Le point Vétérinaire n° 315 du 01/05/2011
 

MÉDECINE ET DENTISTERIE FÉLINE

Dossier

Estelle Jumelet*, Caroline Léger**


*Clinique vétérinaire
14, avenue du Général-de-Gaulle
91160 Longjumeau
**Alliance Vet
73, avenue Jean-Kiffer
94420 Le Plessis-Trévise

La gingivostomatite désigne un ensemble d’affections chroniques inflammatoires d’origine multifactorielle, caractérisé par le portage très fréquent du calicivirus félin, l’intervention de la plaque dentaire et des réactions dysimmunitaires locales et systémiques inadaptées.

Les affections buccales sont fréquentes chez le chat. En général, elles se manifestent par une dysphagie, une dysorexie, une halitose et une douleur prononcée lors de la mastication ou de la manipulation de la tête.

Elles peuvent être à l’origine de complications, comme une déshydratation, un amaigrissement par dysorexie, voire anorexie (risque de lipidose hépatique).

La gingivostomatite chronique féline (GSCF) se caractérise par une inflammation marquée des muqueuses gingivales, mais aussi non gingivales de la cavité orale. Selon la localisation de l’atteinte, les termes de buccostomatite (muqueuses labiale et/ou jugale), de gingivite (arcades des prémolaires, molaires et canines), de palatoglossite (palais et/ou base de la langue), de stomatite caudale ou de faucitis, en anglais (loges amygdaliennes, plis et fosses palatoglosses), ou d’ouranite (palais) sont utilisés (photos 1 à 3).

L’aspect des lésions peut être érythémateux, ulcéroprolifératif, nécrotique, etc. La GSCF évolue souvent de manière chronique vers la parodontite (atteinte chronique et lytique des structures de soutien dentaire). La maladie parodontale est le terme générique employé. Ce dernier regroupe les gingivites et les parodontites. La parodontite “classique” associe une inflammation importante et une récession gingivale, une lyse de l’attache épithéliale, une exposition radiculaire, une mobilité et une chute de dents, ainsi qu’une lyse de l’os alvéolaire (photo 4).

Chez le chat, aux lésions du complexe GSCF, s’en ajoutent parfois d’autres, dites du “collet”. Ce sont des lésions de résorption odontoclastique ou dentaire (activité lytique de cellules multinucléées, les odontoclastes, sur les surfaces radiculaires).

ÉTAPE 1 Anamnèse et commémoratifs

Le motif de consultation est souvent l’halitose.

Certains points sont à aborder avec les propriétaires (tableau) [6].

ÉTAPE 2 Examen clinique

Le premier élément observable par le clinicien est fréquemment la difficulté à l’ouverture de la cavité buccale ou à la manipulation la tête, en raison de la douleur. Afin d’effectuer un réel bilan lésionnel, il est préférable d’examiner la cavité buccale sous anesthésie [2, 5]. Les lésions des muqueuses doivent alors être précisément décrites : localisation(s), aspect de l’inflammation (ulcère, hyperplasie, saignement spontané ou à la pression), présence de récession gingivale (perte de tissu pouvant atteindre le sillon mucogingival). L’évaluation dentaire est systématique, comportant  :

– un repérage de poches parodontales (à l’aide d’une sonde graduée) ;

– une recherche de lésions de résorption dentaire ou lésion du collet, neck lesion, en anglais (atteinte de la structure de la dent : de l’émail jusqu’à de possibles fractures de la couronne) ;

– un test de la mobilité des dents.

Le diagnostic différentiel comprend surtout les lésions du complexe granulome éosinophilique et les tumeurs buccales (carcinome épidermoïde) [1]. Ils peuvent, en effet, se présenter sous la forme de lésions macroscopiquement semblables, notamment sur la muqueuse linguale et ses piliers. En cas de doute, un examen histopathologique est nécessaire [5, 6]. Une attention particulière est portée à la présence éventuelle d’une adénomégalie des nœuds lymphatiques de drainage locorégionaux. Enfin, l’insuffisance rénale chronique, indépendamment de son rôle immunodépresseur favorisant le développement des GSCF, peut être à l’origine de lésions de stomatite par un autre mécanisme. L’urée, sécrétée en excès dans la salive, est transformée en ammoniac par des bactéries parodontales. L’ammoniac exerce alors sa toxicité sur les muqueuses.

Enfin, ce syndrome peut être totalement asymptomatique.

ÉTAPE 3 Examens complémentaires

Examens sanguins

MISE EN ÉVIDENCE DU PROCESSUS INFLAMMATOIRE

La GSCF s’accompagne souvent d’une augmentation des immunoglobulines sériques [3]. Chez certains chats, l’électrophorèse des protéines sériques révèle une hyperglobulinémie avec un bloc β-γ.

À défaut d’électrophorèse, une augmentation des protéines totales associée à une albuminémie dans les normes est en faveur de l’évolution d’un processus inflammatoire non spécifique.

RECHERCHE D’AFFECTIONS SOUS-JACENTES ET PRÉDISPOSANTES

L’existence de facteurs favorisants ou aggravants du développement d’une GSCF est explorée par des examens hémato-biochimiques (dépistage d’une insuffisance rénale, d’un diabète, d’une hyperthyroïdie, d’un syndrome malabsorption/maldigestion, d’une neutropénie et/ou d’une lymphopénie persistantes, etc.), ainsi que par la recherche d’agents viraux et parasitaires (virus de l’immunodéficience féline [FIV], virus de la leucose féline [FeLV], calicivirus [FCV], herpèsvirus [HV1], Giarda, Toxoplasma) [2, 6].

Écouvillonnage et biopsie des lésions

L’écouvillonnage des lésions (cytobrosses) permet de rechercher directement la présence du FCV et de l’HV1 par méthode PCR (polymerase chain reaction, réaction d’amplification par chaîne).

Dans le cadre du diagnostic différentiel, un examen cytologique et/ou histologique est conseillé afin d’écarter les hypothèses de tumeur ou de granulome éosinophilique [4].

Examen radiographique

La radiographie est l’examen de choix pour parfaire l’exploration des lésions. Elle permet d’explorer l’ensemble de la structure de chaque dent (ostéolyse alvéolaire, résorptions radiculaires, ostéomyélite, etc.). La perte osseuse est radiographiquement visible si la déminéralisation est de plus de 30  %. Des films spéciaux sont nécessaires. Les clichés de qualité sans superposition des arcades dentaires sont obtenus grâce au positionnement intrabuccal des films.

L’examen radiographique participe au choix thérapeutique  : conservateur ou par extraction sélective, et permet une comparaison pré- et postchirurgicale [6].

Les conclusions cliniques et radiographiques sont complémentaires.

Conclusion

La GSCF est une affection multifactorielle qui constitue un réel défi thérapeutique. La mise en évidence des facteurs favorisants (mais non déterminants) est indispensable à la bonne prise en charge de l’animal. Le recueil des commémoratifs auprès des propriétaires est une étape importante. La recherche des agents pathogènes passe par l’investigation d’une immunodéficience (statut vis-à-vis des rétrovirus) et de la présence du FCV et du HV1 dans la cavité buccale (figure). Le recours à la radiographie dentaire est requis. Il permet, avec l’examen attentif des muqueuses buccales et des dents, d’évaluer l’étendue des lésions afin de choisir au mieux les options thérapeutiques et de les expliquer au propriétaire.

Références

  • 1. Chaudieu G, Blaizot A. Gingivites et stomatites félines. Prat. Méd. Chir. Anim. Comp. 1999; 34 : 135-144.
  • 2. DeBowes LJ. Feline Caudal stomatitis. In: Bonagura JD, Twedt DC. Kirk’s Current Veterinary Therapy XIV. Ed. Saunders Elsevier, St Louis, Missouri. 2009: 476-478.
  • 3. Harley R, Gruffydd-Jones TJ, Day MJ. Salivary and serum immunoglobulin levels in cats with chronic gingivostomatitis. Vet. Rec. 2003; 152(5): 125-129.
  • 4. Hennet P. Les stomatites. Prat. Méd. Chir. Anim. Comp. 1999; 34: 421-426.
  • 5. Hitt ME, Zoran Dl. Diseases of the oral cavity and pharynx. In: Morgan RV. Handbook of Small Animal Practice. 5th ed. Saunders Elsevier, St Louis, Missouri. 2008: 295-301.
  • 6. Lyon KF. Gingivostomatitis. Vet. Clin. Small Anim. 2005; 35(4): 891-911.

1. Jeune chat âgé de 8 mois, non vacciné, atteint du virus de l’immunodéficience féline et de gingivite. Noter la présence d’une plaque dentaire en quantité anormale, d’une inflammation discrète des arcades molaires inférieures et supérieures et des canines supérieures. Une hyperémie modérée de la gencive libre est observée, avec une absence de lésion dentaire.

FIGURE
Conduite diagnostique lors de suspicion de gingivostomatite chronique féline

GSCF  : gingivostomatite chronique féline ; FIV : virus de l’immunodéficience féline ; FeLV : virus de la leucose féline ; FCV : calicivirus félin ; HV1 : herpèsvirus félin 1 ; IRC : insuffisance rénale chronique.

2. Chat atteint de buccostomatite. Du tartre est présent sur les molaires, avec une gingivite associée  : discrète récession gingivale, hyperémie modérée.

3. Chat atteint de stomatite caudale ulcéreuse et proliférative bilatérale. Un saignement au toucher et une buccostomatite importante (inflammation et hyperplasie des muqueuses orales) sont notées.

4. Chat atteint de parodontite importante. Du tartre en quantité importante, une récession et une inflammation gingivales, une hyperplasie de la muqueuse en arrière des molaires et une stomatite caudale sont observés.

TABLEAU
Points à aborder avec les propriétaires lors d’une suspicion de gingivostomatite chronique féline

FIV : virus de l’immunodéficience féline ; FeLV : virus de la leucose féline.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité