Le point Vétérinaire Canin n° 330 du 01/11/2012
 

ONCOLOGIE COMPARÉE

Fiche

François Serres

Oncovet
Clinique vétérinaire des référés
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Les tumeurs gastriques humaines et canines présentent une localisation et un pronostic extrêmement similaire. Le chien constitue un excellent modèle pour cette maladie tumorale souvent fatale, mais de faible incidence.

Les tumeurs gastriques sont la deuxième affection cancéreuse en termes de mortalité rapportée chez l’homme dans les dernières décennies, et représentent plus de 10 % de la mortalité liée au cancer, avec plus de 4 000 nouveaux cas annuels en France. Il s’agit le plus souvent d’adénocarcinomes, situés préférentiellement dans l’antre pylorique, et généralement métastatique au moment du diagnostic, avec un taux de survie à 5 ans, qui reste inférieur à 20 %. Par comparaison, ces tumeurs sont plus rares chez le chien, mais les localisations sont similaires et le pronostic est au moins aussi défavorable.

Épidémiologie et éthiopathogénie

La prévalence des tumeurs gastriques est en diminution globale ces dernières années. Elle semble étroitement liée à la présence de plusieurs facteurs favorisants que constituent le tabagisme (actif et passif), une alimentation riche en sel et pauvre en vitamine A et C. L’exposition à certains agents infectieux, en particulier certaines formes d’Helicobacter, est un facteur favorisant bien démontré. En revanche, une prédisposition génétique est retrouvée seulement dans moins de 5 % des cas.

L’incidence des affections tumorales gastriques est nettement moins importante chez le chien (chez qui elle représente environ 1 % des affections tumorales) et encore plus faible chez le chat. Outre l’exposition à des agents toxiques (principalement nitrosamines), le principal facteur favorisant identifié chez le chien est la prédisposition raciale des bergers belges [3]. Les adénocarcinomes sont largement prédominants, des leiomyosarcomes et lymphomes intestinaux sont plus rarement rencontrés [2, 4].

Diagnostic

La plupart des cas observés chez le chien sont présentés à un stade “symptomatique”, à la suite de vomissements, souvent accompagnés d’une anorexie franche et d’une perte de poids, et de méléna dans 40 % des cas [4]. En dehors d’une anémie ferriprive microcytaire et de rares cas d’hypoglycémie associée à des cas de léiomyosarcome, les examens sanguins ne montrent pas d’anomalie. L’aspect échographique des lésions est souvent très évocateur, mais ne permet pas d’affirmer la nature exacte de la lésion et surtout de définir son opérabilité (l’examen de la petite courbure gastrique et de l’antre pylorique étant souvent partiel, voire impossible) (photo 1).

Si des cytoponctions percutanées permettent souvent d’obtenir un diagnostic rapide, particulièrement dans les cas de tumeur épithéliale et de lymphomes gastriques, la réalisation de biopsies perendoscopiques va préciser l’extension (photos 2 et 3). Un examen tomodensitométrique est recommandé, si un traitement chirurgical est préconisé, l’examen après remplissage de l’estomac par de l’eau identifiant ainsi précisément l’extension de la lésion (photo 4).

Chez l’homme, l’examen tomodensitométrique (thorax et abdomen) reste l’examen de choix pour l’évaluation du stade clinique TNM(1), en complément de l’endoscopie gastrique, qui permet la réalisation de biopsies diagnostiques.

Évolution et traitement

Le pronostic dépend essentiellement de l’extension de l’affection au moment du diagnostic, quelle que soit l’espèce.

Chez l’homme, un geste chirurgical à visée curative n’est envisageable que dans moins de 50 % des cas. Différentes techniques de gastrectomie plus ou moins radicales, éventuellement complétées d’une splénectomie et/ou d’une pancréatectomie sont décrites. Chez le chien, le pronostic est essentiellement lié à l’extension de la maladie au diagnostic : 75 % des cas présentent des lésions métastatiques, le plus souvent abdominales (nœud lymphatique, omentum, foie, plus rarement poumon). Le taux de survie à un an est pratiquement nul [4].

Traitement adjuvant de référence

Pour les lésions non métastatiques au diagnostic, l’intérêt de l’ajout d’une chimiothérapie adjuvante a longtemps fait débat. Récemment, une étude a nettement montré l’intérêt d’une association d’épirubicine, de 5-FU et de platinés (cisplatine) [1]. Pour les formes non opérables, les mêmes molécules sont globalement recommandées. Chez le chien, aucun protocole de référence n’existe, la cyclophosphamide et les dérivés du platine ont été employés.

  • (1) La classification TNM est un système international, proposé par le chirurgien français Pierre Denoix de l’Institut Gustave-Roussy entre 1943 et 1952, afin de classer les cancers selon leur extension anatomique. Plusieurs révisions ont été publiées, la dernière étant la septième édition en 2009. Les trois lettres symbolisent la propagation de la maladie cancéreuse sur le site de la tumeur primitive (T), dans les nœuds lymphatiques voisins (N pour node en anglais) et à distance pour d’éventuelles métastases (M). Chaque lettre est affectée d’un coefficient.

Références

  • 1. Cunningham D et coll. Perioperative chemotherapy versus surgery alone for resectable gastroesophageal cancer. N. Engl. J. Med. 2006;355:11-20.
  • 2. Rivers BJ, Walter PA, Johnston GR et coll. Canine gastric neoplasia: Utility of ultrasonography in diagnosis. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 1997;33:144-155.
  • 3. Scanziani E, Giusti AM, Gualtieri M et coll. Gastric carcinoma in the Belgian shepherd dog. J. Small Anim. Pract. 1991;32:465-469.
  • 4. Swann HM, Holt DE. Canine gastric adenocarcinoma and leiomyosarcoma: a retrospective study of 21 cases (1986-1999) and literature review. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2002;38:157-164.

1. Examen échographique abdominal : lésion d’épaississement diffus avec perte de l’échostructure de la paroi gastrique : adénocarcinome gastrique.

2. Examen cytologique d’une ponction de la paroi gastrique : population de cellules de morphologie épithéliale présentant des atypies majeures (anisocytose, anisocaryose, cellules multinucléées). Ces cellules ont des caractéristiques de cellules secrétantes, propres à l’évolution d’un adénocarcinome gastrique.

3. Examen endoscopique : lésion tissulaire fortement ulcérée et nécrotique, dont la grande taille limite l’évaluation de l’opérabilité.

4. Examen tomodensitométrique après administration de liquide per os via une sonde, afin de dilater au maximum l’estomac. Les contours de la lésion gastrique (touchant la petite courbure de l’estomac) sont soulignés.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Sondage de la semaine

Le nouveau ministre de l'Agriculture envisage une simplification administrative pour le secteur agricole.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité