Le point Vétérinaire Canin n° 328 du 01/09/2012
 

GÉNÉTIQUE FÉLINE

Article de synthèse

Pauline Fick*, Anne Gogny**


*Clinique des animaux de compagnie
**Service hospitalier de reproduction
des animaux de compagnie
Centre hospitalier
universitaire vétérinaire
École nationale vétérinaire,
agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes Atlantique-Oniris
BP 40706, 44307 Nantes Cedex 3

Esthétiquement, les robes des chats sont importantes, ce qui explique l’intérêt de les prévoir. Médicalement, elles peuvent être associées à une anomalie.

Résumé

→ Connaître les bases génétiques déterminant les robes des chats permet de comprendre leur transmission et ainsi de prévoir les robes de la descendance d’un croisement donné. En effet, les robes plus rares, liées à des allèles récessifs, comme le tabby marbré ou le faon, sont particulièrement recherchées par les éleveurs. Lorsque le génotype des reproducteurs est connu, que ce soit par typage ADN ou par croisement-test, le génotype, donc le phénotype, des chatons est facilement prévisible. Dans le cas contraire, il convient d’envisager toutes les possibilités et d’estimer les probabilités d’apparition d’une robe dans la descendance, selon les phénomènes de dominance.

→ Certaines robes des chats sont parfois liées à des anomalies portant ou non à conséquence. Les chats mâles tricolores ne présentent pas d’anomalie physique, mais sont généralement stériles. Le strabisme observé chez certains chats colourpoint et albinos est dû au déficit en mélanine lié à la robe. Les chats blancs peuvent être sourds, cela étant détectable dès le plus jeune âge.

En élevage félin, les standards de races n’incluent que certaines robes parmi lesquelles les robes singulières, plus rares, sont recherchées. Il est donc important de comprendre les attentes des éleveurs sur la couleur des chatons issus de leurs reproducteurs. De plus, certaines robes sont parfois associées à des anomalies. Il est donc préférable d’éviter de les sélectionner et de dépister rapidement les défauts qui y sont associés afin de prendre des mesures préventives.

Cet article explique comment prévoir la couleur des produits issus d’un croisement donné, à partir d’exemples représentatifs. Les anomalies associées à certaines robes sont détaillées.

PRÉVOIR LA ROBE DES CHATONS ISSUS D’UN CROISEMENT DONNÉ

Quatre couleurs typiques associées aux races suivantes (le british shorthair, le siamois, le maine coon et le ragdoll) servent d’exemples pour déterminer la couleur des produits issus d’un croisement connu.

1. Couleur bleue : exemple du chat british shorthair

Le chat british shorthair peut présenter toutes les robes. Lorsqu’il est bleu, le chat présente une couleur solide, bleue unie. Il possède donc un génotype B-, dd (avec le second allèle étant B, b ou b1) ; B étant dominant sur les autres mutations, les allèles b et b1ne se retrouvent pas dans le phénotype.

Lors de croisement de deux représentants de cette race présentant avec une robe bleue, soit B-, dd x B-, dd, au moins 75 % de chatons de phénotype identique à celui des géniteurs sont obtenus, donc bleus (de génotype B-, dd) (tableau 1). Les autres chatons sont lilas ou faon (de génotype bb1, dd, bb, dd ou b1b1, dd), si les deux reproducteurs sont hétérozygotes (non BB). Dans le cas contraire, tous les chatons de la portée sont bleus.

2. Patron colourpoint : exemple du siamois

Le siamois est un chat colourpoint, chez lequel il existe de nombreuses robes pour lesquelles la dénomination anglaise est utilisée : le seal point (B-,D-), le chocolate point (bb, D-), le cinnamon point (b1b1, D-), le red point (XOY, ou XOXO, D-) et leurs versions diluées le blue point (B-, dd), le lilac point (bb, dd), le fawn point (blbl, dd) et le cream point (XOY ou XOXO, dd), pour les robes les plus simples. Il existe également des tabby, smoke. Ces chats sont tous mutés cscs au locus Color. Le croisement de deux chats colourpoint donne donc toujours des chats colourpoint, dont la couleur de robe est déterminée par les allèles des gènes B, O et D (tableau 2).

3. Robe tabby : exemple du maine coon

Les chats maine coon peuvent montrer toutes les robes, y compris la robe tabby. Pour la robe tabby tiquetée : si le chat est homozygote TiATiA, sa descendance est uniquement tabby tiquetée (de génotype TiA-) quel que soit le génotype de l’autre reproducteur, car l’allèle TiA du locus Ticked exerce un effet d’épistasie sur le locus Tabby et ne permet pas l’expression des allèles TaM et tab au phénotype.

Au contraire, chez un chat hétérozygote, les allèles récessifs peuvent s’exprimer et la descendance est plus variée (tableau 3).

4. Panachures : exemple du ragdoll

Les chats ragdoll peuvent être colourpoint comme le siamois, ou particolores (van, arlequin ou bicolores). Cela dépend de la présence du facteur S. Les chats homozygotes SS, généralement arlequin ou van, ont plus de marques blanches que les hétérozygotes Ss, bicolores, mais d’autres facteurs (génétiques ou non ; des gènes modificateurs et l’environnement utérin sont supposés non génétiques) interviennent également. La reproduction entre chats particolores donne essentiellement des chats particolores (SS ou Ss), mais peut aussi aboutir à des chats sans panachure (ss), ce qui est le cas dans 25 % des produits de croisement de deux chats bicolores. Au contraire, le croisement de chats sans panachure avec des chats particolores peut donner des individus particolores, mais uniquement bicolores (tableau 4).

5. Identifier le génotype d’un chat par analyse de l’ADN

Il est possible d’identifier le génotype d’un animal donné en le croisant avec un autre chat, de façon à mettre en évidence les allèles récessifs, invisibles sur le phénotype. Ces croisements sont dits “croisements-tests”. Pour les éleveurs qui ne souhaitent pas en effectuer, il est possible de définir le génotype des reproducteurs pour les gènes de couleur et de patrons connus (tableau 5). Le laboratoire Genindexe (La Rochelle, France) propose le génotypage pour les locus Agouti, Black et Dilution et le laboratoire Antagene (Limonest, France) peut rechercher la mutation colourpoint sur le locus Color, ainsi que la mutation responsable de la couleur ambre chez le chat des forêts norvégiennes.

ANOMALIES ASSOCIÉES À CERTAINES COULEURS DE ROBE

1. Chat mâle écaille de tortue ou tricolore

Les chats écaille de tortue et tricolore possèdent les deux allèles du locus Orange, O et o, portés par le chromosome X, ce qui implique la présence de deux chromosomes X [5]. Les robes écaille de tortue et tricolore devraient donc être retrouvées uniquement chez les chattes. Lorsqu’ils sont porteurs d’une anomalie du nombre de chromosomes X telle que le syndrome de Klinefelter (formule chromosomique de 39, XXY ou (38+n), XnY), les chats de phénotype mâle peuvent néanmoins présenter une robe écaille de tortue ou tricolore. Ce génotype est généralement associé à une stérilité. Toutefois, ce n’est pas toujours le cas car certains animaux sont des mosaïques, c’est-à-dire que toutes leurs cellules ne sont pas affectées par l’anomalie.

2. Strabisme du chat colourpoint

Les chats colourpoint, tels que les siamois, peuvent parfois présenter un strabisme convergent [3, 9]. Ce défaut est dû à une anomalie des voies optiques nerveuses présente chez tous les siamois. Il est la conséquence de la mutation sur le gène C, qui entraîne un déficit partiel en mélanine. Or celle-ci est indispensable au développement embryonnaire des neurones de la rétine vers le cerveau. Les anomalies de développement des voies visuelles sont associées à la perception d’une image incomplète. Si le cerveau ne peut effectuer une correction suffisante, les yeux convergent pour compenser, ce qui permet à l’animal d’obtenir une image interprétable, plus détaillée et en relief.

3. Surdité du chat blanc

La surdité du chat blanc est liée à l’expression de l’allèle W [7, 8]. Toutefois, tous les chats blancs porteurs de l’allèle W ne sont pas sourds, et il semble que la surdité de ces animaux soit également associée à d’autres facteurs. Ainsi la fréquence de la surdité chez les chats blancs porteurs de l’allèle W est augmentée chez les animaux qui ont les deux yeux bleus, par rapport à ceux qui ont les yeux vairons (un œil bleu et un œil coloré) ou les deux yeux or à vert [1] (photo).

Selon le degré d’expression de l’allèle W, l’absence de mélanocytes dans la peau, dans les yeux et dans la cochlée est plus ou moins prononcée. Dans l’oreille, la transmission du signal auditif est conditionnée par une concentration élevée en potassium dans la cochlée. Or celle-ci est régulée par les mélanocytes cochléaires. Leur absence engendre la dégénérescence de la vascularisation de la cochlée, qui se traduit par l’établissement d’une surdité chez l’animal dans les 2 à 4 semaines après sa naissance.

4. Albinisme

L’albinisme vrai correspond à une anomalie organique : les mélanocytes sont présents, mais ne produisent pas de mélanine, donc pas de pigmentation [2]. Ainsi, la peau est rose, les poils sont donc blancs et les yeux bleu très pâle. Leur phénotype étant dû à une mutation du locus C, comme chez les chats à robe colourpoint, les albinos sont également sujets au strabisme. En effet, l’organisation de leur cortex visuel est anormale, notamment au niveau du noyau géniculé dorsal latéral [6].

Chez le chat albinos, la surdité du chat blanc n’est pas observée, car la couleur blanche est due alors à une absence de production de mélanine, mais les mélanocytes sont présents.

Conclusion

Connaître le support génétique des couleurs permet de prévoir le phénotype de la descendance lors d’un croisement donné. Afin d’obtenir les couleurs de produits souhaitées avec certitude, effectuer un génotypage des reproducteurs est possible afin de révéler les allèles non exprimés dans le phénotype. Cependant, des mutations peuvent se produire et aboutir à des robes non attendues ou avec des anomalies. Par exemple, la sélection de la mutation e au locus Extension a permis le maintien et la perpétuation de la couleur ambre chez le chat des forêts norvégiennes.

Références

  • 1. Cvejic D, Steinberg TA, Kent MS, Fischer A. Unilateral and bilateral congenital sensorineural deafness in client-owned pure-breed white cats. J. Vet. Intern. Med. 2009;23(2):392-395.
  • 2. Imes DL, Geary LA, Grahn RA et coll. Albinism in the domestic cat (Felis catus) is associated with a tyrosinase (TYR) mutation. Anim. Genet. 2006;37(2):175-178.
  • 3. Kaas JH. Serendipity and the Siamese cat: the discovery that genes for coat and eye pigment affect the brain. ILAR J. 2005;46(4):357-363.
  • 4. Lyons LA. Feline genetics: clinical applications and genetic testing. Top. Companion Anim. Med. 2010;25(4):203-212.
  • 5. Moran C, Gillies CB, Nicholas FW. Fertile male tortoiseshell cats. Mosaicism due to gene instability? J. Hered. 1984;75(5):397-402.
  • 6. Schmolesky MT, Wang Y, Creel DJ et coll. Abnormal retinotopic organization of the dorsal lateral geniculate nucleus of the tyrosinase-negative albino cat. J. Comp. Neurol. 2000;427(2):209-219
  • 7. Strain GM. Aetiology, prevalence, and diagnosis of deafness in dogs and cats. Br. Vet. J. 1996;152(1):17-36.
  • 8. Strain GM. Congenital deafness and its recognition. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 1999;29(4):895-904.
  • 9. Webb AA, Cullen CL. Coat color and coat color pattern-related neurologic and neuro-ophtalmic diseases. Can. Vet. J. 2010;51(6):653-657.

Points forts

→ Chez un chat hétérozygote, les allèles récessifs ne sont pas visibles au phénotype, car ils sont masqués par l’allèle dominant.

→ Le croisement de chats hétérozygotes permet d’obtenir des robes plus variées qu’avec des chats homozygotes.

→ Le croisement de chats colourpoint donne toujours des chatons colourpoint.

→ Les chats écaille de tortue et tricolores ne sont pas toujours des femelles. Afin d’éviter les interventions inadaptées à leur sexe, il convient de toujours le vérifier au préalable.

→ La surdité du chat blanc est associée à la couleur des yeux : un chat avec deux yeux bleus aura plus de risque d’être sourd qu’un chat avec un ou aucun œil bleu.

Tous les chats blancs porteurs du gène W ne sont pas sourds. La fréquence de la surdité est augmentée chez les animaux qui ont les deux yeux bleus, comparés à ceux qui ont un œil bleu et un œil coloré. Ici, un chaton de race russe.

TABLEAU 1
Couleur des chatons issus du croisement de deux chats british shorthair de couleur bleue

TABLEAU 2
Couleur des chatons issus du croisement de deux chats siamois chocolate point

TABLEAU 3
Patron des chatons issus du croisement entre deux chats hétérozygotes à robe tabby tiquetée

TABLEAU 4
Panachure des chatons issus du croisement d’un chat particolore et d’un chat sans panachure

TABLEAU 5
Tests génétiques utilisables pour identifier le génotype associé aux robes félines

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...