Le point Vétérinaire Canin n° 335 du 01/05/2013
 

REPRODUCTION CANINE

Pas à pas

Adeline Decambron*, Rosario Vallefuoco**, Véronique Viateau***, Mathieu Manassero****


*Service de chirurgie, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
adecambron@vet-alfort.fr
**Service de chirurgie, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
adecambron@vet-alfort.fr
***Service de chirurgie, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
adecambron@vet-alfort.fr
****Service de chirurgie, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
adecambron@vet-alfort.fr

L’ovariectomie de la chienne sous cœlioscopie est une procédure mini-invasive présentant de nombreux intérêts et faisant appel à une procédure spécifique.

La plus répandue des techniques chirurgicales d’ovariectomie de chienne sous cœlioscopie est celle utilisant trois accès abdominaux alignés sur la ligne blanche.

SOINS POST-OPÉRATOIRES

Les soins postopératoires consistent en une administration de dérivés morphiniques pendant 6 à 12 heures, relayée par une administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens durant 4 jours.

Conflit d’intérêts

Aucun.

1. Mise en place de la chemise d’exposition et établissement du pneumopéritoine. Une incision cutanée médiane de 6 à 12 mm (6 mm pour une optique de 5 mm et 12 mm pour une optique de 10 mm) est réalisée 1 à 2 cm caudalement à l’ombilic. Après ponction de la ligne blanche, les berges musculaires sont saisies à l’aide de pinces d’Allis ou de fils de traction, puis une chemise montée sur un obturateur mousse est introduite et connectée à l’insufflateur afin d’établir le pneumopéritoine (en cas de fuites de CO2 autour de la chemise, une suture en bourse chargeant le plan musculaire peut être mise en place).

2. Mise en place des chemises instrumentales. Une fois le pneumopéritoine stabilisé à une pression de 10 à 12 mmHg, l’optique de cœlioscopie est introduite par la chemise d’exposition (photo 2a). Deux incisions cutanées médianes, de taille similaire à celle des chemises, sont effectuées 2 cm cranialement à l’ombilic pour la première, et, à mi-distance entre l’ombilic et le pubis, pour la seconde. Puis, les deux chemises, montées sur un obturateur muni d’une lame, sont insérées dans la cavité abdominale, par les incisions, sous contrôle visuel avec l’optique (photo 2b).CC : chemise de cœlioscopie ; Ob Obturateur ; CSD : Cul-de-sac recto-vésical droit

2. Mise en place des chemises instrumentales. Une fois le pneumopéritoine stabilisé à une pression de 10 à 12 mmHg, l’optique de cœlioscopie est introduite par la chemise d’exposition (photo 2a). Deux incisions cutanées médianes, de taille similaire à celle des chemises, sont effectuées 2 cm cranialement à l’ombilic pour la première, et, à mi-distance entre l’ombilic et le pubis, pour la seconde. Puis, les deux chemises, montées sur un obturateur muni d’une lame, sont insérées dans la cavité abdominale, par les incisions, sous contrôle visuel avec l’optique (photo 2b).CC : chemise de cœlioscopie ; Ob Obturateur ; CSD : Cul-de-sac recto-vésical droit

3. Préhension de l’ovaire gauche. Le chirurgien et son aide opératoire sont placés du côté droit de l’animal. Une inspection de la cavité abdominale est effectuée, puis les instruments (pince à préhension et dispositif d’hémostase) sont introduits dans les chemises. Le côlon et la rate sont réclinés médialement afin de dégager l’ovaire (photo 3a). Ce dernier est saisi à l’aide de la pince cœlioscopique au niveau de son ligament propre et mis en traction ventralement (photo 3b). Une rotation de l’animal sur le côté droit facilite l’exposition de la région.RG : rein gauche ; R : rate ; C : côlon ; J : jéjunum ; O : ovaire ; P : pédicule ovarien, BO : bourse ovarique, MO : méso-ovarien ; MM : méso-métrium, C : corne utérine, PA : paroi Abdominale

3. Préhension de l’ovaire gauche. Le chirurgien et son aide opératoire sont placés du côté droit de l’animal. Une inspection de la cavité abdominale est effectuée, puis les instruments (pince à préhension et dispositif d’hémostase) sont introduits dans les chemises. Le côlon et la rate sont réclinés médialement afin de dégager l’ovaire (photo 3a). Ce dernier est saisi à l’aide de la pince cœlioscopique au niveau de son ligament propre et mis en traction ventralement (photo 3b). Une rotation de l’animal sur le côté droit facilite l’exposition de la région.RG : rein gauche ; R : rate ; C : côlon ; J : jéjunum ; O : ovaire ; P : pédicule ovarien, BO : bourse ovarique, MO : méso-ovarien ; MM : méso-métrium, C : corne utérine, PA : paroi Abdominale

4. Hémostase et section de l’ovaire gauche. L’hémostase et la section sont réalisées de manière progressive. Si le dispositif d’hémostase est situé dans la chemise caudale, il est appliqué de manière séquentielle du pôle caudal au pôle cranial de l’ovaire (ligament propre, méso-ovarien, pédicule ovarien puis ligament suspenseur). S’il est situé dans la chemise craniale, la procédure se réalise de manière similaire du pôle cranial au pôle caudal de l’ovaire. Les procédures d’hémostase et de section diffèrent légèrement selon le type de dispositif utilisé (encadré).BO : bourse ovarique, MO : méso-ovarien ; MM : méso-métrium, C : corne utérine, PA : paroi abdominale ; D : dispositif d’hémostase

5. Mise en place de l’ovaire gauche dans le cul-de-sac rectovésical droit. Une fois la résection de l’ovaire effectuée, ce dernier peut être placé dans le cul-de-sac rectovésical droit afin d’être facilement retrouvé en fin d’intervention. Il est aussi possible de retirer l’ovaire de la cavité abdominale à ce moment-là. Cependant, le pneumopéritoine étant alors souvent perdu, il est préférable de n’extraire l’ovaire qu’en fin d’intervention.BO : bourse ovarique, OG : ovaire gauche ; D : dispositif d’hémostase ; V : vessie ; CSD : cul-de-sac recto-vésical droit ; PA : paroi Abdominale

6. Approche et exérèse de l’ovaire droit. Le chirurgien et son aide opératoire se placent à la gauche de l’animal. De la même façon, l’animal est tourné légèrement sur son flanc gauche. Le mésoduodénum est récliné médialement afin de découvrir l’ovaire droit situé sous le duodénum et le pancréas, caudalement au rein droit. L’exérèse de l’ovaire droit est effectuée de manière identique à celle du gauche, puis il est gardé saisi par la pince à préhension (photo 6). L’ovaire gauche, placé dans le cul-de-sac recto-vésical droit, est ensuite saisi.P : pancréas ; Du : duodénum ; J : jéjunum ; OD : ovaire droit ; D : dispositif d’hémostase ; LS : ligament suspenseur ovarien ; MO : méso-ovarien ; P : pédicule ovarien ; MM : méso-métrium

7. Retrait des ovaires. Le retrait des ovaires est réalisé par leur traction au travers de la lumière des chemises. Si cela n’est pas possible (chemise de 5 mm ou bourse ovarique riche en tissu adipeux), ils sont mis au contact des chemises (photo 7). Le pneumopéritoine est légèrement vidangé, puis une traction concomitante est exercée sur les chemises et sur les pinces agrippant les ovaires. Ces derniers sont alors retirés de la cavité abdominale simultanément au retrait des chemises.CC : chemise de cœlioscopie ; O : ovaire

8. Fermeture et contrôle de l’hémostase. Les accès abdominaux cranial et caudal sont refermés de façon usuelle à l’aide d’un ou deux points pour chaque plan. Le pneumopéritoine est rétabli et une exploration de la cavité abdominale est effectuée à l’aide de l’optique afin de contrôler l’hémostase (photo 8a). La chemise centrale (chemise d’exposition) est ensuite retirée et le pneumopéritoine est complètement évacué en pressant la paroi abdominale en région rétrocostale. Enfin, l’accès abdominal central est refermé (photo 8b).C : corne utérine ; LR : ligament rond ; M : moignon utérin coagulé et sectionné.

8. Fermeture et contrôle de l’hémostase. Les accès abdominaux cranial et caudal sont refermés de façon usuelle à l’aide d’un ou deux points pour chaque plan. Le pneumopéritoine est rétabli et une exploration de la cavité abdominale est effectuée à l’aide de l’optique afin de contrôler l’hémostase (photo 8a). La chemise centrale (chemise d’exposition) est ensuite retirée et le pneumopéritoine est complètement évacué en pressant la paroi abdominale en région rétrocostale. Enfin, l’accès abdominal central est refermé (photo 8b).C : corne utérine ; LR : ligament rond ; M : moignon utérin coagulé et sectionné.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...