Le point Vétérinaire Canin n° 315 du 01/05/2011
 

OPHTALMOLOGIE FÉLINE

Conduite à tenir

Anthony Bartolo

Clinique vétérinaire
28, avenue de Royan
17130 Montendre

La chlamydiose est une cause fréquente de conjonctivite féline et une récidive est souvent observée.

Les propriétaires consultent généralement pour un œil rouge, d’apparition aiguë. La maladie est due à une bactérie intracellulaire stricte : Chlamydophila felis.

C. felis possède un tropisme particulier pour les muqueuses conjonctivale et nasale, et à bien moindre échelle pour la muqueuse pulmonaire.

Une telle infection conduit à des accès de fièvre, à une rhinite bénigne accompagnée d’éternuements, à une conjonctivite importante et, très rarement, à une atteinte pulmonaire.

La conjonctivite apparaît 4 à 10 jours après l’infection. Débutant sur un œil, elle devient rapidement bilatérale, s’aggrave avec le temps et se caractérise principalement par un chémosis sévère, une hyperhémie conjonctivale, un blépharospasme et un écoulement séreux à mucopurulent (photo 1).

Une telle congestion s’observe également lors d’herpès-virose, d’irritation par un corps étranger et, plus rarement, lors d’infection par Mycoplasma felis. Il peut être délicat d’observer la cornée et une tranquillisation de l’animal est parfois nécessaire pour observer la cornée. Au besoin, l’instillation répétée d’atropine permet de réduire l’œdème avant de revoir l’animal le lendemain.

La cornée n’est normalement pas touchée, sauf en cas d’infection concomitante par l’herpèsvirus, qui provoque des symptômes généraux plus importants.

La transmission se fait surtout par l’intermédiaire des sécrétions oronasales ou par contact indirect avec des objets souillés. Les animaux atteints sont fréquemment jeunes, fraîchement adoptés ou de retour de chatterie, en raison du caractère contagieux de l’affection. Un stress et une immunodépression peuvent révéler une infection latente.

DIAGNOSTIC

Le diagnostic est établi après examens complémentaires. L’identification directe du micro-organisme est permise par la méthode polymerase chain reaction (PCR) sur prélèvement conjonctival, sensible et spécifique en phase clinique de la maladie. La présence concomitante fréquente de l’herpèsvirus est souvent recherchée. L’étude cytologique conjonctivale oriente le diagnostic : les polynucléaires neutrophiles dominent largement le frottis, suivis des macrophages et des lymphocytes. Les bactéries sont parfois observables, sous forme d’inclusions basophiles dans les cellules épithéliales, à proximité du noyau sous forme de morulas ou d’inclusions simples (photo 2). Les faux négatifs sont cependant nombreux, la meilleure période pour identifier les bactéries étant dans la semaine suivant l’apparition des signes cliniques. Un test à la fluorescéine est effectué avant la réalisation des prélèvements.

TRAITEMENT ET ÉVOLUTION

Le traitement repose sur l’administration d’antibiotiques par voies locale et générale. Un collyre ou une pommade à base d’oxytétracycline ou de chloramphénicol en association à de la doxycycline, à la dose de 10 mg/kg/j par voie orale, est le plus souvent utilisé durant 3 à 4 semaines.

Une rechute est très fréquente dans les 10 à 15 jours après l’arrêt d’un traitement trop court ou interrompu. L’immunité acquise est de courte durée et des récidives sont fréquentes. Il existe un portage chronique dans les systèmes digestif et utérin.

C. felis peut induire des zoonoses rares et bénignes. La prophylaxie repose sur la vaccination des animaux à risque (collectivités) et la limitation du stress.

1. Chaton âgé de 2 mois atteint de chlamydiose (polymerase chain reaction ou PCR positive). Noter le chémosis très important typique de l’infection, la congestion des vaisseaux conjonctivaux et l’écoulement mucopurulent modéré. La cornée, non visualisable, ne présente aucune anomalie et l’examen général est normal.

2. Cytologie conjonctivale effectuée chez un chaton âgé de 3 mois présenté pour rougeur oculaire marquée et chémosis important évoluant depuis plusieurs jours. Une inclusion chlamydienne de grande taille (morula) est identifiée dans le cytoplasme d’une cellule épithéliale à proximité immédiate du noyau.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...