Le point Vétérinaire Canin n° 324 du 01/04/2012
 

IMAGERIE SPÉCIALISÉE

Article de synthèse

Renaud Jossier

VetRef, Clinique de référés
7, rue James-Watt49070 Angers-Beaucouzé
clinique@vetref.fr

Lors de shunt porto-systémique, les examens d’imagerie visent à confirmer l’anomalie et à définir l’anatomie du vaisseau anormal. L’angioscanner est l’examen le plus complet à l’heure actuelle.

Résumé

→ Le recours à l’imagerie médicale est une étape incontournable dans le diagnostic des shunts porto-systémiques. De nombreuses méthodes ont été développées (radiographie, échographie, scintigraphie). Le scanner est une technique en plein essor en médecine vétérinaire qui permet, notamment grâce à des reconstructions informatiques, de réaliser une étude presque anatomique de la vascularisation abdominale, dont la veine porte, ses affluents et ses ramifications. Il met en évidence les différentes malformations de la vascularisation porte, y compris lors de shunt complexe, ce qui optimise la préparation chirurgicale.

Les shunts porto-systémiques correspondent à une communication vasculaire anormale entre la veine porte ou l’un de ses affluents et la circulation veineuse systémique. Il s’agit d’une affection bien décrite, qui peut être congénitale ou acquise. Les moyens d’imagerie permettant d’établir un diagnostic sont nombreux. Ils ne présentent pas tous les mêmes avantages ni les mêmes inconvénients. Le scanner abdominal avec portographie est une technique récemment développée en médecine vétérinaire (photo 1).

PRÉSENTATION CLINIQUE DES SHUNTS PORTO-SYSTÉMIQUES

Les animaux présentent généralement des symptômes avant l’âge de 6 mois, mais de nombreux cas sont décrits chez l’adulte (dans une étude portant sur 64 cas, 36 % des animaux sont âgés de 1 à 7 ans) [9, 16].

Les symptômes associés aux shunts porto-systémiques sont variables, et concernent le système nerveux central et les appareils digestif et urinaire (tableau 1). Ils résultent de défaillances de la fonction hépatique. Les signes d’encéphalose hépatique dominent le plus souvent le tableau clinique. En effet, le foie de ces animaux est généralement atrophié en raison de la diminution de facteurs trophiques apportés normalement à l’organe par la veine porte.

Les analyses de laboratoire mettent fréquemment en évidence une hyperammoniémie, une augmentation des acides biliaires en périodes pré– et postprandiales, ainsi qu’une diminution de la densité urinaire.

Des signes d’insuffisance hépatocellulaire peuvent être présents dans les cas les plus graves (hypoprotéinémie, hypoalbuminémie, hypoglycémie, hypocholestérolémie, diminution de l’urémie).

ANATOMIE DES SHUNTS PORTO-SYSTÉMIQUES

La veine porte principale draine les veines splénique, gastroduodénale, gastriques gauche et droite, ainsi que les veines mésentériques craniale et caudale (figure 1). Elle se ramifie dans le foie en deux veines principales, gauche et droite [5].

Les shunts porto-systémiques sont de deux types : congénitaux et acquis. Les shunts congénitaux se subdivisent en shunts intra-hépatiques et extra-hépatiques. Les shunts acquis sont tous extra-hépatiques.

1. Shunts intra-hépatiques

Les shunts intra-hépatiques sont définis selon leur localisation : shunt intra-hépatique à division droite, centrale ou gauche (ou patent ductus venosus) (figures 2, 3 et 4).

Les chiens de race de grande taille sont plus fréquemment atteints par ce type de shunts, et notamment le bobtail, le labrador et le golden retriever [2, 4, 10]. L’irish wolfhound est prédisposé au shunt intra-hépatique à division gauche [2, 4, 10].

2. Shunts extra-hépatiques

Les shunts extra-hépatiques sont également de plusieurs types (figures 5 et 6). Le vaisseau anormal prend le plus souvent naissance en regard de la veine splénique ou de la veine gastrique, et se jette dans la veine cave caudale ou, moins fréquemment, dans la veine azygos. (Celle-ci chemine ventralement aux vertèbres thoraciques et aux premières vertèbres lombaires, et se jette dans l’atrium droit. Elle est plus dorsale que la veine cave caudale et l’aorte). Les chiens de petite taille sont prédisposés à ce type de shunts (shih tzu, lhassa apso, yorkshire, caniche ou schnauzer miniature) [2, 4]. De multiples cas de shunts intra– et extra-hépatiques sont rapportés chez le chat [2, 4].

3. Shunts acquis

Les shunts acquis se développent secondairement à une hypertension portale chronique (figure 7). Ils sont caractérisés par la présence de multiples vaisseaux extra-hépatiques, tortueux, de petite taille, qui connectent le système porte et les veines systémiques en de nombreuses localisations, généralement en région périrénale. Chez les animaux âgés, l’hypertension portale est généralement due à une cirrhose ou à une fibrose hépatique. L’affection peut être rencontrée chez les individus jeunes lors d’atrésie de la veine porte ou de fistules hépatiques artério-veineuses [2, 4].

De manière anecdotique, des shunts plus complexes ou la présence de plusieurs malformations sont parfois rencontrés [3]. Un même animal peut présenter à la fois un shunt congénital et un shunt acquis [6].

RÔLE DE L’IMAGERIE MÉDICALE DANS LA GESTION DES SHUNTS PORTO-SYSTÉMIQUES

Chez un animal suspect, l’imagerie médicale doit permettre de confirmer la présence du shunt porto-systémique, et de déterminer son caractère acquis ou congénital. L’examen vise à préciser la localisation du shunt, son parcours, ses rapports avec les organes adjacents et ses extrémités. Cette étape descriptive de l’anatomie du vaisseau anormal est indispensable pour planifier et réduire le temps opératoire.

Les examens d’imagerie recherchent également la présence d’autres anomalies (encadré 1).

L’imagerie médicale est aussi utile pour le suivi postopératoire afin de s’assurer de la dissection du bon vaisseau, de son occlusion progressive ou, encore, de l’absence de développement de signes d’hypertension portale (congestion en regard du réseau porte, ascite principalement).

MOYENS D’IMAGERIE UTILISÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES SHUNTS PORTO-SYSTÉMIQUES

Différentes techniques d’imagerie médicale se sont développées pour le diagnostic des shunts porto-systémiques. Leur sensibilité et les renseignements apportés sont variables (tableau 2).

1. Radiographie avec et sans produit de contraste

La radiographie sans préparation est peu informative. Elle permet néanmoins de mettre en évidence certaines anomalies (encadré 2).

La portographie mésentérique a longtemps été considérée comme la méthode de choix pour le diagnostic des shunts porto-systémiques [9, 10, 11, 15]. Elle consiste à disséquer chirurgicalement une veine jéjunale, à y poser un cathéter et à y injecter un produit de contraste iodé (par exemple, Iopamiron®). Des clichés radiographiques ou une radioscopie sont alors réalisés en même temps que l’injection, permettant d’étudier avec beaucoup de précision le système porte et ses éventuelles anomalies. Cette procédure possède une excellente sensibilité pour le diagnostic de tous les types de shunts et présente l’avantage de pouvoir être réitérée pour s’assurer de la dissection du bon vaisseau. En revanche, elle est très invasive et allonge considérablement le temps opératoire.

Des méthodes alternatives moins invasives mais également moins informatives sont décrites. C’est notamment le cas de la portographie par injection échoguidée de produit de contraste au sein du parenchyme splénique.

2. Échographie abdominale

L’échographie est largement utilisée pour rechercher les shunts porto-systémiques [2, 4, 10, 16]. Les modes bidimensionnel et doppler permettent au manipulateur de suivre l’ensemble du réseau porte et ses ramifications, et de détecter toute anomalie.

Les conséquences (microhépatie, présence de calculs urinaires, néphromégalie) peuvent être évaluées au cours du même examen, réalisé dans la majorité des cas sur animal vigile.

La sensibilité de l’échographie est très bonne dans l’exploration des shunts (92 %) et encore meilleure dans la recherche des shunts intra-hépatiques (100 %). Sa spécificité est excellente (98 %) [2, 8]. Elle nécessite néanmoins un échographiste expérimenté et du matériel de qualité. L’examen peut se révéler non concluant ou incomplet si le contenu digestif crée trop d’artefacts, si le chien est d’une conformation à thorax profond ou si le shunt est complexe. Il présente aussi l’inconvénient de ne pas offrir d’images consultables a posteriori et qui soient représentatives de l’ensemble de la vascularisation porte. Le chirurgien doit alors se représenter mentalement le trajet du vaisseau anormal selon les conclusions de l’échographiste, ce qui est une source d’erreur. Ce désavantage est particulièrement gênant lors de shunt intra-hépatique à division droite pour lequel la visualisation de l’ensemble du trajet du vaisseau anormal est impossible au cours de l’intervention chirurgicale. Le diagnostic peut également être incomplet lors d’anomalies multiples.

La plupart des appareils d’échographie permettent d’enregistrer des clips, de manière à garder une trace visuelle de l’examen. Cependant, leur consultation requiert de connaître les images échographiques normales de la vascularisation abdominale.

3. Scintigraphie portale transrectale

La scintigraphie portale transrectale consiste à injecter directement dans le rectum un radio-isotope (en général du pertechnétate de technétium) et à suivre l’activité radioactive du produit de manière dynamique à l’aide d’une gamma-caméra. En l’absence d’un shunt porto-systémique, le foie apparaît “marqué” avant le cœur. En présence d’un shunt, l’activité est visible directement dans le thorax, puis dans le foie. Une injection échoguidée transplénique de produit radioactif permettrait de différencier certains types de shunts (distinction possible entre des shunts porto-cave et porto-azygos) [13].

Dans les cas ambigus, cette technique permet de conclure définitivement si un shunt porto-systémique est présent ou non (sa sensibilité est de 100 %). Cependant, elle n’offre qu’une très faible résolution spatiale et ne localise pas le vaisseau anormal pour la chirurgie. Elle présente également l’inconvénient d’utiliser des sources radioactives non scellées, qui nécessitent des mesures lourdes de radioprotection (dosimétrie opérationnelle, locaux avec laboratoire spécifique de préparation des produits radioactifs).

Le suivi du principe As Low As Reasonably Achievable de radioprotection déconseille la mise en œuvre de cet examen en première intention. Il est donc à envisager quand les autres moyens d’imagerie n’ont pas permis de conclure ou s’ils ne sont pas disponibles.

DIAGNOSTIC PAR PORTOGRAPHIE ASSISTÉE PAR TOMODENSITOMÉTRIE

1. Considérations techniques

Le scanner est un examen de plus en plus disponible en médecine vétérinaire. Son principe est proche de celui de la radiographie. À l’aide d’un faisceau de rayons X mobile autour de l’animal, des images en coupes transversales fines du corps sont obtenues. Le développement du scanner hélicoïdal et multidétecteur a réduit considérablement le temps d’acquisition des clichés (inférieur à 1 minute pour l’abdomen d’un grand chien).

Après acquisition, des images “natives” en coupes transversales sont obtenues. Grâce à différents logiciels, d’autres reconstructions peuvent être réalisées rapidement. C’est le cas des reconstructions en deux dimensions multiplanaires (2D MPR) qui procurent des coupes sagittales, frontales et obliques à partir des images transversales. Le mode MIP (projection du pixel d’intensité maximale) projette sur un plan le pixel de densité la plus élevée de différents plans parallèles adjacents. Ce mode est particulièrement intéressant pour l’étude des structures vasculaires avec utilisation de produit de contraste car il permet de suivre sur un même plan des ramifications en trois dimensions. Enfin, des reconstructions en trois dimensions avec rendu de volume (3D VR) sont possibles. Elles offrent une représentation spatiale des structures étudiées [1].

L’utilisation conjointe de produit de contraste permet de marquer les structures vasculaires, dont le réseau porte hépatique, et d’en faire une étude anatomique précise. La principale difficulté technique est de réaliser la séquence d’images au moment où le marquage des structures étudiées est le plus intense. Pour obtenir un tel marquage, plusieurs méthodes sont possibles : effectuer une première injection test en suivant de manière dynamique le marquage du vaisseau considéré et réitérer l’examen en tenant compte du pic maximal de réhaussement, ou bien utiliser un logiciel qui déclenche automatiquement la séquence lorsque la densité est suffisante au sein du vaisseau choisi [1, 7, 14, 17, 18].

Le marquage maximal du système porte est obtenu très rapidement après le début de l’injection du produit de contraste [1, 7, 17]. Ce temps est d’environ 2 s/kg chez un animal sain et de 3,4 s/kg chez un chien qui présente un shunt, en utilisant une dose d’iode de 400 mg/ml de produit de contraste, administrée à 5 ml/s par voie intraveineuse [7]. L’emploi d’un injecteur facilite la procédure.

La réalisation conjointe de telles séquences et de différentes reconstructions permet d’étudier de manière quasi anatomique la vascularisation abdominale.

2. Images de la vascularisation porte chez des animaux sains

La portographie assistée par tomodensitométrie abdominale visualise les différents affluents de la veine porte (veines splénique, gastrique, mésentériques craniale et caudale) et ses ramifications intra-hépatiques [18].

Les coupes transversales permettent de suivre les différents vaisseaux (photo 2). Le trajet et la forme des vaisseaux, ainsi que leurs rapports avec les organes adjacents sont appréhendés grâce aux reconstructions en modes MIP et 3D (photos 3 et 4).

3. Anomalies rencontrées lors de shunt porto-systémique

Les anomalies visualisées sont variables selon le type de shunt.

L’examen permet de suivre le départ du vaisseau anormal, son trajet, ses rapports avec les organes adjacents et son abouchement (veines cave caudale, azygos et phrénique, notamment) [14].

Lors de shunt extra-hépatique, un vaisseau tortueux de grande taille est généralement mis en évidence. Selon le type de shunt, le trajet du vaisseau anormal peut être relativement court et direct, comme c’est le cas pour les shunts porto-caves avec abouchement à la veine cave caudale, caudalement au hile hépatique (photo 5). Ce trajet est parfois beaucoup plus long et sinueux en cas d’abouchement aux veines phréniques ou dans la veine cave caudale, cranialement au hile hépatique (photos 6 et 7).

Le trajet de la veine porte normale est le plus souvent visualisé, excepté lors d’atrésie ou d’hypoplasie marquée.

Lors de shunt avec abouchement à la veine azygos, le vaisseau anormal chemine dorsalement jusqu’à l’aorte, la contourne et se jette dans la veine azygos (photo 8).

La délimitation des shunts intra-hépatiques est également très bonne.

Lors de shunts multiples acquis, de nombreux vaisseaux de petite taille et tortueux partent des veines mésentériques, spléniques et porte, et s’abouchent dans les veines rénales et la veine cave caudale [18].

Le scanner permet également de juger des autres anomalies associées (microhépatie, rénomégalie, calculs urinaires) avec beaucoup de précision.

4. Avantages du scanner dans le diagnostic des shunts porto-systémiques

Le scanner est un examen non invasif de l’abdomen. Il utilise des rayons X, mais le personnel soignant n’est pas exposé (non présent dans l’enceinte de l’appareil pendant les phases d’acquisition). Les seuls risques inhérents à l’examen sont l’anesthésie et l’injection de produit de contraste (de très rares complications sont rapportées chez le chien).

Il n’existe pas, à l’heure actuelle, d’étude ayant établi la sensibilité et la spécificité de cet examen. Ces dernières sont très probablement proches de 100 % car aucun cas non concluant ou ayant abouti à un diagnostic par excès ou par défaut n’a été publié.

Dans une étude menée sur 16 chiens suspects de shunt, 13 ont subi une échographie abdominale et, pour 6 d’entre eux, aucun vaisseau anormal n’a été mis en évidence. Sur ces 6 cas, seul 1 chien était effectivement sain et le scanner a alors permis d’exclure définitivement l’anomalie. Les scanners des 5 autres ont montré 3 shunts multiples acquis et 2 shunts intra-hépatiques [18].

Des essais de grande ampleur comparant les deux examens sont nécessaires. Cependant, la sensibilité et la spécificité du scanner semblent supérieures à celles de l’échographie.

Cet examen est également indiqué lors de shunts complexes ou inhabituels pour lesquels les reconstructions sont particulièrement intéressantes (photo 9) [3, 6].

Le diagnostic de shunt porto-systémique peut être établi systématiquement sur les coupes transversales. Les autres coupes et reconstructions offrent néanmoins une représentation quasi anatomique des anomalies et permettent une bien meilleure préparation de l’intervention chirurgicale.

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE

L’angiographie portale assistée par imagerie par résonance magnétique (ARM) est également une technique se développant en médecine vétérinaire. L’examen permet de réaliser des reconstructions semblables à celles du scanner [12]. Son intérêt est donc comparable. Cependant, il est plus onéreux et beaucoup moins disponible à l’heure actuelle que le scanner, et la durée d’examen est généralement supérieure. En revanche, les rayonnements ionisants sont évités.

Conclusion

Le scanner est un examen d’imagerie médicale en plein essor. Ses indications sont multiples. Dans le diagnostic des shunts porto-systémiques, il présente d’excellentes sensibilité et spécificité. Il permet également de réaliser des reconstructions utiles pour préparer l’intervention chirurgicale.

Références

  • 1. Bertolini G et coll. Three-dimensional multislice helical computed tomography techniques for canine extra-hepatic portosystemic shunt assessment. Vet. Radiol. Ultrasound. 2006 ; 47(5): 439-443.
  • 2. D’Anjou M-A et coll. Ultrasonographic diagnosis of portosystemic shunting in dogs and cats. Vet. Radiol. Ultrasound. 2004 ; 45(5): 424-437.
  • 3. D’Anjou M-A, Huneault L. Imaging diagnosis-complex intrahepatic portosystemic shunt in a dog. Vet. Radiol. Ultrasound. 2008 ; 49(1): 51-55.
  • 4. D’Anjou M-A. The sonographic search for portosystemic shunt. Clin. Tech. Small Anim. Pract. 2007 ; 22 : 104-114.
  • 5. Evans H. Veins. In : Miller’s anatomy of the dog. 3rd ed. Saunders, Philadelphia. 1993 : 699-701.
  • 6. Ferrel EA et coll. Simultaneous congenital and acquired extrahepatic portosystemic shunts in two dogs. Vet. Radiol. Ultrasound. 2003 ; 44(1): 38-42.
  • 7. Frank P et coll. Helical computed tomographic portography in ten normal dogs an ten dogs with a portosystemic shunt. Vet. Radiol. Ultrasound. 2003 ; 44(4): 392-400.
  • 8. Holt DE et coll. Correlation for ultrasonographic findings with surgical, portographic, and necropsy findings in dogs and cats with portosystemic shunts : 63 cases (1987-1993). J. Am. Vet. Med. Assoc. 1995 ; 207(9): 1190-1193.
  • 9. Johnson SE. Diseases of the liver. In : Ettinger SJ, Feldman EC. Textbook of veterinary internal medicine. 4th ed. WB Saunders Company, Philadelphia. 1995 : 1340-1350.
  • 10. Lamb CR, Daniel GB. Diagnostic imaging of dogs with suspected portosystemic shunting. Comp. Contin. Educ. Pract. 2002 ; 24(8): 626-635.
  • 11. Larsoon MM. The Liver and spleen. In : Thrall D. Textbook of veterinary diagnosis radiology. 5th ed. Saunders Elsevier, St Louis. 2007 : 667-675.
  • 12. Maï W, Weisse C. Contrast-enhanced portal magnetic resonance angiography in dogs with suspected congenital portal vascular anomalies. Vet. Radiol. Ultrasound. 2010 ; 52(3): 284-288.
  • 13. Morandi F et coll. Use of 99mTCO4-transsplenic portal scintigraphy for diagnosis of portosystemic shunts in 28 dogs. Vet. Radiol. Ultrasound. 2005 ; 46(2): 153-161.
  • 14. Nelson N et coll. Anatomy of extrahepatic portosystemic shunts in dogs as determined by computed tomography angiography. Vet. Radiol. Ultrasound. 2011 : 52(5): 498-506.
  • 15. White RN et coll. Use of intraoperative mesenteric portovenography in congenital portosystemic shunt surgery. Vet. Radiol. Ultrasound. 2003 ; 44(5): 514-521.
  • 16. Winkler JT et coll. Portosystemic shunts : diagnosis, prognosis, and treatment of 64 cases (1993-2001). J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2003 ; 39 : 169-185.
  • 17. Winter MD et coll. Three-dimensional helical computed tomographic angiography of the liver in five dogs. Vet. Radiol. Ultrasound. 2005 ; 46(6): 494-499.
  • 18. Zwingenberger AL et coll. Helical computed tomographic angiography of canine portosystemic shunts. Vet. Radiol. Ultrasound. 2005 ; 46(1): 27-32.

Points forts

→ Les symptômes associés à la présence d’un shunt porto-systémique sont variables, et concernent principalement le système nerveux central et les appareils urinaire et digestif.

→ L’examen échographique possède une très bonne sensibilité dans le diagnostic des shunts porto-systémiques, mais la fiabilité des résultats dépend du manipulateur.

→ Le scanner offre une excellente sensibilité dans l’exploration des shunts.

→ Le scanner permet de réaliser des reconstructions anatomiques de l’anomalie vasculaire, ce qui optimise la préparation et l’abord chirurgical, donc le temps opératoire.

ENCADRÉ 1
Anomalies consécutives à la présence d’un shunt porto-systémique

→ Microhépatie.

→ Rénomégalie.

→ Splénomégalie.

→ Calculs vésicaux (urate d’ammonium).

→ Atrésie de la veine porte principale.

→ Autres malformations associées (testicule ectopique notamment).

ENCADRÉ 2
Anomalies souvent constatées sur l’image radiographique lors de shunt porto-systémique

→ MICROHÉPATIE. Sur une vue de profil de l’abdomen, la silhouette hépatique, entre le diaphragme et l’estomac, est de faible épaisseur. L’estomac est alors déplacé cranialement. Son axe devient perpendiculaire au rachis alors qu’il est habituellement parallèle à l’axe de la dixième côte.

→ RÉNOMÉGALIE BILATÉRALE. Physiologiquement, la longueur des reins ne dépasse pas 2,5 à 3,5 fois celle du corps vertébral de la deuxième vertèbre lombaire chez le chien (2,5 à 3 fois chez le chat).

→ CALCULS D’URATE D’AMMONIUM. Ils ne sont pas visibles à la radiographie, excepté lorsqu’ils sont volumineux, car ils sont souvent de composition mixte.

→ DILATATION DE LA VEINE CAVE CAUDALE. La veine cave caudale est visible sur sa portion thoracique (son diamètre ne doit pas excéder 1,5 fois celui de l’aorte).

1. Chien anesthésié et positionné pour un examen tomodensitométrique.

FIGURE 1
Vascularisation normale de la veine porte

La veine porte draine les veines mésentériques craniale et caudale, la veine gastro-duodénale et la veine splénique. D’après [5].

FIGURE 2
Shunt intra-hépatique à division centrale

Le vaisseau formant le shunt est généralement court, rectiligne et large. D’après [5].

FIGURE 3
Shunt intra-hépatique à division droite

Le vaisseau anormal est le plus souvent tortueux, et forme parfois une boucle avant de se jeter dans la veine cave caudale ou la veine sus-hépatique droite. D’après [5].

FIGURE 4
Shunt intra-hépatique à division gauche

La communication s’effectue entre la division gauche de la veine porte et la veine sus-hépatique gauche. D’après [5].

FIGURE 5
Shunt extra-hépatique porto-cave

D’après [5].

FIGURE 6
Shunt extra-hépatique spléno-cave

D’après [5].

FIGURE 7
Shunts multiples acquis

D’après [5].

2. Coupe transversale en regard du hile hépatique chez un chat sain (flèche bleue : veine cave caudale ; flèche rouge : veine porte ; flèche orange : aorte).

3. Reconstruction MIP en coupe frontale de la vascularisation porte chez un chat sain (flèche rouge : ramification droite intra-hépatique de la veine porte ; flèche rose : ramification gauche intra-hépatique de la veine porte ; flèche violette : arrivée de la veine splénique dans la veine porte ; flèche verte : veine jéjunale).

4. Reconstruction 3D VR de la vascularisation porte chez un chat sain. Ce type de reconstruction permet de suivre en trois dimensions les arborisations vasculaires (flèche rouge : veine porte ; flèche orange : aorte ; flèche bleue : veine cave caudale).

5. Reconstruction MIP chez un chat présentant un shunt porto-cave. L’abouchement du vaisseau anormal est caudal au hile hépatique (flèches bleues : veine cave caudale ; flèche rouge : veine porte ; flèche blanche : vaisseau du shunt).

6. Coupe transversale en regard de la portion craniale du foie d’un chat présentant un shunt spléno-cave (flèche bleue : veine cave caudale ; flèche blanche : vaisseau du shunt).

7. Reconstruction MIP chez un chat présentant un shunt spléno-cave. Noter la différence de taille de la veine porte entre ses portions craniale et caudale au shunt (flèche bleue : veine cave caudale ; flèches rouge (portion craniale de faible diamètre) et rose (portion caudale de diamètre normal) : veine porte et ses ramifications intra-hépatiques ; flèche blanche : vaisseau du shunt ; flèche violette : veine splénique).

8. Reconstruction MIP en coupe transversale d’un shunt spléno-azygos. Le vaisseau anormal longe l’aorte latéralement à gauche et plonge dans la veine azygos (flèche jaune : veine azygos ; flèche orange : aorte ; flèche bleue : veine cave caudale ; flèche blanche : vaisseau du shunt).

9. Reconstruction 3D VR d’un shunt gastro-phrénique gauche en vue frontale (flèche bleue : veine cave caudale ; flèche blanche : vaisseau du shunt ; flèche bleu ciel : veine sus-hépatique droite).

TABLEAU 1
Symptômes les plus fréquemment présents lors de shunt porto-systémique

TABLEAU 2
Avantages et inconvénients des différents examens d’imagerie médicale disponibles pour le diagnostic des shunts porto-systémiques

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité