Le point Vétérinaire Canin n° 327 du 01/07/2012
 

ONCOLOGIE COMPARÉE

Fiche

François Serres

Oncovet
Clinique vétérinaire des référés
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Les principales différences entre les tumeurs hépatiques humaines et canines sont liées à l’étiopathogénie.

Les tumeurs hépatiques constituent la troisième entité cancéreuse en termes de mortalité chez l’homme (derrière les cancers du poumon et de l’estomac) dans les dernières décennies. Sur le plan histologique, quatre types de tumeurs hépatiques primitives sont classiquement décrits : des carcinomes hépatocellulaires (issus des hépatocytes), des cholangiocarcinomes (provenant des parois biliaires) et des sarcomes hépatiques et carcinoïdes (tumeurs d’origine neuro-endocrine). Cependant, les carcinomes hépatocellulaires représentent la majorité de ces cancers, et ce dans la plupart des espèces. Les lésions métastatiques hépatiques (issues notamment de cancers pancréatiques ou du tube digestif) ne sont pas évoquées. Elles sont extrêmement fréquentes dans toutes les espèces (les trois quarts des lésions hépatiques tumorales observées chez le chien sont des métastases), mais leur prise en charge est radicalement différente.

Épidémiologie et étiopathogénie

La prévalence des tumeurs hépatiques (en particulier des hépatocarcinomes) chez l’homme est étroitement liée à la présence de facteurs favorisants qui sont pour la plupart bien identifiés. Il s’agit d’expositions répétées à des substances toxiques (alcool ou aflatoxine), de certains agents infectieux (en premier lieu, les hépatites B et C) et du diabète de type 2 non contrôlé. Selon les régions du monde, les facteurs favorisants “prédominants” sont différents (l’hépatite B est prédominante en Chine alors que la cirrhose alcoolique est le plus souvent incriminée dans les pays occidentaux). Cependant, dans près de 25 % des cas, aucune cause évidente n’est identifiée. Les cholangiocarcinomes sont également associés à l’évolution de lésions de cholangiohépatite chronique (parasitaires, inflammatoires ou liées à des lithiases).

L’incidence des affections tumorales hépatiques primitives est moindre chez le chien et le chat, pour lesquels elles représentent 1 à 2 % des tumeurs. Le rôle favorisant d’une affection hépatique chronique sur le développement des carcinomes hépatocellulaires n’est pas retrouvé chez le chien et le chat. Une prédisposition des schnauzers miniatures et des chiens mâles aux carcinomes hépatocellulaires est rapportée, les chats, les chiennes et les labradors présentant une prédisposition aux cholangiocarcinomes [2, 4].

Dans les trois espèces, et quelle que soit la nature histologique de la lésion, les tumeurs hépatiques primitives peuvent se présenter sous trois formes : une forme massive avec une lésion unique, occupant tout ou partie d’un lobe, une forme nodulaire, multicentrique, atteignant plusieurs lobes simultanément, et une forme diffuse dans laquelle la distinction entre les tissus sain résiduel et tumoral s’efface. Alors que la plupart des lésions (notamment pour les carcinomes hépatocellulaires) chez le chien se présentent sous une forme massive, chez l’homme, les formes nodulaires et diffuses prédominent, ce qui correspond à l’évolution tumorale multicentrique d’une hépatopathie diffuse. Les conséquences de cette différence sur le traitement sont importantes.

Diagnostic

La plupart des cas observés chez le chien sont présentés à un stade symptomatique précoce, à la suite d’une perte de poids, d’une dysorexie ou de la palpation d’une masse abdominale, mais avant l’apparition de signes d’insuffisance hépatique. De rares cas présentent des lésions cutanées plus ou moins étendues (photo 1). L’aspect échographique des lésions est souvent très évocateur. Cependant, des cytoponctions, voire des biopsies, sont souvent réalisées pour confirmer leur nature (photos 2 et 3). Le bilan sanguin met fréquemment en évidence une élévation des enzymes de cytolyse (non spécifique), une anémie et une thrombocytose (dont l’origine reste indéterminée). Un examen tomodensitométrique ou d’imagerie par résonance magnétique (IRM) (éventuellement associé à des biopsies après contrôle de la fonction de coagulation) est recommandé si un traitement chirurgical est préconisé (photo 4).

Chez l’homme, le diagnostic d’une affection hépatique est souvent réalisé dans le cadre du suivi ou du diagnostic d’une hépatopathie chronique (cirrhotique ou hépatite virale chronique). La démarche diagnostique est relativement similaire à celle proposée chez le chien, avec l’emploi de certains marqueurs sanguins (∂-fétoprotéine) et les éventuelles recherches étiologiques.

Évolution

Le pronostic dépend essentiellement de la nature histologique, de la forme et de l’étendue de l’affection au moment du diagnostic, quelle que soit l’espèce. Les carcinomes hépatocellulaires massifs présentent un pronostic favorable. Chez l’homme, lorsqu’une exérèse est possible, le taux de survie est de 50 à 70 % à 5 ans, mais il est nettement minoré lors d’hépatopathie concomitante [1]. Chez le chien, le taux de métastases associées est faible dans ce type tumoral et l’absence d’une hépatopathie sous-jacente rend possible des chirurgies larges souvent curatives.

Traitement de référence

Pour les lésions de petite taille, diagnostiquées précocement mais associées à une hépatopathie chronique (présentation prédominante chez l’homme), une résection limitée est le plus souvent choisie. Des techniques de thermo-ablation ou de chémo-embolisation peuvent alors être proposées. Face à des lésions plus étendues, la seule solution alternative est la greffe de foie. Les carcinomes hépatiques ne répondent pas à la chimiothérapie, et ce dans toutes les espèces.

Traitements d’avenir

Le chien constitue un modèle unique pour étudier la pertinence de nouveaux moyens thérapeutiques mini-invasifs permettant l’élimination ciblée d’une tumeur localisée chez un individu qui présente des lésions et un format proches de ceux de l’homme. Des techniques d’ablation par ultrasons sous contrôle IRM ont ainsi été utilisées avec succès sur des adénomes canins [3].

Références

  • 1. Bartlett DL, Carr BI, Marsh JW. Cancer of the liver. In: DeVita VT, Hellman S, Rosenberg SA. Cancer: principles and practice of oncology. Eds. Lippincott Williams & Wilkins, Philadelphia. 2005.
  • 2. Hayes HM, Morin MM, Rubenstein DA. Canine biliary carcinoma: epidemiological comparisons with man. J. Comp. Pathol. 1983:93;99.
  • 3. Kopelman D, Inbar Y, Hanannel A, Dank G et coll. Magnetic resonance guided focused ultrasound surgery (MRgFUS). Four ablation treatments of a single canine hepatocellular adenoma. HPB. 2006;8:292-298.
  • 4. Liptak JM, Dernell WS, Monnet E et coll. Massive hepatocellular carcinoma in dogs: 48 cases (1992-2002). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2004;225:1225.

1. Présence d’une hyperkératose des coussinets chez un chien atteint d’un syndrome hépatocutané.

2. Examen échographique abdominal. Noter la présence d’une lésion tissulaire homogène très étendue issue du parenchyme hépatique.

3. Examen cytologique d’une ponction de lésion hépatique. Une population monomorphe de cellules de morphologie épithéliale, présentant des atypies nettes (anisocytose, anisocaryose, cellules multinucléées), est observée.

4. Examen tomodensitométrique (reconstruction parasagittale). Une lésion hépatique étendue (flèches) issue du lobe latéral droit, relativement bien délimitée, est mise en évidence.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...