Le point Vétérinaire Canin n° 318 du 01/09/2011
 

CARDIOLOGIE CANINE

Cas clinique

François Serres

Oncovet
Avenue Paul-Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq

Une chienne golden retriever, femelle stérilisée âgée de 10 ans, est présentée pour le traitement d’un lymphome multicentrique d’immunotype B.

DIAGNOSTIC

L’animal, asymptomatique, présente une adénopathie périphérique modérée. L’examen électrocardiographique ponctuel ne signale aucune anomalie. Le traitement de chimiothérapie préconisé comprend l’administration de L-asparaginase, de vincristine, de cyclophosphamide et d’adriamycine. Lors de l’examen échocardiographique, aucune anomalie de la morphologie cardiaque n’est notée. Une première administration d’adriamycine est réalisée sous contrôle Holter (enregistrement de 24 heures réalisé pendant l’hospitalisation légalement requise). Aucune arythmie n’est observée pendant cet examen. Le traitement permet d’obtenir une rémission rapide des adénomégalies observées.

Un second enregistrement Holter est réalisé à l’occasion d’une deuxième administration d’adriamycine. Cet examen met en évidence de nombreuses extrasystoles ventriculaires (ESV). Celles-ci sont cependant isolées, monomorphes (photo 1), et présentent un couplage fixe (l’intervalle de temps séparant l’ESV du complexe sinusal qui la précède est toujours le même). Elles surviennent tout au long de la journée, et ne sont pas concomitantes à l’administration d’adriamycine (photo 2). Ces arythmies sont en faveur du développement d’un faisceau de conduction “anormal” au sein du ventricule gauche. Elles ne représentent pas un danger pour l’animal, mais l’administration ultérieure d’adriamycine est déconseillée.

DISCUSSION

L’adriamycine, antimitotique de la famille des anthracyclines, constitue la pierre angulaire du traitement de chimiothérapie de nombreux cancers. La toxicité cardiaque de l’adriamycine peut se manifester par une atteinte de la contractilité, mais également par la survenue d’arythmie. Des lésions myocardiques (lésions non inflammatoires de dégénérescence vacuolaire sarcoplasmique et de fibrose) sont décrites pour des doses importantes (dose cumulative de 230 mg/m2, correspondant à plus de sept administrations), et sont très rarement observées dans le cadre des protocoles de chimiothérapie “usuelle”. Des troubles rythmiques peuvent, en revanche, être observés pour des doses cumulées beaucoup plus faibles. Une étude rétrospective sur environ 180 animaux traités a montré que si des anomalies de la fonction myocardiques sont rares (4 % des cas) et ne surviennent qu’après au minimum trois administrations, des anomalies électrocardiographiques sont plus fréquentes (18 % des cas) et peuvent être retrouvées dès la première administration [1]. Il s’agit le plus souvent d’ESV unifocales, similaires à ce qui est observé dans notre cas [1]. L’impact de ces troubles rythmiques sur le pronostic est méconnu, ces arythmies étant le plus souvent bien tolérées. Cependant, des cas de mort subite, survenant à la suite d’une administration d’adriamycine, sont décrits et sont dus probablement à des arythmies paroxystiques graves (fibrillation ventriculaire) [2, 3]. Le principe de précaution voudrait alors que l’adriamycine soit remplacée par d’autres molécules proches mais non cardiotoxiques telles que les anthraquinones. L’examen électrocardiographique “ponctuel” ne présente qu’un intérêt modéré, les arythmies ne survenant le plus souvent pas pendant l’administration [3]. La réalisation d’examens Holter, dans le cadre des hospitalisations légalement nécessaires, permet de détecter précocement ces arythmies et d’adapter le traitement en conséquence.

Références

  • 1. Mauldin GE, Fox PR, Patnaik AK et coll. Doxorubicin-induced cardiotoxicosis. Clinical features in 32 dogs. J. Vet. Intern. Med. 1992;6:82-88.
  • 2. Banco B, Grieco V, Servida F et coll. Diagnostic exercise: sudden death in a dog after doxorubicin chemotherapy. Vet. Pathol. 2010.
  • 3. Vaynblat M, Pagala MK, Davis WJ et coll. Telemetrically monitored arrhythmogenic effects of doxorubicin in a dog model of heart failure. Pathophysiology. 2003;9:241-248.

1. Tracé Holter : présence d’une extrasystole ventriculaire gauche (présentant un aspect de retard droit), isolée et présentant un couplage fixe (flèche).

2. Histogramme d’apparition des extrasystoles ventriculaires : répartition “relativement” homogène sur la journée, sans arythmie notable durant l’administration d’adriamycine, réalisée entre 10 et 11 h (flèche).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité