Le point Vétérinaire Canin n° 311 du 01/12/2010
 

OTOLOGIE CANINE

Analyse d’article

Catherine Laffort

Clinique vétérinaire
8, boulevard Godard
33300 Bordeaux

L’otite externe résulte d’une association de facteurs (prédisposants, primaires, secondaires, perpétuants) qui modifie les caractéristiques physiques et microbiologiques du conduit auditif externe et conduit à une inflammation [7]. Parmi les facteurs perpétuants qui aggravent les signes cliniques et empêchent la résolution de l’otite, les infections bactériennes et fongiques sont extrêmement fréquentes, et apparaissent précocement au cours de la maladie [7].

AGENTS PATHOGÈNES IMPLIQUÉS ET RÉSISTANCES

Les agents pathogènes les plus fréquemment incriminés sont Staphylococcus pseudintermedius, Malassezia pachydermatis et Pseudomonas aeruginosa. Les deux premiers font partie de la flore normale du conduit auditif externe (CAE), tandis que P. aeruginosa y est toujours considéré comme pathogène [7].

L’émergence de bactéries multirésistantes, en particulier de staphylocoques méthicilline-résistants, a conduit récemment à reconsidérer les modalités thérapeutiques proposées lors d’otite infectieuse pour trouver des solutions alternatives à l’antibiothérapie locale et/ou systémique. Il s’agit d’éviter de sélectionner des souches multirésistantes ou de traiter des infections impliquant des agents pathogènes résistants aux antibiotiques disponibles en médecine vétérinaire.

NOUVEAUX PROTOCOLES

De nouveaux protocoles voient ainsi le jour avec des solutions auriculaires antiseptiques associant, par exemple, Tris-EDTA et chlorhexidine ou bien acide salicylique, docusate de sodium, PCMX, EDTA et monosaccharides [6]. Ces solutions, aujourd’hui classées parmi les nettoyants auriculaires, sont classiquement utilisées pour laver le conduit auditif avant l’application d’un topique antibiotique et antifongique. Un possible effet potentialisateur de l’association Tris-EDTA-chlorhexidine avec une antibiothérapie locale (enrofloxacine) a déjà été rapporté [2]. Une étude publiée en 2007 a comparé l’efficacité antimicrobienne in vitro de plusieurs nettoyants auriculaires sur une souche de chacun des agents pathogènes parmi les plus fréquents lors d’otite infectieuse [8]. Un produit similaire (Tris-EDTA, chlorhexidine à 0,15 %) avait été testé, il était moins efficace qu’Otodine® sur les staphylocoques. Les auteurs de l’étude sélectionnée mettent cette variation sur le compte de différences dans la formulation des deux produits (le solvant d’Otodine®, le propylène glycol, possède également des propriétés antimicrobiennes) ou d’un profil de sensibilité plus réduit de la souche de staphylocoque utilisée par Swiney et coll. En effet, la méthodologie mise en œuvre dans les deux essais est identique. Elle ne peut donc expliquer cette divergence d’efficacité.

DES ESSAIS IN VIVO NÉCESSAIRES

Cette méthodologie cherche à s’approcher le plus possible des conditions cliniques d’utilisation avec, par exemple, un temps de contact court (30 minutes) entre la solution antiseptique et les micro-organismes. Dans l’étude choisie, l’activité antimicrobienne in vitro de quelques souches bactériennes a également été testée après un temps de contact de 10 minutes (recommandé par le fabricant). Cette diminution du temps de contact n’a pas affecté les concentrations minimales bactéricides. Il n’en reste pas moins que, in vivo, la présence de pus ou de cérumen dans le conduit auditif externe peut diluer les agents anti-infectieux ou altérer leur efficacité, et procurer une protection physique aux agents pathogènes. Des essais in vivo sont donc nécessaires pour corroborer ces résultats prometteurs.

Quelques-uns sont disponibles pour Otodine®. Ils confirment l’intérêt de ce produit en situation clinique. Certains sont des travaux ouverts menés par la même équipe que celle de l’étude choisie [2, 3]. Les résultats préliminaires d’une étude européenne randomisée contre placebo ont récemment été présentés : la solution Otodine® est, en elle-même, capable de réduire les scores cliniques et cytologiques lors d’otite bactérienne lorsqu’elle est administrée une fois par jour pendant 14 à 28 jours [5].

Des résultats similaires sont également disponibles pour un topique auriculaire associant acide salicylique, docusate de sodium, PCMX, EDTA et monosaccharides (EpiOtic®) : plusieurs études pilotes in vivo montrent qu’EpiOtic® permet à lui seul de diminuer les signes cliniques et cytologiques lors d’otite externe [1, 4].

Conclusion

L’utilisation de solutions auriculaires antiseptiques permet d’optimiser le traitement des otites externes à composante infectieuse chez le chien.

Plusieurs études pilotes semblent également montrer leur intérêt lorsqu’elles sont utilisées en l’absence de traitement antibiotique ou antifongique local ou systémique. Des essais randomisés contre placebo sur un plus grand nombre d’animaux sont maintenant nécessaires avant de recommander leur utilisation en monothérapie.

Références

  • 1. Cole LK, Kwochka KW, Kowalski JJ et coll. Evaluation of an ear cleanser for the treatment of infectious otitis externa in dogs. Vet. Ther. 2003;4:12-23.
  • 2. Ghibaudo G, Cornegliani L, Martino P. Evaluation of the in vivo effects of Tris-EDTA and Chlorhexidine digluconate 0,15 % solution in chronic bacterial otitis externa: 11 cases. Vet. Dermatol. 2004;15:65(abstract).
  • 3. Ghibaudo G, Cornegliani L, Martino P. Efficacia e tollerabilita di una soluzione con Tris-EDTA e clorexidinadigluconato 0,15 %. Summa. Maggio 2007.
  • 4. Llyod DH, Bond R, Lamport I. Antimicrobial activity in vitro and in vivo of a canine ear cleanser. Vet. Rec. 1998;143:111-112.
  • 5. Noli C, Belova S, Bensignor E et coll. The use of Otodine® ear flusing solution in bacterial otitis preliminary results of a randomized placebo controlled study. Proceedings of the pre-congress symposium of the 24th ESVD/ECVD annual congress, Firenze. 2010:17-19.
  • 6. Reme CA, Pin D, Collinot C et coll. The efficacy of of an antiseptic and microbial anti-adhesive ear cleanser in dogs with otitis externa. Vet. Therapeutics. 2006;7:15-26.
  • 7. Scott DW, Miller HM, Griffin CE. Muller and Kirk’s Small Animal Dermatology, 6th ed. WB Saunders Company, Philadelphia, PA. 2001:1203-1231.
  • 8. Swinney A, Fazakerley J, McEwan N et coll. Comparative in vitro antimicrobial efficacy of commercial ear cleaners. Vet. Dermatol . 2008;19:373-379.

RÉSUMÉ

OBJECTIFS

• Déterminer l’efficacité in vitro d’un antiseptique auriculaire (Otodine®) contre différents agents pathogènes.

• Comparer la sensibilité des staphylocoques résistants ou sensibles à la méthicilline vis-à-vis de l’association chlorhexidine/Tris-EDTA.

MÉTHODE

Cent cinquante échantillons ont été sélectionnés pour déterminer l’efficacité antimicrobienne in vitro d’un nettoyant auriculaire antiseptique contenant de la chlorhexidine et du Tris-EDTA vis-à-vis des espèces bactériennes et fongiques les plus fréquemment rencontrées lors d’otite chez le chien. Plusieurs souches de Staphylococcus aureus méthicilline-résistantes (MRSA) et de Staphylococcus pseudintermedius méthicilline-résistantes (MRSP) ont également été testées. Chaque micro-organisme a été incubé pendant 30 minutes avec des dilutions sériées du topique antiseptique. Des aliquots de chaque solution ont ensuite ensemencé des géloses au sang pour les bactéries ou un milieu de Sabouraud pour les Malassezia afin d’observer la pousse des agents pathogènes survivants.

RÉSULTATS

Bien que les concentrations nécessaires pour éradiquer totalement les micro-organismes varient selon l’espèce, le topique auriculaire testé a démontré une activité in vitro vis-à-vis de tous les agents pathogènes rencontrés lors d’otite chez le chien. Les espèces les plus sensibles ont été Staphylococcus pseudintermedius et Malassezia (élimination avec une dilution au 64e) ; la destruction de bactéries à Gram négatif a nécessité des dilutions moindres (1/8 pour Pseudomonas aeruginosa et 1/4 pour Proteus mirabilis). Aucune différence significative n’a été observée entre les souches de staphylocoques méthicilline-résistantes ou méthicilline-sensibles.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité