Le point Vétérinaire Canin n° 320 du 01/11/2011
 

ONCOLOGIE COMPARÉE

Fiche

François Serres

Oncovet
Clinique vétérinaire des Référés
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Face à l’aggressivité des carcinomes inflammatoires, leur étude chez la chienne est très intéressante pour développer de nouveaux traitements.

Les tumeurs mammaires sont les affections les plus fréquentes chez la femme et la chienne. Dans les deux espèces, la classification initialement utilisée reposant sur la description histologique a montré des limites pour le pronostic et le choix des traitements. Cette classification a été progressivement complétée par d’autres reposant sur des critères cliniques (aspect du tissu mammaire, stade clinique, etc.), d’expression de récepteurs membranaires (récepteurs œstrogène, progestagène, HER-2/neu), voire de profil d’expression génomique. Cette évolution correspond à la difficulté de prise en charge de certaines formes agressives, particulièrement les carcinomes inflammatoires. Ces derniers se caractérisent par une extension du processus tumoral au tissu cutané et sous-cutané entourant le tissu mammaire, la lésion mammaire “initiale” n’étant pas histologiquement distincte d’autres cancers mammaires agressifs (photo 1).

Épidémiologie

Les tumeurs mammaires sont les affections néoplasiques souvent rencontrées chez la chienne (avec une incidence de plus de 200 cas/100 000 individus chaque année) [2]. Les carcinomes inflammatoires représentent moins de 20 % des cancers mammaires de haut grade. Ce type tumoral apparaît encore plus rare chez la chatte et seul un petit nombre de cas ont été rapportés [5].

Si ce cancer du sein est également plus fréquent chez la femme, l’incidence est moitié moindre que chez la chienne, avec 89 cas pour 100 000 (ce qui représente près de 50 000 nouveaux cas par an en France). Les carcinomes inflammatoires représentent entre 3 et 5 % des cancers mammaires de la femme.

Dans les deux espèces, une distinction est effectuée entre les carcinomes inflammatoires “primitifs” et “secondaires”, qui se développent “à partir” d’un cancer mammaire non inflammatoire ou en récidive d’une lésion déjà opérée.

Diagnostic

Chez l’homme, comme dans les autres espèces, le diagnostic de certitude repose sur l’association de critères cliniques et de l’examen histologique d’une biopsie mammaire. Cette dernière est le plus souvent effectuée à la suite d’une mammographie ou d’une échographie du tissu mammaire [1, 6, 7]. Chez le chien, la réalisation d’une cytoponction est recommandée en première intention. La mise en évidence de cellules épithéliales présentant des critères nets de malignité, associées à une population de neutrophiles et de macrophages au sein du tissu cutané et sous-cutané est très fortement suggestive de l’évolution d’un carcinome inflammatoire (photo 2).

La difficulté du diagnostic repose sur la présentation “atypique” de cette tumeur, qui peut évoquer une lésion infectieuse (mammite, pyodermite profonde), cet aspect étant souvent à l’origine d’un retard au diagnostic. L’examen histologique montre un envahissement majeur des voies veineuses et lymphatiques par les cellules tumorales. L’examen en immunohistochimie montre souvent une surexpression du vascular endothelial growth factor (VEGF) [1, 4, 6, 7]. Une surexpression de la cyclo-oxygénase 2 est également observée dans les deux espèces [8]. Ces tumeurs expriment peu ou pas de récepteurs à l’œstrogène et aux progestagènes.

Le bilan d’extension fait appel à un examen par imagerie en résonance magnétique et à un examen tomodensitométrique (couplé avec un examen d’émission de type PET-scan). Chez le chien, le bilan d’extension repose, dans l’idéal, sur un examen tomodensitométrique du thorax et de l’abdomen (photo 3). Un traçage ganglionnaire par scintigraphie peut être proposé afin d’identifier les sites de dissémination “prioritaire” (photos 4a et 4b). Seule une minorité d’animaux (moins de 15 %) ne présentent aucune lésion métastatique lors du diagnostic [3]. La recherche de complications hémostatiques est essentielle, plus d’un cinquième des individus étant atteints d’un trouble hémostatique qui assombrit le pronostic [3].

Évolution

Le pronostic dépend de nombreux paramètres, mais reste globalement défavorable, quelle que soit l’espèce. L’influence de plusieurs facteurs pronostiques est discutée. Chez l’homme, le jeune âge, l’origine ethnique (sensibilité des populations afro-américaines), le caractère hormono-indépendant, la surexpression du récepteur Her-2 et l’absence de réduction microscopique de la maladie par la chimiothérapie néoadjuvante sont des critères pronostiques majeurs. Chez le chien, les éléments pronostiques identifiés sont la présence d’une coagulopathie et la réalisation d’un traitement médical (néoadjuvant à la chirurgie ou isolé) [3].

Traitement de référence

Dans les deux espèces, la mise en place d’une chimiothérapie néoadjuvante est recommandée avant toute tentative d’exérèse, la monothérapie chirurgicale étant déconseillée. Chez le chien, l’emploi des divers traitements chimiothérapiques (adriblastine, dérivés platinés), s’il améliore significativement le pronostic, reste associé à des médianes de survie brèves (inférieures à 3 mois) [3]. L’intérêt d’associer ces traitements à des inhibiteurs de la cyclo-oxygénase a été récemment mis en évidence [8]. Chez l’homme, les protocoles recommandés associent une chimiothérapie néoadjuvante (par anthroacycline et/ou taxanes) et une chirurgie, éventuellement suivie d’une irradiation [1, 6, 7]. Ce traitement est de plus en plus souvent complété par une thérapie ciblant Her-2 (trastuzumab, Herceptin®). Le taux de survie à 10 ans oscille entre 20 et 40 %.

Traitements d’avenir

Chaque cas de cancer inflammatoire du tissu mammaire doit faire l’objet d’un traitement multimodal, et la prise en charge optimale repose sur la collaboration de diverses spécialités (médecine, imagerie, oncologie, chirurgie et radiothérapie). Le développement de traitements antiangiogéniques est particulièrement prometteur, la dissémination métastatique large et précoce étant probablement liée à la surexpression quasi systématique de récepteur de type VEGF. L’intérêt du modèle canin apparaît ici évident.

Références

  • 1. Dawood S et coll. International expert panel on inflammatory breast cancer: consensus statement for standardized diagnosis and treatment. Ann. Oncol. 2011;22:515-523.
  • 2. Dobson JM et coll. Canine neoplasia in the UK: estimates of incidence rates from a population of insured dogs. J. Small Anim. Pract. 2002;43:240-246.
  • 3. Marconato L et coll. Prognostic factors for dogs with mammary inflammatory carcinoma: 43 cases (2003-2008). J. Am. Vet. Med. Assoc. 2009;235:967-972.
  • 4. Millanta F et coll. Expression of vascular endothelial growth factor in canine inflammatory and non-inflammatory mammary carcinoma. J. Comp. Path. 2010;142:36-42.
  • 5. Perez-Alenza MD et coll. First description of feline inflammatory mammary carcinoma: clinicopathological and immunohistochemical characteristics of three cases. Breast Cancer Res. 2004;6:300-307.
  • 6. Robertson FM et coll. Inflammatory breast cancer: the disease, the biology, the treatment. Cancer J. Clin. 2010;60:351-375.
  • 7. Sinclair S, Swain SM. Primary systemic chemotherapy for inflammatory breast cancer. Cancer. 2010;116:2821-2828.
  • 8. Souza CHM et coll. Inflammatory mammary carcinoma in 12 dogs: clinical features, cyclooxygenase-2 expression, and response to piroxicam treatment. Can. Vet. J. 2009;50:506-510.

1. Présentation compatible avec l’évolution d’un carcinome inflammatoire : inflammation cutanée majeure associée à une masse mammaire.

2. Examen cytologique d’une ponction cutanée d’une lésion érythémateuse diffuse inguinale : population monomorphe de cellules épithéliales présentant des atypies nettes (anisocytose, anisocaryose), associées à des polynucléaires neutrophiles et à des lymphocytes.

3. Examen tomodensitométrique du thorax chez une chienne présentant un carcinome inflammatoire mammaire : mise en évidence d’une dissémination métastatique pulmonaire miliaire (nombreuses lésions millimétriques).

4. Examen scintigraphique : un traceur radioactif à demi-vie brève (technétium) est injecté en périphérie du site tumoral (en position inguinale droite : a). Un suivi dynamique est réalisé et la fusion scintigraphie-scanner identifie un drainage vers le nœud lymphatique inguinal gauche (b).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...