Le point Vétérinaire Canin n° 327 du 01/07/2012
 

ANTIBIOTHÉRAPIE ET RÉSISTANCES BACTÉRIENNES

Analyse d’article

Alexandre Caron

Fitzpatrick Referrals Ltd.,
Halfway Iane, Eashing Iane
Godalming, GU72QQ
Surrey, United Kingdom

Les infections à staphylocoques résistants à la méthicilline sont dues à des bactéries de l’espèce Staphylococcus spp. résistantes à toutes les bêta-lactamines [3-5]. Cette résistance est liée à la présence d’un gène spécifique (mecA). Elles peuvent être résistantes à de nombreux autres antibiotiques puisque l’insertion d’autres séquences de résistance aux antibiotiques est facilitée par la présence de séquences génétiques dites d’insertion [2, 3].

Les infections à Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (MRSA) sont associées à de fortes morbidité et mortalité en médecine humaine. Staphylococcus pseudo-intermedius est la souche de Staphylococcus résistante à la méthicilline (MRSP) la plus fréquemment isolée en médecine vétérinaire et la fréquence de résistance de cet agent pathogène à d’autres classes d’antibiotiques que les bêta-lactamines est plus faible [2, 3].

ÉPIDÉMIOLOGIE

Deux types d’infections à MRSA sont identifiées. Elles peuvent être liées au système hospitalier (HA-MRSA, ou health-care acquired) ou non (CA-MRSA, ou community-acquired) [2, 3]. Elles se distinguent par des gènes de résistance différents et une résistance aux antibiotiques autres que les bêta-lactamines plus faible pour les CA-MRSA. Les individus concernés sont généralement plus jeunes. La transmission se fait par contact direct, par aérosol ou par l’intermédiaire d’objets inanimés sur lesquels les MRSA peuvent rester plusieurs mois [2].

L’homme est le réservoir naturel pour les MRSA et les infections à MRSA chez les animaux de compagnie sont très souvent une contamination d’origine humaine. Un pour-cent de la population générale et 17 % de la gent vétérinaire sont porteurs sains de ces bactéries [1].

Les animaux (les chiens davantage que les chats) sont le réservoir naturel des Staphylococcus pseudo-intermedius sensibles à la méthicilline et des MRSP. Ainsi, l’infection de l’homme par l’un de ces agents pathogènes est très probablement consécutive au contact avec un animal touché. Une transmission du gène mobile de résistance aux antibiotiques depuis un MRSP vers un Staphylococcus aureussensible à la méthicilline (MSSA) pourrait mener à la conversion d’une infection à MSSA chez l’homme vers une infection à MRSA [2, 3]. Aussi est-il d’intérêt public de mettre en évidence et de traiter ces infections de manière adéquate.

TRAITEMENT DES INFECTIONS À MRSA OU À MRSP

L’étape la plus importante dans la prévention de ces infections est le lavage et la désinfection des mains. Les produits à base d’alcool ont prouvé leur efficacité dans la réduction du taux de MRSA [3].

Par définition, l’emploi de bêta-lactamines est contre-indiqué. L’utilisation des fluoroquinolones doit être évitée car la sensibilité in vitro ne refléterait que peu l’activité in vivo [5]. Les résultats de laboratoire d’une analyse de sensibilité étendue peuvent aider à la prise de décision du traitement antibiotique à instaurer. La limite du traitement de ces infections en médecine vétérinaire réside dans la nécessité de conserver la susceptibilité à certains antibiotiques importants en médecine humaine, comme la vancomycine. Limiter, voire interdire, leur emploi en médecine vétérinaire est nécessaire en termes de santé publique [5]. L’utilisation abusive et inappropriée d’antibiotiques en médecine vétérinaire est démontrée [1]. Il convient d’accentuer l’éducation et la prise de conscience de l’ensemble des praticiens de santé sur le danger de ces pratiques, ainsi que de développer des protocoles de détection et de gestion du risque infectieux.

INFECTION POSTOPÉRATOIRE

La plupart des infections à MRSA chez le chien concernent des animaux immunodéprimés, hospitalisés pour une longue durée ou en période postopératoire.

Une infection postopératoire est définie comme apparaissant durant les 30 jours qui suivent l’intervention, sur le site chirurgical. Cette période s’étend jusqu’à un an si des implants sont mis en place.

La gestion du risque infectieux péri-opératoire implique une réflexion sur le respect des principes d’asepsie, l’antibioprophylaxie, l’identification d’individus à risque et la protection de la plaie en période postopératoire [4]. La classification de la chirurgie permet d’anticiper le risque infectieux : de 2 à 4,9 % si elle est propre, de 3,5 à 4,5 % si elle est propre-contaminée, de 4,6 à 9,1 % si elle est contaminée et de 6,7 à 18,1 % quand elle est sale [4]. L’antibioprophylaxie doit être décidée en fonction du type de chirurgie, mais aussi selon la flore rencontrée (gastro-intestinale, uro-génitale, etc.). Un protocole d’isolement des animaux infectés est requis dans la prévention de la réinfection, mais aussi de la propagation de la maladie aux autres individus hospitalisés.

Conclusion

Le contrôle des infections est une aire de recherche très développée en médecine humaine, qui n’en est qu’à ses débuts en médecine vétérinaire [6]. Bien que très souvent réactionnel à un trouble infectieux, le contrôle des infections doit tendre à devenir une action préventive.

La gestion idéale reste à définir. Cependant, une détection précoce et un traitement adapté par la soumission de prélèvements appropriés sont des éléments importants.

Références

  • 1. Burstiner LC, Faires M, Weese JS. Methicillin-resistant Staphylococcus aureus colonization in personnel attending a veterinary surgery conference. Vet. Surg. 2010;39(2):150-157.
  • 2. Duquette RA, Nuttall TJ. Methicillin-resistant Staphylococcus aureus in dogs and cats : an emerging problem ? J. Small Anim. Pract. 2004;45(12):591-597.
  • 3. Nakamura RK, Tompkins E. Methicillin-resistant Staphylococcus infections. Compend. Contin. Educ. Vet. 2012;34(3):E1-E9.
  • 4. Nelson LL. Surgical site infections in small animal surgery. Vet. Clin. North Am. Small Anim. 2011;41:1041-1056.
  • 5. Weese JS. A review of multidrug resistant surgical site infections. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2008;21(1):1-7.
  • 6. Weese JS. Infection control in veterinary practice; the time is now. J. Small Anim. Pract. 2011;52(10):507-508.

RÉSUMÉ

OBJECTIFS

Comparer les infections à Staphylococcus pseudo-intermedius résistant à la méthicilline (MRSP) et à Staphylococcus pseudo-intermedius sensible à la méthicilline (MSSP).

MÉTHODE

Étude rétrospective dans trois hôpitaux vétérinaires. Les chiens diagnostiqués avec une infection à MRSP sont inclus, ainsi que 2 chiens infectés par un MSSP juste avant et juste après. Des facteurs associés à ces infections sont recherchés parmi les informations cliniques enregistrées et comparés entre les deux types d’infection.

RÉSULTATS

• 56 infections à MRSP et 112 infections à MSSP ont été incluses. Les pyodermites et les otites représentent la majorité des infections à MRSP et à MSSP.

• Les mâles castrés (risque x 3), les chiens ayant reçu un traitement antibiotique systémique dans les 30 jours précédant l’admission à l’hôpital (risque x 6), les chiens hospitalisés (risque x 3,5) et les chiens en période postopératoire (risque x 3) présentent un risque plus important de développer une infection à MRSP, comparativement à une MSSP. Aucune différence n’a été détectée concernant le taux de mortalité entre les deux types d’infection.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité