Le point Vétérinaire n° 328 du 01/09/2012
 

EN 10 ÉTAPES

Hélène Kolb*, Isabelle Testault**


*Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr
**Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr

La difficulté de l’examen échographique du pancréas consiste essentiellement dans son repérage. Le manipulateur doit ainsi maîtriser les différentes techniques d’identification de cet organe afin d’appréhender son aspect normal.

Le pancréas est un organe difficile à échographier en raison de sa petite taille et de ses contours peu nets. L’examen repose sur la maîtrise de son anatomie et des techniques permettant son repérage. Le manipulateur doit également connaître l’influence de certains facteurs de variation (espèce, âge) sur l’aspect du pancréas afin d’identifier ce qui est pathologique chez un chien ou un chat.

RAPPELS ANATOMIQUES

1. Rapports anatomiques

Le pancréas est divisé en trois parties : le lobe gauche, le corps et le lobe droit. Le lobe droit, ventral au rein droit, longe dorso-médialement le duodénum descendant auquel il est adhérent (photo 1). Le lobe gauche prend son origine sur le corps du pancréas et longe la grande courbure de l’estomac. Il s’étend ainsi dorso-caudalement à l’estomac, dorso-cranialement au côlon transverse et médialement à la rate (photo 2). L’angle formé par ces deux lobes est d’environ 45° chez le chien et plus aigu chez le chat (figure). Cette différence s’expliquerait par la forme de l’incisure angulaire stomacale plus accusée chez le chat. Le corps du pancréas est situé entre le lobe gauche et le lobe droit. Il repose dans le cadran droit de l’abdomen chez le chien et dans le plan médian chez le chat. Il se situe ventralement à la veine porte, dorso-caudalement au pylore et cranio-médialement au rein droit. Il est en regard de l’inflexion proximale du duodénum descendant (courbure craniale duodénale) [6].

2. Conduits pancréatiques

Plusieurs conduits pancréatiques interlobulaires s’unissent pour former un conduit pancréatique commun. Ce dernier se jette dans le duodénum via la papille duodénale. La majorité des chats possède un unique conduit pancréatique, le conduit pancréatique principal. Il se jette avec le conduit cholédoque en regard de la papille duodénale majeure. Cette dernière se situe sur le bord dorsal du duodénum, à 3 cm environ du pylore. 20 % des chats présentent un conduit pancréatique accessoire qui regagne la papille duodénale mineure, à 2 cm environ de la papille duodénale majeure [2].

3. Vascularisation du pancréas

La vascularisation artérielle du pancréas provient des rameaux de l’artère cœliaque et de l’artère mésentérique craniale [2] :

– l’artère splénique, issue du tronc cœliaque, irrigue la portion terminale du lobe gauche ;

– les rameaux de l’artère hépatique, en particulier l’artère gastroduodénale, desservent le corps du pancréas ;

– les artères pancréatico-duodénales craniale et caudale parcourent essentiellement le lobe droit. L’artère pancréatico-duodénale craniale constitue un des rameaux terminaux de l’artère cœliaque (via l’artère hépatique), alors que l’artère pancréatico-duodénale caudale est issue de l’artère mésentérique craniale.

Parallèlement à la vascularisation artérielle, le réseau veineux pancréatique repose essentiellement sur les veines pancréatico-duodénales craniale et caudale. Ces dernières drainent principalement le lobe droit avant de regagner le système porte. La veine pancréatico-duodénale craniale collecte également le sang veineux issu d’une partie du lobe gauche.

Chez le chien, les artères et veines pancréatico-duodénales parcourent le parenchyme pancréatique du lobe droit de manière rectiligne.

TECHNIQUE D’EXPLORATION

1. Préparation de l’animal : la tonte

La tonte concerne l’ensemble de l’abdomen et peut s’étendre jusqu’aux deux derniers espaces intercostaux si l’animal est grand. En effet, l’abord intercostal droit peut être nécessaire pour explorer le début du lobe droit, ainsi que le corps du pancréas situés cranialement dans l’abdomen [1].

2. Positionnement de l’animal

L’animal est placé en décubitus dorsal maintenu par un coussin en mousse. Les chiens à thorax profond peuvent être placés en décubitus latéral gauche afin de mieux visualiser le lobe droit par un abord intercostal. Le décubitus latéral droit peut aussi être envisagé pour une meilleure exploration du lobe gauche.

3. Choix des sondes

Chez le chien, l’utilisation de sondes de haute fréquence ultrasonore, au minimum de 7,5 MHz, est préconisée. Chez le chat ou les chiens de petite taille, une sonde linéaire de fréquence ultrasonore supérieure à 15 MHz permet une exploration plus fine de l’organe. Le manipulateur s’attache à choisir la sonde de plus haute fréquence possible afin d’améliorer la résolution de l’image. Les coupes réalisées ont pour objectif d’explorer les trois parties du pancréas (lobe droit, corps et lobe gauche) selon des plans de coupe longitudinaux et transversaux, afin de ne rien oublier.

4. Repérage du pancréas

Plusieurs techniques sont envisageables pour identifier le pancréas. Elles consistent à le repérer à l’aide des organes environnants ou en s’aidant de repères vasculaires précis [6]. Quelle que soit la méthode utilisée, son efficacité repose sur une bonne connaissance de l’anatomie de l’organe et sur la capacité du manipulateur à repérer les différentes structures organiques ou vasculaires.

Repérage du duodénum

Le duodénum est l’organe cible à repérer pour identifier le lobe droit du pancréas, en raison du rapport anatomique étroit entre ces deux organes. Le duodénum descendant peut être mis en évidence au moyen de deux techniques.

Dans la première, le manipulateur cherche le rein droit dans la région de la dernière côte à droite, dorsalement à l’animal, et coupe l’organe selon un axe longitudinal. Le plan de coupe est tourné de 90° et la pression relâchée : le duodénum descendant apparaît ventralement et latéralement au rein droit en coupe transversale. Le pancréas en coupe transversale est alors visible dorsalement et médialement au duodénum descendant ainsi repéré.

Dans la seconde, le manipulateur oriente sa sonde selon un axe longitudinal vers l’avant de l’animal pour trouver l’estomac sous le cercle de l’hypochondre. Il s’agit alors de la faire évoluer lentement vers la droite de l’animal : de l’antre pylorique vers le pylore, puis de suivre la courbure craniale du duodénum descendant avant de suivre le duodénum descendant selon un axe longitudinal.

Identification du lobe droit du pancréas

Une fois le duodénum descendant identifié, il suffit de basculer la sonde échographique dorso-médialement pour mettre en évidence le lobe droit. Ce dernier est examiné sur toute sa longueur en suivant le duodénum descendant cranio-caudalement jusqu’à sa courbure distale. Le corps du pancréas est repéré dorsalement à la courbure craniale du duodénum descendant. Il peut également être trouvé dans cette région ventralement à la veine porte, dans la partie craniale de l’abdomen (photo 3). Le lobe gauche du pancréas est situé dans le triangle formé par le bord caudal de l’estomac, la partie craniale du rein gauche et le bord médial de la rate. Le côlon transverse peut parfois être visible caudo-dorsalement au lobe gauche. Chez le chat, la veine splénique peut aider à identifier le lobe gauche du pancréas. Le manipulateur la suit depuis le bord mésentérique de la rate jusqu’à la veine porte au bord caudal de l’estomac et peut visualiser le lobe gauche ventralement à elle.

IMAGES ÉCHOGRAPHIQUES NORMALES

1. Taille du pancréas

La taille du pancréas diffère selon les chiens : sa largeur varie entre 1 et 3 cm et son épaisseur atteint en moyenne 1 cm dans les races moyennes de type beagle [3]. Chez le chat, le lobe droit est la partie plus difficilement observable en raison de sa petite taille. Son épaisseur moyenne est de 4,5 mm (de 2,8 à 5,9 mm) [2]. Le corps du pancréas est de 3,5 à 8,5 mm d’épaisseur (5,6 mm en moyenne) et le lobe gauche, de 2,6 à 9,5 mm (5,4 mm en moyenne) [5]. Il est ainsi possible de retenir que, chez un chien de taille moyenne ou un chat, l’épaisseur du pancréas n’excède pas 1 cm.

2. Forme du pancréas

Dans l’espèce canine, le lobe droit, plus facile à visualiser, adopte une forme triangulaire en coupe transversale et rectiligne en coupe longitudinale (photo 4). Chez le chat, sa portion terminale (soit le tiers du lobe droit) s’incurve cranialement en forme de crochet [2]. L’extrémité distale du lobe gauche peut également paraître incurvée dans la région du rein gauche.

3. Échostructure du pancréas

Le parenchyme pancréatique est homogène, bordé par des marges difficiles à distinguer. Il est d’iso-échogène à légèrement hypoéchogène par rapport à la graisse mésentérique environnante et d’isoéchogène à légèrement hyperéchogène par rapport au lobe caudé du foie (photo 5) [7].

4. Différences entre le chien et le chat

Le manipulateur visualise plus facilement le lobe droit chez le chien, le corps et le lobe gauche chez le chat. Dans les deux espèces, des structures tubulaires (en coupe sagittale) anéchogènes sont visibles au sein du parenchyme pancréatique. Chez le chien, il s’agit de branches de la veine et de l’artère pancréatico-duodénale [3]. La veine pancréatico-duodénale, en particulier, parcourt le lobe de manière rectiligne et parallèle au duodénum descendant, et est soulignée par une couleur au Doppler (photo 6). Son diamètre oscille entre 2 et 3 mm. Parfois, l’artère pancréatico-duodénale, dont le diamètre est plus réduit que sa veine satellite, est aussi mise en évidence.

Chez le chat, la structure tubulaire anéchogène observée correspond au conduit pancréatique présent au centre du parenchyme du lobe gauche. Ce conduit est délimité par des parois hyperéchogènes et est vide de couleur au Doppler. Il est le plus souvent invisible chez le chien. Sa position centrale caractéristique de l’espèce féline permet d’identifier les marges du pancréas, facilement confondues avec la graisse mésentérique environnante. Chez le chat normal, le diamètre maximal du conduit pancréatique est de 2,5 mm, avec une moyenne de 1,1 mm [3, 5].

5. Influence de l’âge sur l’aspect du pancréas

Selon plusieurs études, il existe une corrélation entre l’âge du chat et la dilatation du conduit pancréatique : plus l’animal est âgé, plus le diamètre du conduit pancréatique est important [4, 5]. Dans l’un de ces essais, le conduit pancréatique est considéré comme dilaté à partir d’un diamètre de 1,3 mm.

En revanche, l’échogénicité et la taille du pancréas ne se modifient pas avec l’âge du chat [5].

Conclusion

Cet article détaille la topographie du pancréas et les différentes techniques qui permettent de le repérer plus facilement. L’aspect échographique normal de cet organe, ainsi que ses facteurs de variation sont également décrits. Le manipulateur doit maîtriser ces prérequis pour pouvoir interpréter les modifications pathologiques du pancréas.

Références

  • 1. Brinkman DL, Biller DS, Armbrust LJ et coll. The clinical utility of the right lateral intercostal ultrasound scan technique in dogs. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2007;43:179-186.
  • 2. Etue SM, Penninck DG, Labato MA et coll. Ultrasonography of the normal feline pancreas and associated anatomic landmarks: a prospective study of 20 cats. Vet. Radiol. Ultrasound. 2001;42:330-336.
  • 3. Hecht S, Henry G. Sonographic evaluation of the normal and abnormal pancreas. Clin. Tech. Small Anim. Pract. 2007;22:115-121.
  • 4. Hecht S, Penninck DG, Mahony O et coll. Relationship of pancreatic duct dilation to age and clinical findings in cats. Vet. Radiol. Ultrasound. 2006;47(3):287-294.
  • 5. Larson MM, Panciera DL, Ward DL et coll. Age-related changes in the ultrasound appearance of the normal feline pancreas. Vet. Radiol. Ultrasound. 2005;46:238-242.
  • 6. Nyland TG, Mattoon JS, Herrgesell EJ et coll. Pancreas. In: Nyland TG, Mattoon JS (eds). Small Animal Diagnostic Ultrasound. 2nd ed. WB Saunders Co., Philadelphia, PA. 2002:144-157.
  • 7. Penninck D. Pancreas. In: Penninck D, D’Anjou MA (eds). Atlas of Small Animal Ultrasonography. Ed. Blackwell Publishing, Ames, Iowa. 2008:319-337.

Points forts

→ La majorité des chats possède un unique conduit pancréatique, le principal, qui se jette avec le conduit cholédoque en regard de la papille duodénale majeure.

→ L’abord intercostal droit facilite l’examen du corps et du début du lobe droit du pancréas.

→ Chez un chien de taille moyenne ou chez un chat, l’épaisseur du pancréas n’excède pas 1 cm.

→ Le manipulateur visualise plus facilement le lobe droit chez le chien, le lobe gauche et le corps chez le chat.

→ Le conduit pancréatique est rarement visible chez le chien normal.

→ Le diamètre du conduit pancréatique augmente avec l’âge du chat.

1. Le lobe droit du pancréas longe dorsalement le duodénum descendant (DUOD : duodénum descendant ; P : pancréas ; VCC : veine cave caudale).

FIGURE
Anatomie du pancréas

2. Le lobe gauche du pancréas est visible entre l’estomac cranialement et le côlon transverse caudalement.

3. Le corps du pancréas apparaît ventralement à la veine porte. Notons la visualisation du nœud lymphatique pancréatico-duodénal (P : pancréas ; VP : veine porte ; DUOD : duodénum descendant ; NL : nœud lymphatique).

4. Le lobe droit du pancréas est de forme triangulaire en coupe transversale (ses contours sont délimités par les pointillés verts). Noter la veine pancréatico-duodénale (VPD) (ici, en coupe transversale) au centre.

5. Le parenchyme pancréatique est iso-, voire hyperéchogène par rapport au foie.

6. Chez le chat, le conduit pancréatique est visible. Il apparaît comme une structure tubulaire anéchogène sans signal Doppler.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité