 à 155 jours lorsqu’elle est située à la base du cœur et de 24 heures pour une masse sur l’oreillette droite [17, 30].

2. Selon la nature de l’épanchement

La médiane de survie est de 745 jours pour les chiens avec un épanchement péricardique d’origine non tumorale et de 19 jours lorsqu’il s’agit d’une tumeur [17]. La médiane de survie est de 459 jours si l’épanchement péricardique est idiopathique, de 60 à 408 jours en cas de mésothéliome, de 41 jours lors de lymphome et de 2 à 16 jours pour un hémangiosarcome [6, 17, 18, 27].

3. Selon le traitement

Le choix thérapeutique influence également le pronostic. Les chiens sans masse cardiaque détectée ont une médiane de survie de 532 jours sans péricardectomie subtotale, contre 1 218 jours pour ceux qui sont opérés (avec un taux de mortalité peropératoire de 13 %) [26]. Ceux qui montrent une masse de la base du cœur survivent en moyenne 129 +/– 51 jours lorsqu’ils sont traités médicalement, contre 661 +/– 170 jours lors de péricardectomie [30]. Les chiens atteints d’un chémodectome ont une médiane de survie de 42 jours sans chirurgie, contre 730 jours avec une péricardectomie [7]. Lors d’épanchement péricardique dû à un lymphome cardiaque, la médiane de survie sans chimiothérapie est de 22 jours, contre 157 jours en cas de chimiothérapie associée [18].

Lors d’hémangiosarcome cardiaque, la médiane de survie après l’excision chirurgicale de la masse (avec péricardectomie associée dans 91 % des cas) est de 56 jours. Lorsque la chirurgie n’est pas complétée d’une chimiothérapie, la médiane de survie est de 42 jours, contre 175 jours lors de chimiothérapie associée [32].

Conclusion

L’épanchement péricardique touche principalement des chiens de grande taille et d’âge moyen. La dysfonction cardiaque, dont découlent les signes cliniques, en fait des animaux à risque. Le pronostic est amélioré lorsqu’une thérapeutique adaptée est mise en place. La recherche de la cause peut être une aide dans cette prise de décision. L’échocardiographie fournit de précieuses informations possiblement affinées par la mise au point et une meilleure disponibilité de l’imagerie cardiaque par résonance magnétique chez le chien.

Références

  • 1. Boddy KN, Sleeper MM, Sammarco CD et coll. Cardiac magnetic resonance in the differentiation of neoplastic and nonneoplastic pericardial effusion. J. Vet. Intern. Med. 2011;25(5):1003-1009.
  • 2. Brecher GA, Gilbert CA. Atrial transmural pressures during experimental pericardial tamponade. Circ. Res. 1971;28(3):323-329.
  • 3. Canivet JL. Aspects trompeurs des tamponnades: principales causes d’erreur dans l’etablissement du diagnostic clinique et échocardiographique. Arch. Mal. Cœur Vaiss. 2003;96(10):988-994.
  • 4. Chun R, Kellihan HB, Henik RA et coll. Comparison of plasma cardiac troponin I concentrations among dogs with cardiac hemangiosarcoma, noncardiac hemangiosarcoma, other neoplasms, and pericardial effusion of nonhemangiosarcoma origin. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2010;237(7):806-811.
  • 5. De Laforcade AM, Freeman LM, Rozanski EA et coll. Biochemical analysis of pericardial fluid and whole blood in dogs with pericardial effusion. J. Vet. Intern. Med. 2005;19(6):833-836.
  • 6. Dunning D, Monnet E, Orton EC et coll. Analysis of prognostic indicators for dogs with pericardial effusion: 46 cases (1985-1996). J. Am. Vet. Med. Assoc. 1998;212(8):1276-1280.
  • 7. Ehrhart N, Ehrhart EJ, Willis J et coll. Analysis of factors affecting survival in dogs with aortic body tumors. Vet. Surg. 2002;31(1):44-48.
  • 8. Faehnrich JA, Noone RB, Jr., White WD et coll. Effects of positive-pressure ventilation, pericardial effusion, and cardiac tamponade on respiratory variation in transmitral flow velocities. J. Cardioth. Vasc. Anesth. 2003;17(1):45-50.
  • 9. Fine DM, Tobias AH, Jacob KA. Use of pericardial fluid pH to distinguish between idiopathic and neoplastic effusions. J. Vet. Intern. Med. 2003;17(4):525-529.
  • 10. Gonzalez MS, Basnight MA, Appleton CP. Experimental pericardial effusion: relation of abnormal respiratory variation in mitral flow velocity to hemodynamics and diastolic right heart collapse. J. Am. Coll. Cardiol. 1991;17(1):239-248.
  • 11. Gulati G, Sharma S, Kothari SS et coll. Comparison of echo and MRI in the imaging evaluation of intracardiac masses. Cardiovasc. Intervent. Radiol. 2004;27(5):459-469.
  • 12. Heinritz CK, Gilson SD, Soderstrom MJ et coll. Subtotal pericardectomy and epicardial excision for treatment of coccidioidomycosis-induced effusive-constrictive pericarditis in dogs: 17 cases (1999-2003). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2005;227(3):435-440.
  • 13. Humm KR, Keenaghan-Clark EA, Boag AK. Adverse events associated with pericardiocentesis in dogs: 85 cases (1999-2006). J. Vet. Emerg. Crit. Care. 2009;19(4):352-356.
  • 14. Jubb KVF, Kennedy PC, Palmer N. Pathology of domestic animals. 5th ed. Ed. Elsevier Saunders, Edinburgh, New York. 2007.
  • 15. Leimgruber PP, Klopfenstein HS, Wann LS et coll. The hemodynamic derangement associated with right ventricular diastolic collapse in cardiac tamponade: an experimental echocardiographic study. Circulation. 1983;68(3):612-620.
  • 16. Little AA, Steffey M, Kraus MS. Marked pleural effusion causing right atrial collapse simulating cardiac tamponade in a dog. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2007;43(3):157-162.
  • 17. MacDonald KA, Cagney O, Magne ML. Echocardiographic and clinicopathologic characterization of pericardial effusion in dogs: 107 cases (1985-2006). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2009;235(12):1456-1461.
  • 18. McGregor JM, Faria ML, Moore AS et coll. Cardiac lymphoma and pericardial effusion in dogs: 12 cases (1994-2004). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2005;227(9):1449-1453.
  • 19. Madewell BR, Norrdin RW. Renal failure associated with pericardial effusion in a dog. J. Am. Vet. Med. Assoc. 1975;167(12):1091-1093.
  • 20. Mansfield CS, Callanan JJ, McAllister H. Intra-atrial rhabdomyoma causing chylopericardium and right-sided congestive heart failure in a dog. Vet. Rec. 2000;147(10):264-267.
  • 21. Martin MWS. Small animal ECGs: an introductory guide. 2nd ed. Ed. Blackwell Science, Oxford. 2007.
  • 22. Mellanby RJ, Herrtage ME. Long-term survival of 23 dogs with pericardial effusions. Vet. Rec. 2005;156(18):568-571.
  • 23. Park C, Lim CY, Kim JH et coll. Successful therapy of coumatetralyl rodenticide induced pericardial effusion with pericardiocentesis in a dog. Can. Vet. J. 2011;52(2):165-168.
  • 24. Parra JL, Mears EA, Borde DJ et coll. Pericardial effusion and cardiac tamponade caused by intrapericardial granulation tissue in a dog. J. Vet. Emerg. Crit. Care (San Antonio). 2009;19(2):187-192.
  • 25. Picard MH, Sanfilippo AJ, Newell JB et coll. Quantitative relation between increased intrapericardial pressure and Doppler flow velocities during experimental cardiac tamponade. J. Am. Coll. Cardiol. 1991;18(1):234-242.
  • 26. Stafford Johnson M, Martin M, Binns S et coll. A retrospective study of clinical findings, treatment and outcome in 143 dogs with pericardial effusion. J. Small Anim. Pract. 2004;45(II):546-552.
  • 27. Stepien RL, Whitley NT, Dubielzig RR. Idiopathic or mesothelioma-related pericardial effusion: clinical findings and survival in 17 dogs studied retrospectively. J. Small Anim. Pract. 2000;41(8):342-347.
  • 28. Stockham SL, Scott MA. Cavitary effusions. In: Fundamentals of veterinary clinical pathology. 2nd ed. Ed. Blackwell Pub., Ames, Iowa. 2008:831-868.
  • 29. Tilley LP. Manual of canine and feline cardiology. 4th ed. Ed. Saunders, an imprint of Elsevier Inc., St. Louis, MO. 2007.
  • 30. Vicari ED, Brown DC, Holt DE et coll. Survival times of and prognostic indicators for dogs with heart base masses: 25 cases (1986-1999). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2001;219(4):485-487.
  • 31. Ware WA, Hopper DL. Cardiac tumors in dogs: 1982-1995. J. Vet. Intern. Med. 1999;13(2):95-103.
  • 32. Weisse C, Soares N, Beal MW et coll. Survival times in dogs with right atrial hemangiosarcoma treated by means of surgical resection with or without adjuvant chemotherapy: 23 cases (1986-2000). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2005;226(4):575-579.
  • 33. Zakynthinos E, Theodorakopoulou M, Daniil Z et coll. Hemorrhagic cardiac tamponade in critically ill patients with acute renal failure. Heart Lung. 2004;33(1):55-60.

Conflit d’intérêts

Aucun.

ENCADRÉ 1
Circonstances à l’origine de faux positifs ou de faux négatifs d’épanchement péricardique chez l’homme lors d’échocardiographie

En cas de patient sous ventilation assistée, la modification des flux valvulaires avec les phases respiratoires n’est pas toujours présente. De même, lors de tamponnade cardiaque localisée, d’hypertension artérielle pulmonaire ou d’hypertrophie du ventricule droit, le collapsus diastolique du cœur droit peut ne pas survenir. À l’inverse, en cas d’épanchement pleural important, d’hématomes médiastinaux, de pneumothorax ou de dilatation de structures digestives, la pression exercée sur le cœur entraîne parfois un collapsus du cœur droit sans qu’un épanchement péricardique ne soit présent [3].

Points forts

→ Les signes cliniques d’un épanchement péricardique sont ceux d’une insuffisance cardiaque droite.

→ L’échocardiographie est l’examen de choix pour détecter un épanchement péricardique. Elle permet aussi d’étudier les répercussions hémodynamiques et de rechercher l’étiologie.

→ L’hémangiosarcome et la péricardite idiopathique représentent chacun un tiers des cas.

→ Le pronostic dépend de l’étiologie et du traitement.

ENCADRÉ 2
Résonance magnétique cardiaque

La résonance magnétique cardiaque (CMR) offre une meilleure différenciation en résolution et en contraste des tissus, par rapport à l’échographie. Dans une étude chez l’homme, elle a permis la détection d’anomalies non décelées à l’échographie transthoracique ou transœsophagienne dans 46 % des cas. De même, ces deux méthodes échographiques ont établi le bon diagnostic étiologique dans 29 % des cas, contre 75 % des cas pour la CMR [11].

REMERCIEMENTS

Aux docteurs Jack-Yves Deschamps, Marion Fusellier et Olivier Gauthier pour leur relecture attentive et leurs conseils avisés.

1. Radiographie thoracique : cardiomégalie globale avec un cœur d’aspect globuleux.

FIGURE 1
Électrocardiogramme lors d’épanchement péricardique

FIGURE 1Électrocardiogramme lors d’épanchement péricardique

Noter l’alternance électrique : l’amplitude des complexes QRS varie d’un battement à l’autre.

FIGURE 2
Flux transmitral en mode Doppler pulsé

FIGURE 2Flux transmitral en mode Doppler pulsé

L’onde E (Early) correspond au remplissage passif du ventricule gauche (VG) et l’onde A (Atrial) au remplissage actif du VG. a : flux transmitral normal ; b : flux transmitral d’un cœur en tamponnade.

2. Échocardiographie : épanchement péricardique en coupe petit axe parasternale droite. VG : ventricule gauche ; VD : ventricule droit ; EPP : épanchement péricardique.

TABLEAU 1
Fréquence éléments rapportés lors de l’anamnèse

TABLEAU 1Fréquence éléments rapportés lors de l’anamnèse

TABLEAU 2
Fréquence des signes cliniques lors de l’examen

TABLEAU 2Fréquence des signes cliniques lors de l’examen

TABLEAU 3
Fréquence des causes d’épanchement péricardique à l’examen histologique

TABLEAU 3Fréquence des causes d’épanchement péricardique à l’examen histologique

TABLEAU 4
Fréquence des anomalies biochimiques accompagnant un épanchement péricardique

TABLEAU 4Fréquence des anomalies biochimiques accompagnant un épanchement péricardique

TABLEAU 5
Nature de l’épanchement péricardique

TABLEAU 5Nature de l’épanchement péricardique

TABLEAU 6
Médiane de survie selon l’étiologie

TABLEAU 6Médiane de survie selon l’étiologie

TABLEAU 7
Médiane de survie selon le traitement

TABLEAU 7Médiane de survie selon le traitement
Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter

Découvrez en avant-première chaque mois le sommaire du Point Vétérinaire Expert Canin et Expert Rural.

Retrouvez-nous sur
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...