Le point Vétérinaire n° 329 du 01/10/2012
 

EN 10 ÉTAPES

Hélène Kolb*, Isabelle Testault**


*Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr
**Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr

L’examen des nœuds lymphatiques aide à la détection des affections abdominales. Il est nécessaire de savoir les repérer lors d’un examen échographique et de connaître leur aspect normal.

Les nœuds lymphatiques (NL) ne doivent pas être oubliés lors de l’exploration échographique abdominale. Leur examen apporte souvent des renseignements indispensables à la détection de certaines affections organiques (tumorale ou une infection par exemple). Leur identification passe par une parfaite connaissance du réseau vasculaire abdominal et de leur aspect normal. Cet article détaille les outils échographiques indispensables pour apprécier les nœuds lymphatiques normaux chez le chien et le chat.

LES PRINCIPAUX NŒUDS LYMPHATIQUES ET LEUR DRAINAGE

Les NL drainent toujours un ensemble d’organes (tableau 1). De la même façon, un organe est drainé par plusieurs NL (tableau 2). Lors d’une affection, il est très utile de connaître les différents sites de drainage afin d’analyser au mieux les NL concernés (NL normaux, tumorisés ou réactionnels).

LOCALISATION DES NŒUDS LYMPHATIQUES ABDOMINAUX

Les structures vasculaires (artères et veines) servent au repérage de la plupart des NL abdominaux (encadré et photo 1). L’identification échographique de ces derniers s’appuie donc sur une parfaite maîtrise de la vascularisation abdominale.

Les NL abdominaux sont divisés en deux groupes : les NL viscéraux et les NL pariétaux. Les NL viscéraux incluent les NL jéjunaux (ou mésentériques), hépatiques, pancréatico-duodénal, spléniques, coliques et mésentériques caudaux. Les NL pariétaux regroupent les NL lombo-aortiques, iliaques (médiaux, externes et internes), hypogastriques, rénaux et sacrés (figures 1 et 2).

1. Localisation des nœuds lymphatiques pariétaux

Les nœuds lymphatiques iliaques médiaux

Situés dans l’espace rétropéritonéal, les NL iliaques médiaux apparaissent dorsalement à la vessie, en regard de la cinquième-sixième vertèbre lombaire, entre les portions terminales de l’aorte et de la veine cave caudale et les artères iliaques externes. Le NL iliaque médial droit se situe ventrolatéralement à la veine cave caudale (photo 2). Le NL iliaque médial gauche, plus dorsal, est latéral à l’aorte et à l’artère iliaque externe [7].

Les nœuds lymphatiques hypogastriques

Les NL hypogastriques forment, avec les NL iliaques médiaux et sacrés, le lymphocentre ilio-sacré. Ils se situent caudalement aux NL iliaques médiaux, entre les artères iliaques internes et les artères sacrales médianes. À l’état normal, ils ne sont que très rarement visualisés.

Les nœuds lymphatiques lombo-aortiques et rénaux

Les NL lombo-aortiques et rénaux appartiennent au lymphocentre lombaire et se situent le long de la veine cave caudale et de l’aorte. Ils s’étendent du diaphragme jusqu’aux artères iliaques circonflexes.

2. Localisation des nœuds lymphatiques viscéraux

Les nœuds lymphatiques jéjunaux ou mésentériques

Les NL jéjunaux ou mésentériques se trouvent le long des vaisseaux mésentériques (artère mésentérique craniale et veines mésentériques), au sein du mésentère (photo 3).

Les nœuds lymphatiques hépatiques

Les NL hépatiques se situent de part et d’autre de la veine porte, caudalement au hile hépatique (photo 4).

Les nœuds lymphatiques spléniques

Les NL spléniques sont répartis le long des veines et des artères spléniques, à proximité du lobe gauche du pancréas.

Les nœuds lymphatiques gastriques

Les NL gastriques se trouvent dans le petit omentum, le long de la petite courbure gastrique à proximité du pylore.

Les nœuds lymphatiques pancréatico-duodénaux

Les NL pancréatico-duodénaux se situent à proximité de la courbure craniale duodénale, entre le pylore et le lobe droit du pancréas (photo 5).

Les nœuds lymphatiques coliques

Les NL coliques sont répartis en NL coliques droit, moyen et gauche. Les NL coliques droits se trouvent médialement au côlon ascendant, à proximité de la jonction iléo-cæco-colique (photo 6). Les NL coliques moyens se situent caudalement au côlon transverse au côlon ascendant, de part et d’autre de la veine mésentérique caudale. Les NL coliques gauches se trouvent dans la portion caudale du mésocôlon gauche.

ASPECT ÉCHOGRAPHIQUE DES NŒUDS LYMPHATIQUES ABDOMINAUX

1. L’échogénicité et l’échostructure

Les NL possèdent une échostructure homogène et une échogénicité égale ou légèrement inférieure à celle de la graisse environnante (photo 7) [5]. Leur échogénicité, comparable à celle des tissus environnants, peut rendre difficile leur identification. Le NL est délimité par une fine capsule, qui peut apparaître à l’échographie comme un fin liseré hyperéchogène. Le cortex peut parfois être observé sous la forme d’une bande hypoéchogène entourant le hile central plus échogène (photo 8) [1]. À L’examen Doppler, la vascularisation des NL normaux est essentiellement hilaire (centrale) (photo 9) [1].

2. La taille et la forme

De manière générale, les NL normaux sont de forme ovale et présentent des contours lisses et réguliers. Alors que certains auteurs évoqueraient un possible déterminisme racial chez le chien, aucune étude n’a réellement établi de critères de taille des différents nœuds lymphatiques abdominaux en fonction des différents formats d’animaux (chiens et chats) [3]. Chez les chiens de grand format, l’épaisseur moyenne des nœuds lymphatiques les plus volumineux (nœuds lymphatiques jéjunaux en particulier) peut atteindre 8 mm [2]. Certains auteurs ont établi un ratio entre le petit axe et le grand axe des nœuds lymphatiques iliaques médiaux afin d’estimer leur taille normale. Il ne doit pas dépasser 0,5 [4].

3. Particularités échographiques des principaux nœuds lymphatiques

Les nœuds lymphatiques jéjunaux

Les NL jéjunaux sont facilement accessibles dans l’abdomen chez le chien et chez le chat. Contrairement aux autres, ils sont de forme allongée, de longueur variable et peuvent atteindre 8 mm d’épaisseur chez les chiens de moyen ou grand format. L’étude récente de Krol montre les modifications des nœuds lymphatiques jéjunaux chez les chiots âgés de 4 à 6 semaines [3]. À cet âge, leur taille augmente et leur forme varie davantage. Un signal Doppler est plus fréquemment visible au niveau hilaire chez les chiens âgés de moins de deux ans. Cela s’expliquerait par une plus grande activité immunologique chez ces jeunes animaux [1].

Les nœuds lymphatiques iliaques médiaux

Les NL iliaques médiaux sont, avec les jéjunaux, les plus faciles à visualiser à l’échographie chez le chien et le chat. Leur taille ne varie pas avec l’âge [3]. Leur exploration est facilitée si l’examen est réalisé par les flancs et non par abord ventral, s’ils sont examinés en coupe longitudinale et non en coupe transversale et si la vessie est moyennement remplie (le manipulateur bénéficie du renforcement postérieur) [4]. Le NL iliaque médial droit peut être plus facilement accessible que le médial gauche, en raison de sa position plus ventrale. Parfois, le manipulateur observe une ligne hyperéchogène au sein du parenchyme ganglionnaire. Il s’agit de tissu adipeux, de fascia, de vaisseaux sanguins et du réseau lymphatique qui passent par le hile ganglionnaire [4].

Les nœuds lymphatiques iléo-coliques chez le chat

Les NL iléo-coliques sont beaucoup plus faciles à visualiser chez le chat que chez le chien. Ils se trouvent le long de la portion concave du cæcum et sont en général deux. Leur épaisseur normale est de 4,1 mm chez le chat en moyenne. Le nombre des NL coliques varie entre un et cinq. Ils sont situés au sein du mésocôlon ascendant. Leur épaisseur moyenne est de 3,1 mm [6].

Conclusion

A l’échographie, le repérage des NL abdominaux s’appuie sur les structures vasculaires (artères et veines) adjacentes. Leur exploration renseigne sur certaines affections. Il convient donc de connaître leur aspect normal afin de reconnaître les modifications de taille, de forme d’échogénicité et d’échostructure.

Références

  • 1. Agthe P, Caine AR, Posch B et coll. Ultrasonographic appearance of jejunal lymph nodes in dogs without clinical signs of gastrointestinal disease. Vet. Radiol. Ultrasound. 2009;50(2):195-200.
  • 2. D’Anjou MA. Abdominal cavity, lymph nodes, and great vessels. In: Penninck DG, d’Anjou MA. Atlas of small animal ultrasonography. Blackwell Publishing, Iowa. 2008;15:445-463.
  • 3. Krol L, O’Brien R. Ultrasonographic assessment of abominal lymph nodes in puppies. Vet. Radiol. Ultrasound. 2012;00(00):1-4.
  • 4. Llabres-Diaz FJ: Ultrasonography of the medial iliac lymph nodes in the dog. Vet. Radiol. Ultrasound. 2004;45:156-165.
  • 5. Nyman HT, O’Brien RT. The sonographic evaluation of lymph nodes. Clin. Tech. Small Anim. Pract. 2007;22:128-137.
  • 6. Schreurs E, Vermote K, Barberet V et coll. Ultrasonographic anatomy of abdominal lymph nodes in the normal cat. Vet. Radiol. Ultrasound. 2008;49:68-72.
  • 7. Spaulding KA. A review of sonographic identification of abdominal blood vessels and juxtavascular organs. Vet. Radiol. Ultrasound. 1997;38(1):4-23.

ENCADRÉ
Les points de repère vasculaires : rappels

> La veine cave caudale parcourt l’abdomen caudo-cranialement, à droite de la ligne médiane. En mode bidimensionnel, en parcourant l’abdomen, du foie cranialement vers les membres pelviens caudalement, le manipulateur visualise les veines hépatiques, les veines phrénico-abdominales, les veines rénales et enfin les veines iliaques (circonflexes, communes, externes et internes).

> L’aorte est dorsale à la veine cave caudale et parcourt l’abdomen latéralement à gauche de la ligne médiane. Dans un sens cranio-caudal, le manipulateur croise les principaux rameaux de l’aorte : le tronc cœliaque (les artères gastriques gauches, hépatiques et spléniques), l’artère mésentérique craniale, les artères rénales et enfin les artères iliaques.

> La veine porte issue de la congruence des veines mésentériques chemine ventralement à la veine cave caudale et l’aorte et un peu à droite du plan médian [2, 7].

Points forts

→ Chez le chien de grand format, l’épaisseur moyenne des nœuds lymphatiques (NL) peut atteindre 8 mm.

→ Le repérage des NL repose sur la connaissance du réseau vasculaire abdominal (veine cave caudale, veine porte, aorte et leurs rameaux).

→ Les NL abdominaux regroupent les NL pariétaux et viscéraux.

→ Les NL jéjunaux et iliaques médiaux sont plus faciles à observer chez le chien et le chat.

Les NL ont une échogénicité comparable ou légèrement inférieure à celle de la graisse environnante.

1. Les structures vasculaires (ici la veine cave caudale [VCC] et l’aorte [Ao]) servent au repérage des nœuds lymphatiques abdominaux.

FIGURE 1
Nœuds lymphatiques viscéraux

1. Nœuds lymphatiques hépatiques. 2. Nœud lymphatique gastrique. 3. Nœud lymphatique pancréatico-duodénal. 4-5. Nœuds lymphatiques spléniques. 6. Nœuds lymphatiques jéjunaux. 7. Nœuds lymphatiques coliques. VP : veine porte. VS : veine splénique. VCM : veine mésentérique craniale.

FIGURE 2
Nœuds lymphatiques pariétaux

8. Nœuds lymphatiques aortiques. 9. Nœuds lymphatiques rénaux. 10. Nœuds lymphatiques iliaques médiaux. 11. Nœuds lymphatiques hypogastriques. 12. Nœuds lymphatiques sacrés. VCC : veine cave caudale. Ao : aorte.

2. Les nœuds lymphatiques iliaques médiaux (flèche), ici le droit, sont situés latéralement à la bifurcation iliaque (VCC : veine cave caudale ; VI : veine iliaque).

3. Nœud lymphatique mésentérique (flèche rouge) à proximité d’une veine mésentérique (VM).

4. Nœud lymphatique hépatique gauche (flèche). Les nœuds lymphatiques hépatiques encadrent la veine porte (VP) en amont du hile hépatique. VPD : veine pancréatico-duodénale.

5. Nœud lymphatique pancréatico-duodénal (flèche) à proximité de la courbure craniale duodénale (duod : duodénum).

6. Chez ce chat, trois nœuds lymphatiques iléo-coliques sont visualisés.

7. Nœud lymphatique hypoéchogène, homogène, et encadré d’une fine ligne hyperéchogène. Ici, le nœud lymphatique iliaque médial gauche normal (flèche). Ao : aorte. Vert : vertèbre lombaire.

8. Le bile d'un nœud lymphatique normal est hyperéchogène, la corticale hypoéchogène (ici un nœud lymphatique mésentérique normal).

9. Vascularisation d'un nœud lymphatique hépatique normal (mode Doppler couleur) : vascularisation hilaire centrale.

TABLEAU 1
Les principaux nœuds lymphatiques

TABLEAU 2
Drainage lymphatique des organes abdominaux

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité