Le point Vétérinaire n° 336 du 01/06/2013
 

Dossier

Facteurs influençant la santé digestive chez le chiot en périsevrage

Aurélien Grellet

L’aspect des selles

peut fournir des renseignements sur l’agent responsable de diarrhées chez le chiot.

Les parasites sont souvent responsables

de diarrhées de sevrage. Il en est de même pour les virus (dont le parvovirus), diagnostiqués par les techniques Elisa et par PCR. Les résultats de cultures bactériennes sont interprétés avec précaution.

L’origine de la diarrhée est souvent multifactorielle :

l’environnement et les conditions de vie jouent un rôle dans son déclenchement.

Il est indispensable de prendre des mesures sanitaires

lors de diarrhées dans un élevage, afin d’éviter la transmission des agents pathogènes.

Traitements des gastro-entérites aiguës : adaptations selon les cas

Clémence Peyron et coll.

En cas de gastro-entérite aiguë

(GEA) sans atteinte de l’état général, un traitement de soutien suffit le plus souvent en première intention (jeûne, pansement digestif, anti-émétique et vermifugation).

Lorsqu’une gastro-entérite persiste plus de 24 heures

malgré un traitement symptomatique, une antibiothérapie peut être prescrite durant 3 à 5 jours (colistine, sulfaguanidine).

En cas de GEA grave

(syndrome fébrile, choc septique, signes d’occlusion) avec une suspicion de bactériémie, une antibiothérapie à large spectre est justifiée.

Il est possible de détecter certains signes de bactériémie :

de la fièvre, des muqueuses anormales (souvent grisâtres), une leucocytose ou une leucopénie, une déviation de la courbe d’Arneth à gauche et la présence de polynucléaires neutrophiles toxiques.

Gastro-entérites chroniques : examens complémentaires et traitements

Clémence Peyron et coll.

Trois grands types

de gastro-entérites chroniques sont distingués : l’intolérance ou l’hypersensibilité alimentaire, les gastro-entérites répondant aux antibiotiques et celles répondant au traitement immunomodulateur.

Des examens complémentaires

sont nécessaires pour déterminer la conduite thérapeutique à tenir (bilan sanguin, imagerie).

L’antibiothérapie

est rarement indiquée en première intention en cas de gastro-entérite chronique.

L’utilisation d’antibiotiques se justifie,

après des examens complémentaires, en cas de signes de bactériémie, de suspicion de gastro-entérite répondant aux antibiotiques et de colite ulcérative histiocytaire du boxer.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité