Le point Vétérinaire Canin n° 312 du 01/01/2011
 

OPHTALMOLOGIE CANINE ET FÉLINE

Conduire à tenir

Anthony Bartolo

Clinique vétérinaire
28, avenue de Royan
17130 Montendre

Fréquente en médecine vétérinaire, la kératomalacie peut conduire à de graves remaniements et requiert un traitement d’urgence.

Les enzymes protéolytiques responsables de la kératomalacie, ou lyse du stroma cornéen, sont les métalloprotéinases et les sérine-protéases.

De nombreuses protéases sont naturellement présentes dans plusieurs tissus oculaires, comme le film lacrymal précornéen ou la capsule du cristallin. Elles ont des rôles physiologiques, comme l’intervention dans le remodelage du stroma cornéen durant la cicatrisation.

Il existe une production endogène de collagénases et de protéinases par les cellules épithéliales cornéennes, les fibroblastes et les leucocytes lors d’une réaction inflammatoire. Ces enzymes sont aussi largement produites en cas d’infection par certaines bactéries (Gram- surtout, Pseudomonas sp. en tête) et des agents fongiques. Elles facilitent alors la destruction des structures extracellulaires.

Il existe des inhibiteurs de ces enzymes dans la cornée et le film lacrymal, qui limitent l’intensité de la protéolyse. Lorsque les enzymes protéolytiques sont présentes en quantité importante et de manière prolongée, elles “débordent” la capacité de protection des inhibiteurs endogènes, et le phénomène de lyse s’emballe. Sans traitement, il peut très vite aboutir à une perforation cornéenne.

DIAGNOSTIC

Le diagnostic est clinique. Une opacification blanchâtre irrégulière est notée, souvent accompagnée d’un œdème cornéen diffus et d’une néovascularisation importante. Un ulcère cornéen est en général présent. Dans les cas graves, la cornée a un aspect de gélatine ou en goutte d’eau à la suite de la lyse massive du collagène (photo 1).

TRAITEMENT ET PRONOSTIC

Le traitement médical fait appel à une antibiothérapie topique à base d’aminoglycosides (tobramycine, gentamicine) ou de fluoroquinolones en premier lieu. Un prélèvement pour un isolement bactérien et un antibiogramme est possible, afin d’adapter l’antibiotique si besoin. Les instillations doivent être très fréquentes, toutes les 1 à 2 heures les premiers jours. Un antibiotique est administré par voie générale en début de traitement et une injection sous-conjonctivale est aussi préconisée.

Des substances inhibitrices des collagénases doivent être employées localement. Il est préférable d’en utiliser plusieurs, avec des mécanismes d’action différents, pour s’assurer d’un meilleur contrôle de la protéolyse. Ainsi, la N-acétyl-cystéine, l’EDTA, les tétracyclines et le sérum autologue sont instillés toutes les 1 à 2 heures également pour maintenir une concentration locale élevée d’inhibiteurs au début de la prise en charge. La fréquence des instillations est ensuite diminuée en fonction des contrôles. La gestion de la douleur et de l’inflammation est effectuée en parallèle. L’emploi des corticoïdes est à proscrire en raison de la potentialisation des collagénases et du ralentissement de la cicatrisation qu’ils entraînent.

Lorsque la lésion progresse rapidement, qu’une ulcération profonde est présente ou qu’un risque de perforation cornéenne est avéré, un traitement chirurgical est entrepris dans les plus brefs délais (photo 2).

Le pronostic est de réservé à très réservé lors de kératomalacie. Il dépend de l’étendue de la cornée lysée, de la vitesse d’évolution du processus et de la précocité d’intervention du vétérinaire.

1. Opacification blanchâtre irrégulière et aspect gélatineux avec des zones nécrotiques au centre de la cornée d’un bouledogue français âgé de 4 ans et présenté quelques jours plus tôt pour un ulcère cornéen superficiel. Un œdème diffus occupe la majeure partie de la cornée et une néovascularisation périphérique très importante est notée. Des soins intensifs ont permis de sauver le globe oculaire, avec une vision fonctionnelle malgré une cicatrice centrale persistante.

2. Bouledogue français âgé de 2 mois qui présente un remaniement complet de la cornée à la suite d’une kératomalacie généralisée ayant évolué en 2 jours après un traumatisme qui a provoqué un ulcère cornéen profond. Les examens ont révélé une infection par Pseudomonas sp. À ce stade, seule l’énucléation est envisageable.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...