Le point Vétérinaire Canin n° 328 du 01/09/2012
 

CARDIOLOGIE CANINE

Analyse d’article

Mathieu Faucher

Clinique vétérinaire Alliance
8, boulevard Godard 33300 Bordeaux

L’hypertension artérielle systémique (HTA) est le sujet de nombreuses études chez le chien et chez le chat souffrant d’insuffisance rénale chronique (IRC). Sa prévalence est variable selon les publications mais une prévalence globale de 20 à 30 % est avancée [6]. Sa présence lors d’IRC a des implications notamment pronostiques et doit être prise en charge systématiquement. L’HTA a été peu étudiée dans le contexte de l’insuffisance rénale aiguë (IRA) [3].

DÉFINITION DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE SYSTÉMIQUE

L’HTA est définie comme une augmentation prolongée de la pression artérielle (PA). De nombreuses études se sont intéressées aux valeurs normales de la PA chez le chien et chez le chat. Ces valeurs varient selon les études et la méthode employée pour la mesure.

L’American College of Veterinary Internal Medicine a publié des recommandations reposant sur la classification des animaux en fonction du risque de lésions organiques terminales (LOT) [2]. Le diagnostic d’HTA repose sur des mesures répétées de la PA selon un protocole standardisé, sur la présence et/ou le risque de développer des LOT [2].

CONSÉQUENCES DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE SYSTÉMIQUE

L’HTA peut déboucher sur la survenue de LOT. Elles peuvent apparaître dans les reins (protéinurie), le cœur (hypertrophie concentrique, souffle cardiaque, arythmies), les yeux (hémorragies du fond d’œil, décollement rétinien, hyphéma) ou le système nerveux central (ataxie, altération de l’état de conscience, crises convulsives) [2].

Chez le chien en IRC, la présence de l’HTA représente un risque accru de décès ou de survenue d’une crise urémique [4]. Chez le chat en IRC, le lien entre l’HTA et la survie ne paraît pas direct mais serait lié à la protéinurie [5,7].

MODE D’ACTION DE L’AMLODIPINE

L’amlodipine est un antagoniste des canaux calciques. Ils permettent l’entrée du calcium dans les cellules musculaires lisses des parois vasculaires et dans les cellules myocardiques. Ils favorisent ainsi la contraction de ces fibres musculaires. L’antagonisme par l’amlodipine résulte en une vasodilatation périphérique et une baisse plus modérée de l’inotropie cardiaque. À l’inverse des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensinogène (IECA), l’amlodipine n’exerce pas de vasodilatation préférentielle de l’artériole efférente glomérulaire. En effet, cela aurait pour effet une baisse de la pression capillaire dans le glomérule, donc une baisse du débit de filtration glomérulaire. Pour cette raison, elle a été privilégiée aux IECA dans cette étude.

La demi-vie de l’amlodipine est longue (30 heures) et il atteint son pic d’action 6 heures après son administration chez le chien [1]. Une première évaluation de la PA entre 1 et 3 heures après traitement a été jugée adéquate. Le protocole prévoit de repousser l’administration suivante de 2 heures si la chute de PA excède 20 mmHg afin de prévenir l’apparition d’hypotension iatrogène, ce qui n’a pas été observé dans cette étude.

Les doses rapportées de l’amlodipine chez le chien varient de 0,2 à 1 mg/kg/j [1]. Les effets secondaires rapportés chez l’homme sont des œdèmes, des vertiges et des palpitations cardiaques. Chez le chien, des cas d’hyperplasie gingivale réversible sont rapportés [8]. Aucun effet secondaire n’a été observé dans cette étude.

PRÉVALENCE DE L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE SYSTÉMIQUE ET CONTRÔLE PAR L’AMLODIPINE

À l’admission, 37 % des animaux sont hypertendus dont 15 % sévèrement (PA systolique supérieure à 180 mmHg). Cette proportion augmente en cours d’hospitalisation à 81 et 62 %, respectivement. Cela peut être expliqué par une aggravation de l’IRA, par la douleur, par la fluidothérapie et/ou par une diurèse inadéquate. La prévalence de l’HTA lors d’IRA est donc élevée chez le chien, comme rapporté par un précédent essai qui rapporte une prévalence globale de l’HTA de 87 % [3].

L’amlodipine permet un contrôle de l’HTA dans la majorité des cas : 64 % des chiens ont une PA comprise dans l’intervalle cible de 140 à 160 mmHg après 24 heures de traitement et 91 % des chiens après 48 heures de traitement. Le protocole proposé paraît donc efficace dans le contrôle de l’HTA chez le chien atteint d’IRA.

L’hémodialyse est utilisée chez 91 % des chiens traités à l’amlodipine et chez 50 % des autres chiens. Cette technique d’épuration extrarénale permet de soustraire du liquide de l’individu par ultrafiltration. Cela a pu contribuer au contrôle de la PA en diminuant la surcharge hydrique de certains animaux. Les auteurs notent cependant que les volumes d’ultrafiltration reportés sont faibles et qu’il n’existe pas de différence de contrôle de l’HTA entre les chiens dialysés et les autres.

IMPACT SUR LA SURVIE

Une étude rapporte une tendance à une survie diminuée en cas d’HTA chez le chien lors d’IRA (45 % de survie lors d’HTA, 71 % en l’absence d’HTA, différence non significative) [3].

Dans cette étude, le groupe recevant de l’amlodipine présente une survie diminuée par rapport au groupe n’en recevant pas. Cette différence pourrait être expliquée par un impact de l’HTA sur la survie, mais également par une IRA plus sévère. En effet, le groupe recevant de l’amlodipine a une créatininémie supérieure et un recours à l’hémodialyse plus fréquent que le groupe qui n’en reçoit pas.

Une étude s’intéressant spécifiquement et prospectivement au lien entre l’HTA et le pronostic lors d’IRA et à l’impact de son traitement par l’amlodipine sur la survie paraît justifiée.

Conclusion

Cette étude confirme que la prévalence de l’HTA chez le chien souffrant d’IRA est importante. Il est capital de suivre la PA chez ces chiens car l’HTA est susceptible de se développer durant l’hospitalisation. Le protocole proposé par les auteurs paraît efficace et sûr d’emploi. La valeur pronostique de l’HTA et de son contrôle lors d’IRA reste à établir.

Références

  • 1. Atkins CA, Rausch WP, Gardner SY et coll. The effect of amlodipine and the combination of amlodipine and enalapril on the renin-angiotensin-aldosterone system in the dog. J. Vet. Pharmacol. Therap. 2007;30:394-400.
  • 2. Brown S, Atkins C, Bagley R and coll. Guidelines for the identification, evaluation, and management of systemic hypertension in dogs and cats. J. Vet. Intern. Med. 2007;21:542-558.
  • 3. Francey T, Cowgill LD. Hypertension in dogs with severe acute renal failure (abs.) J. Vet. Intern. Med. 2004;18:418.
  • 4. Jacob F, Polzin DJ, Osborne CA et coll. Association between initial systolic blood pressure and risk of developing a uremic crisis or of dying in dogs with chronic renal failure. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2003;222:322-329.
  • 5. Jepson RE, Elliott J, Brodbelt D et coll. Effect of control of systolic blood pressure on survival in cats with systemic hypertension. J. Vet. Intern. Med. 2007;21:402-409.
  • 6. Polzin DJ. Chronic kidney disease. In: Ettinger SJ and Feldman EC. Textbook of veterinary internal medicine. 7th ed. Saunders Elsevier, St. Louis. 2012:1822-1872.
  • 7. Syme HM, Markwell PJ, Pfeiffer D et coll. Survival of cats with naturally occurring chronic renal failure is related to severity of proteinuria. J. Vet. Intern. Med. 2006;20:528-535.
  • 8. Thomason JD, Fallaw TL, Carmichael KP et coll. Gingival hyperplasia associated with the administration of amlodipine to dogs with degenerative valvular disease (2004-2008). J. Vet. Intern. Med. 2009;23:39-42.

RÉSUMÉ

OBJECTIFS

Déterminer la fréquence de l’hypertension artérielle (HTA) lors d’insuffisance rénale aiguë (IRA) chez le chien et évaluer l’efficacité de son traitement par l’amlodipine.

MÉTHODE

• Des chiens avec une IRA, pour lesquels la pression artérielle (PA) est mesurée durant les 48 heures après l’admission et au minimum à trois reprises sont rétrospectivement inclus. Les individus présentant une anamnèse ou un examen d’imagerie qui suggèrent une maladie rénale chronique (MRC) ou ayant déjà reçu des médicaments pro- ou antihypertenseurs sont exclus.

• La décision de traiter l’HTA est à la discrétion du clinicien. Les animaux reçoivent de l’amlodipine à la dose de 0,25 mg/kg (par voie orale ou intrarectale en cas de vomissements) toutes les 1 à 3 heures, jusqu’à obtenir une PA comprise entre 140 et 160 mmHg. La dose maximale est de 1 mg/kg.

RÉSULTATS

• À l’admission, 37 % des chiens présentent une HTA et 15 % une HTA sévère (PA > 180 mmHg). En cours d’hospitalisation, ces valeurs augmentent à 81 et à 62 %, respectivement.

• Trente-deux chiens sont traités à l’amlodipine. La dose médiane est de 0,38 mg/kg/j. La PA diminue de 24 mmHg, 24 heures après le début du traitement. Après 24 heures de traitement, la proportion de chiens avec une HTA et de ceux avec une HTA sévère est de 45 et de 14 %, respectivement. Une PA comprise entre 140 et 160 mmHg est atteinte chez 91 % des chiens en cours de traitement.

• L’hémodialyse fait partie du traitement pour 91 % des chiens traités à l’amlodipine. Cependant, aucune différence de contrôle de l’HTA entre les chiens dialysés et les autres n’est constatée.

• La mortalité est de 41 % pour les chiens traités à l’amlodipine et de 17 % pour les autres (différence significative).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...