Le point Vétérinaire n° 319 du 01/10/2011
 

Dossier

Mise en place et suivi du traitement du diabète sucré chez le chien et le chat

Brigitte Siliart

L’effet de l’insulinothérapie doit être évalué seulement après 2 semaines de traitement

afin qu’un nouvel équilibre ait le temps de s’installer.

Quatre dosages de glycémie entre les deux injections d’insuline sont nécessaires

pour contrôler le traitement après sa mise en place. Le glucomètre est pratique et fiable.

En cas de suivi glycémique impossible, le dosage de la fructosamine peut être une solution alternative

mais les résultats sont à interpréter avec précaution.

Mesures complémentaires et suivi chez les chiens et chats diabétiques

Brigitte Siliart

Le suivi du traitement s’appuie sur une observation attentive de l’animal par le propriétaire

et un bilan complet chez le vétérinaire tous les 3 à 4 mois.

Lorsqu’un animal est obèse, un régime hyperprotéique

(et non hypocalorique) s’impose.

Le chat est plus difficile à traiter

Les insulines disponibles et leurs présentations ne sont pas adaptées, le suivi des chats agressifs est réalisé en fonction de la possibilité de les manipuler.

Conduite à tenir en cas d’échec de l’insulinothérapie

Brigitte Siliart

Remettre en question le protocole établi et vérifier qu’il respecte les règles de bonnes pratiques est un prérequis indispensable

avant de pouvoir conclure à une insulino-résistance.

Au-delà de 1 U/kg d’insuline, la probabilité d’une insulino-résistance

est très grande.

Les chats peuvent être atteints d’hyperglycémie transitoire, due à une glucotoxicité

secondaire à une maladie. Cet état peut guérir progressivement grâce à l’insulinothérapie.

Les causes d’insulino-résistance doivent être connues, recherchées, et traitées

des doses trop élevées d’insuline, une chienne en diœstrus, une administration de stéroïdes, l’obésité, des dysendrocrinies, une affection du pancréas.

Pour corriger l’insulinothérapie, il est utile d’évaluer conjointement la glycémie et l’insulinémie

à partir d’au moins quatre prélèvements sanguins sur une journée.

Stratégie thérapeutique en cas de crise acido-cétosique

Odile Sénécat

Lors de crise acido-cétosique, des grands principes doivent être respectés.

Une réhydratation avec des cristalloïdes, à un débit adapté à l’état de l’animal

(état de choc ou non).

Une correction des désordres électrolytiques

complémentation en potassium, à un débit ne dépassant pas 0,5 mEq/kg/h, en contrôlant la kaliémie une heure plus tard, puis toutes les 2 heures.

Une insulinothérapie vise à réduire progressivement la glycémie et la cétonémie

Elle peut être réalisée grâce à un protocole d’injections intramusculaires répétées ou de perfusion continue. Actrapid®(1) est utilisé à l’initiation, puis le relais avec Caninsulin® est effectué lorsque l’état général de l’animal est amélioré. Des contrôles glycémiques toutes les 1 à 2 heures sont nécessaires.

(1) Médicament à visée humaine

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité