Le point Vétérinaire Canin n° 322 du 01/01/2012
 

OPHTALMOLOGIE DES NAC

Article de synthèse

Juliet Bazior-Langhan

Vétérinaire itinérante
en ophtalmologie
3, allée Gabrielle-Dorziat
64200 Biarritz
juliet@vetophtalmo.com

Connaître les spécificités qui concernent l’œil du lapin, est utile pour comprendre les affections qui en découlent.

Résumé

→ Les yeux, le système lacrymal et l’orbite du lapin sont anatomiquement et physiologiquement proches de ceux des carnivores. De légères différences en font cependant la particularité, comme des orbites qui communiquent, un sinus veineux rétrobulbaire important, quatre glandes orbitaires et la présence d’atropinases dans les larmes. De plus, le système lacrymal tortueux et proche des racines dentaires fait du lapin une espèce particulièrement prédisposée à la dacryocystite lors de pathologie dentaire. L’examen oculaire est calqué sur celui des carnivores, tout en l’adaptant aux caractéristiques de l’espèce, d’où l’importance de connaître ces divergences.

Les yeux des lapins sont dotés de plusieurs particularités anatomiques et physiologiques qu’il est important de connaître pour comprendre les affections oculaires qui touchent cette espèce. Cet article décrit brièvement les différences par rapport aux carnivores, et met en évidence les implications qu’elles ont sur l’examen ophtalmologique et le traitement des maladies de l’œil chez le lapin.

PARTICULARITÉS ANATOMIQUES

Chez le lapin, qui est une espèce proie, les yeux sont situés latéralement [5]. Les orbites sont peu profondes (photos 1 et 2) [6]. Les valeurs des tests, réalisés à l’examen oculaire, sont différentes de celles des carnivores domestiques (encadré).

1. Orbite et paupières

Particularités anatomiques

L’orbite est incomplète et possède une paroi médiale très fine. Chaque foramen optique communique directement avec l’orbite opposée par une petite ouverture de 5 mm. Cette particularité facilite le passage d’éventuelles infections (cellulite ou abcès rétrobulbaire) d’une orbite à l’autre [6].

Le lapin possède un plexus veineux rétrobulbaire important, d’où un risque important d’hémorragie pendant l’énucléation [4, 6]. L’énucléation par voie transconjonctivale est conseillée [6].

La membrane nictitante est de taille importante [4]. Elle est mobilisée par un muscle strié : le muscle nictitant [4]. La blépharorraphie est préférée à la tarsorraphie en raison de cette caractéristique [4].

Particularités physiologiques

Les lapins ne clignent des yeux que 10 à 12 fois par heure [3]. Une exophtalmie bilatérale physiologique est observée chez l’animal effrayé, laquelle disparaît généralement après quelques minutes.

2. Glandes

Particularités anatomiques

Le lapin possède, associées à la membrane nictitante, une glande nictitante superficielle et une glande de Harder plus profonde. La glande de Harder est constituée d’un lobe dorsal blanchâtre et d’un lobe ventral rosé [4, 6]. Les canaux excréteurs des deux lobes confluent en un seul canal qui s’abouche à la surface de la membrane nictitante [5].

La glande lacrymale se situe en position caudo-dorsale de l’orbite [3]. Son canal excréteur s’ouvre en regard de la conjonctive de la paupière supérieure. Le lapin possède également une glande lacrymale accessoire (autrement nommée “glande infra-orbitaire”) très volumineuse, qui est placée dans la partie ventrale de l’orbite [3].

Particularités physiologiques

La glande de Harder présente la particularité d’être plus volumineuse chez le mâle et s’hypertrophie lors de la saison de reproduction, provoquant une exophtalmie physiologique [3, 5]. 40 % des lapins possèdent des atropinases dans leurs larmes, ce qui rend les collyres à base d’atropine inefficaces dans de nombreux cas [3]. Par conséquent, il est préférable d’utiliser un collyre à base de tropicamide 0,5 % (Mydriaticum®(1)) pour obtenir la mydriase lors d’un examen du fond de l’œil ou dans le cadre du traitement d’une uvéite [4].

3. Système lacrymal

Les larmes sont évacuées par l’unique point lacrymal qui se situe en regard du cul-de-sac conjonctival inféro-médial [4-6]. Elles sont ensuite attirées dans le canalicule par capillarité et aboutissent dans le sac lacrymal [5]. Puis elles passent dans le canal lacrymal, qui présente chez le lapin un diamètre fortement variable sur toute sa longueur, et longe de très près des racines des prémolaires et des incisives [1-4] (figure 1). Des changements abrupts de la direction et du diamètre de ce canal peuvent être observés à deux endroits bien distincts : à la sortie du sac lacrymal en regard de l’os maxillaire proximal et à la base des incisives [1-4] (photo 3). La proximité des racines des molaires et des incisives avec le canal lacrymal, ainsi que l’anatomie de celui-ci prédisposent l’espèce à la dacryocystite infectieuse.

4. Globe oculaire

Particularités anatomiques

La cornée est large et occupe 30 % du globe oculaire du lapin (figure 2) [5]. Le cristallin est très large et sphérique, et les muscles ciliaires sont peu développés, ce qui confirme un faible besoin d’accommodation de la vision dans l’espèce [4, 5].

La rétine du lapin est dépourvue de tapis clair [5]. Sa vascularisation est de type mérangiotique, c’est-à-dire que les vaisseaux rétiniens sont disposés en bande horizontale [3, 4, 6]. Des artérioles et des veinules rétiniennes temporales et nasales sont distinguées. Elles sont réunies par un système capillaire bien visible [3, 4, 6]. La papille optique est ovale, possède une dépression centrale naturelle et est richement myélinisée. Des faisceaux myéliniques horizontaux blanc nacré sur lesquels sont visibles les vaisseaux rétiniens peuvent être observés [3, 4, 6] (photo 4). Il convient de noter que le disque optique se situe dorsalement par rapport à l’axe visuel. Cette particularité a pour implication pratique la nécessité de diriger l’ophtalmoscope vers le haut pour le visualiser lors de l’examen du fond de l’œil [3].

Particularités physiologiques

Le globe oculaire est très peu mobile, mais, grâce à la position latérale des globes, le champ de vision du lapin est de presque 360 degrés [3, 4]. De plus, l’espèce possède une bonne vision nocturne et présente une bande horizontale riche en photorécepteurs dans la rétine qui permet aux animaux de voir un prédateur s’approcher de n’importe quelle direction. Le réflexe de clignement à la menace est cependant souvent absent, comme il s’agit d’une espèce proie. Le réflexe de placer visuel ou l’observation de l’animal dans son environnement sont de bons moyens d’évaluer la vision [4].

Conclusion

De nombreuses affections oculaires affectant les lagomorphes sont étroitement liées aux particularités anatomiques et physiologiques des yeux, du système lacrymal et de l’orbite. Une bonne connaissance de ces spécificités est essentielle pour comprendre les maladies oculaires du lapin.

  • (1) Médicament humain.

Références

  • 1. Bazior-Langhan J. Dacryocystite chez un lapin domestique. Point Vét. 2010;311(41):14-17.
  • 2. Burling K, Murphy CJ, Curiel JS, Koblick P, Belhorn RW. Anatomy of the rabbit nasolacrimal duct and its clinical implications. Progress in veterinary comparative ophthalmology. 59e ed. Scivac Rimini. 1991;1:33-40.
  • 3. Harcourt-Brown FM. Ophthalmic diseases. In: Textbook of rabbit medicine. Ed. Butterworth Heinemann, Oxford. 2002:292-306.
  • 4. Rival F. Lapin. Dans: Atlas d’ophtalmologie des nouveaux animaux de compagnie. Éd. Vetnac. 2007;chap.1er:13-55.
  • 5. Venold F, Montiani-Ferreira F. Selected ocular disorders in rabbits. Exotic DVM. 2007;1(9):32-37.
  • 6. Williams DL. Rabbits. In: Peterson-Jones SM, Crispin S (eds.). Manual of Small Animal Ophthalmology, British Small Animal Veterinary Association, Gloucester. 2nd ed. 2002:276-283.

Points forts

→ Chez le lapin, les orbites communiquent, ce qui facilite la transmission d’éventuelles infections entre elles.

→ Le tropicamide est plus indiqué que l’atropine pour obtenir une dilatation pupillaire chez le lapin, en raison de la présence d’atropinases dans les larmes.

→ Le réflexe de clignement à la menace n’est pas un indicateur fiable d’évaluation de la fonction visuelle. Mieux vaut privilégier l’observation de l’animal dans son environnement.

→ Afin de ne pas léser le sinus veineux rétrobulbaire, il est préférable d’utiliser la technique transconjonctivale lors d’une énucléation.

→ Les deux points d’incurvation et de rétrécissement du canal lacrymal en regard des racines dentaires prédisposent le lapin à la dacryocystite en cas de pathologie dentaire.

ENCADRÉ
Valeurs normales chez le lapin

→ Test de Schirmer : 5 à 12 mm/min.

→ Test au rouge phénol (Tévétest®, TVM) : 17 à 28 mm/15 s.

→ Pression intra-oculaire : 5 à 12 mmHg.

1. Œil normal de lapin.

FIGURE 1
Cheminement du canal lacrymal

D’après [2].

FIGURE 2
Globe oculaire de lapin, coupe transversale

D’après [4].

2. L’hétérochromie irienne est assez fréquente chez le lapin.

3. Dacryocystorhinographie de profil. Noter le coude et le rétrécissement du canal à la base des incisives.

4. Fond d’œil normal de lapin pigmenté. Du nerf optique partent de chaque côté deux faisceaux myéliniques horizontaux, sur lesquels les vaisseaux sont visibles.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité