Le point Vétérinaire n° 328 du 01/09/2012
 

GASTRO-ENTÉROLOGIE CANINE

Thérapeutique

Christophe Hugnet*, Hervé Pouliquen**


*Clinique vétérinaire des Lavandes,
Quartier Boulagne, BP 54
26160 La-Bégude-de-Mazenc
**Auteur-coordinateur

La mutation MDR1 provoque chez certaines races des réactions indésirables à certains médicaments, comme le lopéramide, pouvant en restreindre l’usage.

Chez le chien, la diarrhée aiguë est un motif de consultation très fréquent. L’étiologie est variée : infections virales et/ou bactériennes, affections parasitaires, anomalies alimentaires, intoxications, etc. Cependant, le traitement repose sur deux principes communs : les corrections hygiéno-diététiques à instaurer rapidement, accompagnées d’un traitement symptomatique (lorsqu’il n’est pas contre-indiqué) visant à atténuer les symptômes. Le traitement étiologique est proposé dès la connaissance des facteurs déclenchant et favorisant la diarrhée aiguë observée.

Traitement symptomatique de la diarrhée aiguë

Parmi les traitements symptomatiques, sont employés les protecteurs du tube digestif (adsorbants tels que la montmorillonite) ainsi que les modificateurs du transit digestif. Ces derniers appartiennent à la famille :

– soit des inhibiteurs du péristaltisme (spasmolytiques ou antispasmodiques), c’est-à-dire les spasmolytiques neurotropes ou anticholinergiques (atropine et dérivés) et les spasmolytiques musculotropes (la papavérine, par exemple) ;

– soit des stimulants de la motricité segmentaire (spasmogènes), c’est-à-dire les opiacés et leurs dérivés (diphénoxylate, lopéramide).

Intérêt du lopéramide en cas de diarrhée

L’activité antidiarrhéique du lopéramide se définit par :

– son analogie structurale avec les opiacés, permettant une fixation sur les récepteurs opiacés du tube digestif. Les contractions segmentaires sont alors renforcées tandis que l’activité péristaltique est inhibée. D’importantes modifications des transferts hydro-électrolytiques contribuent à l’activité antisécrétoire, donc antidiarrhéique du lopéramide ;

– des propriétés spécifiques du lopéramide telles que des effets calcibloqueurs et inhibiteurs de la calmoduline.

Le lopéramide présente une faible toxicité et peu d’effets secondaires chez le chien à la posologie validée par l’autorisation de mise sur le marché vétérinaire du Loperal(r) (à la dose de 0,1 mg/kg, deux fois par jour pendant 3 jours, par voie orale). Cependant, une particularité raciale a été identifiée [1]. Chez des colleys, des troubles nerveux morphinomimétiques (dépression, ataxie, sédation, inconscience) sont observés aux doses thérapeutiques (photo).

Mutation MDR1 chez le colley

Une anomalie génétique du gène MDR1 de la glycoprotéine membranaire PgP, responsable de l’extraction active de certains xénobiotiques en dehors des cellules exprimant cette glycoprotéine, a été mise en évidence chez le colley. La PgP est, en particulier, trouvée à la surface des cellules de la barrière hémato-méningée. Lorsque la PgP est déficiente, ce qui est le cas chez les colleys homozygotes mutants, une accumulation du xénobiotique, ici le lopéramide, est alors observée dans le système nerveux central, ce qui induit l’apparition de symptômes nerveux de type morphinomimétiques. Le traitement antidotique est alors très efficace. La naloxone injectée par voie veineuse (à la dose de 0,04 mg/kg) permet de supprimer tout symptôme de neurotoxicité centrale.

Une étude de la population française conduit à l’identification de 48 % de colleys homozygotes mutants, de 32 % d’hétérozygotes et de seulement 20 % d’homozygotes sains [2]. Les résultats obtenus sont comparables à ceux d’une étude nord-américaine antérieure [3].

Cette mutation génétique est observée pour de nombreuses autres races : berger australien, berger blanc suisse, shetland, et plus anecdotiquement chez le berger allemand et le border colley.

Actuellement disponible en France, le test de dépistage génétique de cette mutation permet au praticien d’identifier les chiens homozygotes ou hétérozygotes porteurs de cette mutation du gène MDR1. Ainsi, il ne devient plus contre-indiqué de prescrire du lopéramide chez un colley homozygote sain. Pour les individus porteurs de la mutation, le lopéramide reste contre-indiqué, et le vétérinaire doit prescrire des antispasmodiques atropiniques par exemple, un pansement digestif et/ou une thérapie anti-infectieuse si l’étiologie le justifie. Parmi les antiparasitaires, il convient de ne pas prescrire d’émodepside, également un substrat de la PgP codée par le gène MDR1, à des chiens porteurs homozygotes de la mutation de ce gène, au risque de voir apparaître des troubles digestifs (vomissements) et nerveux (trémulations musculaires, ataxie, convulsions, mydriase).

Références

  • 1. Hugnet C, Cadore JL, Buronfosse F, Pineau X et coll. Loperamide poisoning in the dog. Vet. Hum. Toxicol. 1996;38(1):31-33.
  • 2. Hugnet C, Bentjen SA, Mealey KL. Frequency of the mutant MDR1 allele associated with multidrug sensitivity in a sample of collies from France. J. Vet. Pharmacol. Ther. 2004;27(4):227-229.
  • 3. Neff MW, Robertson KR, Wong AK, Safra N et coll. Breed distribution and history of canine mdr1-1Delta, a pharmacogenetic mutation that marks the emergence of breeds from the collie lineage. Proc. Natl. Acad. Sci. USA. 2004;101(32):11725-11730.

Colley mutant homozygote MDR1 présentant un syndrome morphinomimétique après administration de lopéramide.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité