Le point Vétérinaire Canin n° 326 du 01/06/2012
 

CARDIOLOGIE FÉLINE

Cas clinique

François Serres

Oncovet
Clinique des référés
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Les blocs atrio-ventriculaires du troisième degré sont le plus souvent associés, chez le chat, à des lésions cardiaques macroscopiques.

Un chat européen femelle, stérilisé et âgé de 10 ans, est présenté pour une exploration d’une anomalie de l’auscultation (présence de bruits surajoutés irréguliers), détectée à l’occasion d’une visite vaccinale.

Diagnostic

Aucun antécédent d’affection cardiovasculaire n’est rapporté.

L’examen clinique montre un animal présentant un état général satisfaisant. L’auscultation met en évidence une fréquence cardiaque relativement basse (150 battements par minute), sans souffle associé. La présence régulière d’un bruit cardiaque surajouté (correspondant à un B1 “supplémentaire”) est identifiée.

Un examen électrocardiographique est décidé dans un premier temps afin d’explorer la bradycardie (photo). Cet examen identifie une légère bradycardie régulière (150 ventriculogrammes par minute), d’aspect non sinusal, avec des complexes de morphologie supraventriculaire. Des dépolarisations atriales, légèrement plus nombreuses (160 dépolarisations par minute) et non conduites sont associées. Certaines de ces dépolarisations atriales sont “superposées” aux ventriculogrammes qui présentent un aspect modifié. Plusieurs examens complémentaires sont entrepris afin d’identifier la présence de lésion (s) myocardique (s) à l’origine de (ou secondaire) à ce trouble du rythme.

L’examen échocardiographique ne montre pas de modification de la morphologie de la cinétique cardiaque (aux modes bidimensionnels, temps-mouvements, Doppler des flux, Doppler tissulaire et X-strain), en dehors des perturbations “attendues” des ondes diastoliques (ondes atriales présentant une morphologie irrégulière). Aucun traitement ne semble nécessaire dans le cas présent, une surveillance du rythme cardiaque par auscultation mensuelle étant cependant conseillée.

Discussion

Les blocs atrio-ventriculaires du 3e degré correspondent à une interruption complète de la conduction de l’influx électrique au niveau du nœud atrio-ventriculaire (NAV). De cette interruption découle un fonctionnement autonome du ventricule, à partir d’un rythme “de secours”. Ce rythme qui correspond à des échappements est plus ou moins rapide, selon qu’il soit issu du NAV (les influx issus du NAV présentent alors une morphologie supraventriculaire, avec des complexes car l’influx emprunte par la suite les voies de conduction “rapides”) ou qu’ils proviennent du myocarde ventriculaire (avec des complexes larges et une fréquence souvent inférieure). Ces interruptions de conduction sont le plus souvent (dans deux tiers des cas) associées chez le chat à des lésions macroscopiques cardiaques (cardiomyopathies hypertrophiques, plus rarement dilatées ou restrictives) qui sont responsables des lésions de fibrose/dégénérescence du tissu de conduction [1, 2]. À la différence du chien, la dissociation complète de l’activité électrique du ventricule s’accompagne d’un rythme d’échappement le plus souvent élevé (120 en moyenne contre 45 chez le chien). Les présentations dramatiques, avec syncope ou insuffisance cardiaque consécutive à l’effondrement du débit cardiaque sont ainsi rarement observées. Près d’un chat sur deux ne présente que peu ou pas de symptômes, et le pronostic même en l’absence de traitement est le plus souvent favorable (avec des médianes de survie rapportées supérieures à 1 an). Ces blocs sont théoriquement définitifs et continus, mais des retours à une conduction physiologique ont été rapportés. Récemment, plusieurs cas de crises épileptiformes associées à des blocs atrio-ventriculaires paroxystiques chez des chats ont également été rapportés [3].

Références

  • 1. Kellum HB, Stepien RL. Third-degree atrioventricular block in 21 cats (1997-2004). J. Vet. Intern. Med. 2006;20:97-103.
  • 2. Johnson L, Sisson DD. Atrioventricular block in cats. Comp. Contin. Educ. Small Anim. 1993;15:1356-1368.
  • 3. Penning VA, Connolly DJ, Gajanayake I, McMahon LA, Luis Fuentes V, Chandler KE, Volk HA. Seizure-like episodes in 3 cats with intermittent high-grade atrioventricular dysfunction. J. Vet. Intern. Med. 2009;23:200-205.

REMERCIEMENTS

au Dr Gérard Muller (Clinique vétérinaire de Lille Saint-Maurice).

1. Examen électrocardiographique (dérivations D1, D2, D3, 25 mm = 1 s, 10 mm = 1 mV) : présence d’une bradycardie régulière, supraventriculaire (150 ventriculogrammes par minute : flèches rouges). Présence de dépolarisations atriales, légèrement plus nombreuses (160 dépolarisations par minute) et non conduites (tête de flèches) ou “superposées” aux ventriculogrammes qui présentent un aspect modifié (*).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité