Le point Vétérinaire Canin n° 318 du 01/09/2011
 

DERMATOLOGIE CANINE

Analyse d’article

Catherine Laffort

Clinique vétérinaire
8, boulevard Godard
33300 Bordeaux

L’épiderme assure une fonction de barrière et permet à la peau de jouer son rôle de protection du milieu intérieur vis-à-vis des agressions en provenance de l’extérieur.

LIPIDES ÉPIDERMIQUES, COUCHE CORNÉE ET BARRIÈRE CUTANÉE

C’est la partie la plus superficielle de l’épiderme, la couche cornée, qui assure ce rôle grâce à une organisation étanche en “briques et ciment”. Les briques sont les cornéocytes, des cellules mortes aplaties anucléées. Une paroi protéique épaisse, l’enveloppe cornée, borde leur cytoplasme. Le ciment est constitué de lipides situés dans les espaces intercornéocytaires. Certains sont liés de façon covalente avec des protéines de l’enveloppe cornée. La plupart sont libres dans les espaces intercellulaires et forment l’enveloppe lipidique organisée en structures lamellaires hydrophobes [5, 7]. Ces derniers peuvent être extraits avec des solvants organiques. L’extraction des lipides liés à l’enveloppe cornée est plus complexe.

La plupart des études publiées sur la composition lipidique de la couche cornée chez le chien sain et atopique ont concerné les lipides libres [10, 11, 13]. Les lipides de la couche cornée chez le chien sain sont composés principalement de céramides, d’acides gras et de cholestérol [5, 7]. Les céramides ont un rôle clé dans la fonction de barrière cutanée en maintenant la structure lamellaire de l’enveloppe lipidique et la capacité de rétention en eau de la couche cornée. Onze classes ont été identifiées chez l’homme [2]. Les auteurs de l’étude choisie ont publié, en 2010, un essai préliminaire qui analyse la composition en céramides de la couche cornée chez le chien sain et a validé les techniques utilisées pour l’extraction des lipides libres et liés aux protéines de l’enveloppe cornée dans cette espèce [9]. Les compositions qualitatives en céramides de la couche cornée du chien et de l’homme sont proches. Des variations quantitatives importantes ont été notées entre les différentes races de chiens [9].

BARRIÈRE CUTANÉE ET DERMATITE ATOPIQUE

La dermatite atopique est une maladie multifactorielle qui résulte d’interactions complexes entre des facteurs environnementaux et génétiques [5, 7]. À l’instar de ce qui est observé chez l’homme, il existe chez le chien de plus en plus d’éléments en faveur d’une défaillance de la barrière cutanée dans sa pathogénie. L’altération précoce de la barrière épidermique faciliterait la pénétration épicutanée des allergènes et augmenterait le risque de sensibilisation allergique. Dès que l’inflammation est ainsi initiée, le défaut de barrière s’aggrave et un véritable cercle vicieux s’installe [2]. En 2011, une étude a montré que l’élimination de la couche cornée à l’aide de rubans adhésifs facilite la sensibilisation aux acariens de poussière de maison dans un modèle expérimental de chiens atopiques [8].

Chez l’homme, la couche cornée des patients atopiques présente une déficience en lipides, en particulier en céramides. Cela se traduit par une augmentation des pertes en eau transépidermiques qui sont mesurables par des moyens non invasifs. Cette donnée est un bon indicateur de l’intégrité de la barrière cutanée. Chez le chien atopique, une élévation des pertes en eau transépidermiques est également observée [3]. Une équipe a pu montrer qu’elle était alors corrélée avec une proportion plus faible en céramides en peau lésée et en peau non lésionnelle [11]. Cependant, la validité et la fiabilité de la mesure des pertes en eau transépidermiques chez le chien sont sujettes à caution en raison de variations importantes en fonction de l’individu, du site et du jour [7].

Chez le chien atopique, les autres données en faveur d’une défaillance de la barrière cutanée sont d’ordre ultrastructural, génétique et chimique [1, 4, 6, 10-13].

MÉTABOLISME DES LIPIDES INTERCELLULAIRES

L’étude présentée ici confirme certains résultats déjà observés. Comme chez l’homme, la couche cornée du chien atopique contient moins de lipides, en particulier de céramides, que la peau d’animaux sains. Cela concerne les lipides libres des espaces intercellulaires et les lipides liés de façon covalente aux protéines de l’enveloppe cornée. Un élément nouveau apporté par cet essai est la découverte de précurseurs des céramides, les glucosylcéramides, en quantité importante dans la couche cornée des chiens atopiques, alors qu’ils sont indétectables dans celle des animaux sains parce qu’ils ont été dégradés en céramides au cours de la formation des structures lamellaires intercellulaires. Cette donnée nouvelle suggère, chez les chiens atopiques, une faible activité de l’enzyme β-glucocérébrosidase, normalement responsable de cette dégradation. Pour d’autres auteurs, l’activité de la shingosine phosphate-1-lyase pourrait être modifiée [1].

Un autre élément intéressant apporté par cette étude est l’hétérogénéité de la répartition des lipides liés aux protéines entre les différentes couches du stratum corneum. Cela pourrait être le reflet d’un défaut du métabolisme des lipides au cours des poussées de dermatite atopique et serait un élément en faveur du modèle pathogénique actuel de cette maladie : « intérieur (défaut de barrière) – extérieur (sensibilisation à des allergènes de l’environnement) – intérieur (aggravation du défaut de barrière) ».

Conclusion

De nouvelles études sont requises pour déterminer l’activité des différentes enzymes impliquées dans la synthèse et le catabolisme des lipides épidermiques chez les chiens atopiques.

Références

  • 1. Baumer W, Rossbach K, Mischke R et coll. Decreased concentration and enhanced metabolism of sphingosine-1-phosphate in lesional skin of dogs with atopic dermatitis: disturbed sphingosine-1-phosphate homeostasis in atopic dermatitis. J. Invest. Dermatol. 2011;131(1):266-268.
  • 2. Boralevi F, Hubiche T, Léauté-Labrèze C et coll. Sensibilisation aux aéroallergènes par voie cutanée dans la dermatite atopique de l’enfant, détermination de l’impact de la défaillance de la barrière épidermique. Allergy. 2008;63(2):205-210.
  • 3. Hightower K, Marsella R, Flynn-Lurie A. Effects of age and allergen exposure on transepidermal water loss in a house dust mite-sensitized beagle model of atopic dermatitis. Vet. Dermatol. 2010;21(1):88-95.
  • 4. Inman AO, Olivry T, Dunston SM, Monteiro-Riviere NA, Gatto H. Electron microscopic observations of stratum corneum intercellular lipids in normal and atopic dogs. Vet. Pathol. 2001;38(6):720-723.
  • 5. Marsella R, Samuelson D. Unravelling the skin barrier: a new paradigm for atopic dermatitis and house dust mites. Vet. Dermatol. 2009;20(5-6):533-540.
  • 6. Marsella R, Samuelson D, Doerr K. Transmission electron microscopy studies in an experimental model of canine atopic dermatitis. Vet. Dermatol. 2010;21(1):81-88.
  • 7. Marsella R, Olivry T, Carlotti D N. Current evidence of skin barrier dysfunction in human and canine atopic dermatitis. Vet. Dermatol. 2011;22(3):239-248.
  • 8. Olivry T, Wofford J, Paps JS, Dunston SM. Stratum corneum removal facilitates experimental sensitization to mite allergens in atopic dogs. Vet. Dermatol. 2011;22(2):188-196.
  • 9. Popa I, Thuy LH, Colsch B et coll. Analysis of free and protein-bound ceramides by tape stripping of stratum corneum from dogs. Arch. Dermatol. Res. 2010;302(9):639-644.
  • 10. Reiter LV, Torres SM, Wertz PW. Characterization and quantification of ceramides in the non-lesional skin of canine patients with atopic dermatitis compared with controls. Vet. Dermatol. 2009;20(4):260-266.
  • 11. Shimada K, Yoon JS, Yoshihara T, Iwasaki T, Nishifuji K. Increased transepidermal water loss and decreased ceramide content in lesional and non-lesional skin of dogs with atopic dermatitis. Vet. Dermatol. 2009;20(5-6):541-546.
  • 12. Wood SH, Clements DN, Ollier WE, Nuttall T, McEwan NA, Carter SD. Gene expression in canine atopic dermatitis and correlation with clinical severity scores. J. Dermatol. Sci. 2009;55(1):27-33. Epub 2009 Apr 24.
  • 13. Yoon JS, Nishifuji K, Sasaki A et coll. Alteration of stratum corneum ceramide profiles in spontaneous canine model of atopic dermatitis. Exp. Dermatol. 2011 Jun 7. doi: 10.1111/j.1600-0625.2011.01306.x

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Déterminer la composition lipidique détaillée de la couche cornée (lipides libres dans les espaces intercornéocytaires et lipides liés de façon covalente aux protéines de l’enveloppe cornée) chez les chiens atopiques.

MÉTHODE

Cinq chiens atteints de dermatite atopique spontanée ont été sélectionnés. Cinq chiens sains appariés pour l’âge et la race ont servi de contrôles. Une bande de ruban adhésif a été appliquée puis retirée sur une zone non lésionnelle de l’abdomen de chaque animal après que les poils ont été coupés à l’aide de ciseaux. Cette opération a été réalisée douze fois. Les lipides du stratum corneum sont extraits en deux temps à partir des bandes de ruban adhésif : d’abord les lipides libres puis les lipides liés aux protéines. Ils ont été analysés par chromatographie sur couche mince après fractionnement en colonne de gel de silice aminopropyle.

RÉSULTATS

• La couche cornée des chiens atopiques contient moins de cholestérol, d’acides gras (10 à 15 % en moins) et de céramides libres (30 à 40 %) que celle des chiens sains. La répartition entre les classes de céramides libres est différente selon que le chien est sain ou atopique.

• La couche cornée des chiens atopiques comporte moins de cholestérol (30 % en moins), d’acides gras (50 %) et de céramides w-hydroxy (80 %) liés aux protéines de l’enveloppe cornée.

• Les acides gras libres, le cholestérol et les céramides liés aux protéines sont distribués de façon homogène chez les chiens sains alors que leur répartition est hétérogène chez les individus atopiques.

• Les glucosylcéramides libres et liés aux protéines sont quasi absents de la couche cornée des chiens normaux alors qu’ils sont présents en grande quantité chez les animaux atopiques, en particulier dans la fraction libre.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...