Le point Vétérinaire Canin n° 331 du 01/12/2012
 

CARDIOLOGIE CANINE

Cas clinique

François Serres

Oncovet
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Un chien grand bouvier suisse femelle âgé de 5 ans est présenté en urgence pour l’exploration d’une fatigabilité notée depuis un mois, associée à plusieurs épisodes de syncope observés depuis 24 heures.

DIAGNOSTIC

L’animal est abattu, avec un état corporel satisfaisant. L’auscultation met en évidence l’association d’un souffle systolique apexien gauche 3/6, avec un rythme cardiaque irrégulier. La fréquence cardiaque est nettement augmentée (oscillant entre 160 et 250 battements par minute [bpm]). Le pouls est asynchrone et relativement peu frappé. Un examen électrocardiographique (ECG) est réalisé et confirme une tachycardie supraventriculaire irrégulière et non sinusale, caractéristique d’une fibrillation atriale de très haute fréquence.

Un examen échocardiographique est réalisé. Il montre un ventricule gauche de taille et de morphologie peu modifiées, avec une cinétique ventriculaire peu altérée associée à une dilatation systolique et diastolique peu marquée (photo 1).

Un diagnostic de cardiomyopathie secondaire à une tachyarythmie est supposé. Un traitement associant de la digoxine (0,005 mg/kg toutes les 12 heures) et du diluvial (2 mg/kg toutes les 8 heures) est instauré en traitement de l’arythmie, un bilan biochimique et électrolytique préalable sans anomalie ayant été réalisé.

L’animal est de nouveau présenté 72 heures plus tard, après l’observation d’une dysorexie marquée.

Un ECG de contrôle montre un net ralentissement de la fréquence cardiaque, sans anomalie ventriculaire associée (photo 2). Un bilan hématologique et biochimique est réalisé. Il indique une nette élévation de l’urémie et de la créatininémie.

Les anomalies observées étant compatibles avec une intolérance à la digoxine, le traitement est suspendu et l’animal est mis sous perfusion de cristalloïde isotonique. Une amélioration progressive de l’état général est observée après 48 heures de perfusion, associée à une normalisation des paramètres rénaux.

Un dosage de la digoxinémie est réalisé près de 12 heures après la dernière administration et met en évidence des valeurs anormalement élevées (3,1 ng/ml, la fourchette thérapeutique étant de 1,5 à 2 ng/ml). Le traitement de la fibrillation atriale est laissé en monothérapie par le diluvial. Un contrôle par examen ECG réalisé après 15 jours montre un contrôle satisfaisant de la fréquence ventriculaire.

DISCUSSION

Le traitement de référence de la fibrillation atriale chez le chien est l’association de digoxine (à la dose de 0,005 mg/kg toutes les 12 heures) et de diltiazem (forme libération prolongée, à la dose de 3 mg/kg toutes les 12 heures ou forme “conventionnelle” à 1 à 2 mg/kg toutes les 8 heures). Dans une étude récente, ce traitement a permis de contrôler efficacement (c’est-à-dire en maintenant la fréquence ventriculaire en dessous de 140 bpm) pendant 85 % du temps versus 12 % pour ces mêmes molécules utilisées en monothérapie [1].

La digoxine permet un ralentissement important de la fréquence ventriculaire par un effet parasympathomimétique. À la dose recommandée, les effets secondaires cardiaques (notamment des arythmies ventriculaires) sont rarement observés. En revanche, des effets secondaires digestifs et parfois rénaux sont possibles. Ces effets secondaires sont imprévisibles, notamment chez les animaux atteints d’une insuffisance cardiaque congestive [2]. Ils sont majorés chez un individu présentant préalablement une dysfonction rénale ou une hyperkaliémie. Il est donc fortement recommandé de vérifier préalablement la fonction rénale et l’ionogramme, et d’interrompre le traitement en cas d’apparition de troubles digestifs.

Références

  • 1. Gelzer AR, Kraus MS, Rishniw M et coll. Combination therapy with digoxin and diltiazem controls ventricular rate in chronic atrial fibrillation in dogs better than digoxin or diltiazem monotherapy: a randomized crossover study in 18 dogs. J. Vet. Intern. Med. 2009;23(3):499-508.
  • 2. Tobias AH, Bland-van den Berg P, Kruse MM et coll. Serum digoxin concentrations in canine congestive heart failure. J. S. Afr. Vet. Assoc. 1989;60(1):11-14.

1. Examen échocardiographique au diagnostic. Coupe temps-mouvement transventriculaire (voie parasternale droite). Un ventricule gauche de taille et de morphologie peu modifiées, avec une cinétique ventriculaire peu altérée associée à une dilatation systolique et diastolique peu marquée. L’ECG concomitant montre une tachycardie irrégulière, supraventriculaire, très rapide, caractéristique d’une fibrillation atriale.

2. ECG de suivi. Dérivations D1, D2, D3 ; 10 mm = 1 mV et 25 mm = 1 s. Examen réalisé après traitement, par l’association de digoxine/et de diltiazem, de la fibrillation atriale.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Sondage de la semaine

Jacques Mézard, sénateur du Cantal, est nommé ministre de l’Agriculture. Vous diriez plutôt que :

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité