Le point Vétérinaire Canin n° 308 du 01/09/2010

ONCOLOGIE CANINE

Analyse d’articles

Jean-Guillaume Grand

Clinique vétérinaire
8, boulevard Godard
33300 Bordeaux

Les tumeurs des glandes apocrines des sacs anaux sont généralement des adénocarcinomes. Ces tumeurs restent relativement peu fréquentes (16,5 % des cas dans une étude portant sur 139 tumeurs péri-anales chez le chien) [2]. Le carcinome des sacs anaux (CSA) présente la particularité d’être agressif localement, avec un potentiel métastatique élevé.

LES CSA TOUCHERAIENT LES FEMELLES STÉRILISÉES ÂGÉES

L’adage selon lequel les CSA se rencontrent essentiellement chez les femelles âgées a été longtemps véhiculé dans les universités vétérinaires et se rencontre encore dans certains traités de chirurgie. Dans la plupart des études, en effet, 80 % des chiens affectés sont des femelles [4, 5]. Cet essai montre néanmoins que les mâles et les femelles peuvent être touchés à parts égales. La raison de cette augmentation apparente de la prévalence des CSA chez les chiens mâles reste indéterminée. Il est possible que, dans les essais précédents, des CSA aient été classifiés comme des tumeurs des glandes hépatoïdes, très communes chez les chiens mâles (habituellement dénommées “circumanalomes”). Cette distribution égale des CSA chez les mâles et les femelles doit donc amener à inclure ces néoplasmes dans le diagnostic différentiel des tumeurs péri-anales chez le chien mâle et à envisager la palpation des sacs anaux comme un examen de routine. L’âge médian de 10 ans rapporté dans cette étude est en accord avec les données précédentes de la littérature [2]. Cependant, l’analyse de l’écart type met en évidence que des chiens aussi jeunes que 5 ans sont atteints, suggérant que la palpation des sacs anaux doit faire parties de l’examen clinique de tout chien adulte.

LES CSA SERAIENT SOUVENT ASSOCIÉS À UNE HYPERCALCÉMIE

Les données précédentes de la littérature rapportent jusqu’à 90 % d’hypercalcémie et d’hyperphosphatémie lors de CSA. Ce pseudo-hyperparathyroïdisme est attribué à la sécrétion d’une substance biologiquement active et similaire à celle de l’hormone parathyroïdienne. La calcémie doit donc être évaluée chez les chiens suspects de présenter un CSA en raison des complications potentielles (insuffisance rénale aiguë, troubles de la motilité intestinale, arythmies cardiaques).

Les résultats de cet essai montrent que seulement 27 % des chiens présentent une hypercalcémie, ce qui confirme les données d’une précédente étude. De plus, il existe une disparité entre le nombre de chiens hypercalcémiques et celui de chiens cliniquement atteints (22 %). Dans une autre étude, une polyuro-polydipsie était seulement présente chez 68 % des 40 chiens hypercalcémiques [3]. Ces résultats doivent donc amener à ne pas exclure un CSA en l’absence d’hypercalcémie et à ne pas écarter cette dernière en l’absence de polyuro-polydipsie.

LES CSA MÉTASTASERAIENT AUX NL “SOUS-LOMBAIRES”

Plus de 50 % des chiens atteints d’un CSA présentent des métastases au niveau des nœuds lymphatiques (NL) iliaques médiaux (improprement appelés “sous-lombaires”) [1, 5]. Ces NL constituent le site de métastase préférentiel. Une lymphadénopathie iliaque est détectée dans 47 % des cas de cette étude, sur la base d’une radiographie ou d’une échographie abdominale. Seules douze biopsies ont été réalisées et ont confirmé la présence de métastases. L’absence de différences significatives dans la médiane de survie entre les chiens présentant une adénopathie iliaque médiale et ceux qui en sont indemnes peut s’expliquer par la mauvaise sensibilité de la radiographie abdominale pour détecter une lymphadénomégalie. Des nodules pulmonaires compatibles avec des métastases ont, enfin, été identifiés dans huit cas. Ce résultat doit donc amener à inclure l’imagerie des poumons dans le bilan d’extension à distance.

Conclusion

Le principal intérêt de cette étude est de modifier certaines idées reçues longtemps véhiculées sur les CSA. Il est ainsi intéressant de constater que ces néoplasmes touchent à parts égales les mâles et les femelles, et parfois des chiens d’âge moyen. Les données rapportées sur les médianes de survie pour chaque groupe de traitement restent plus difficiles à interpréter. En raison de la nature rétrospective de cet essai, les différences observées ou non peuvent toujours résulter d’un biais de sélection. Pourquoi, par exemple, la médiane de survie des chiens opérés est-elle plus élevée ? Une première explication rationnelle peut être que la chirurgie assure un bon contrôle local de la tumeur, donc du cancer, pour autant que des métastases ne se soient pas développées préalablement. Cependant, une deuxième explication, tout aussi valable, serait que certains chiens ont été opérés parce qu’ils étaient considérés comme de meilleurs candidats chirurgicaux en raison d’un processus tumoral localement moins invasif.

Références

  • 1. Bennet PF, DeNicolas DB, Bonney P et coll. Canine anal sac adenocarcinomas: clinical présentation and response to therapy. J. Vet. Intern. Med. 2002;16:100-104.
  • 2. Berrocal A, Vos H, Van den ingh TS et coll. Canine périnéal tumors. Zentralbl. Veterinarmed. 1989;36:739-749.
  • 3. Elliot J, Dobson JM, Dunn JK et coll. Hypercalcemia in the dog: a study of 40 cases. J. Small Anim. Pract. 1991;32:564-571.
  • 4. Goldschmidt MH, Zoltowski C. Anal sac adenocarcinoma in the dog: 14 cases. J. Small Anim. Pract. 1981;22:119-128.
  • 5. Ross JT, Scavelli TD, Matthiesen DT et coll. Adenocarcinoma of the apocrine glands of the anal sacs in the dog: a review of 32 cases. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 1991;27:349-355.

RÉSUMÉ

OBJECTIF

Préciser le signalement, les signes cliniques, le comportement biologique et la réponse thérapeutique des carcinomes des sacs anaux (CSA) chez le chien.

MATÉRIEL ET MÉTHODE

Cette étude rétrospective multicentrique porte sur 113 cas de CSA confirmés histologiquement chez le chien. Les informations relatives au signalement, aux signes cliniques, aux résultats des examens complémentaires, aux traitements (chirurgie, radiothérapie et/ou chimiothérapie) et aux médianes de survie sont rapportées. La durée de survie est calculée entre le premier jour du traitement et la date de la mort du chien, quelle qu’en soit la cause.

RÉSULTATS

• Le sex-ratio mâle/femelle est de 46/54.

• 27 % des chiens présentent une hypercalcémie ; 47 % ont une adénomégalie des nœuds lymphatiques (NL) iliaques médiaux sur base d’une radiographie ou d’une échographie abdominale.

• La médiane de survie des chiens présentant une adénomégalie des NL iliaques médiaux n’est pas significativement différente de celle des chiens qui en sont indemnes.

• La médiane de survie pour les chiens traités est de 544 jours (0 à 1 873 jours) ; la probabilité de survie à 2 ans est de 37 %.

• La médiane de survie est significativement plus faible : premièrement, chez les chiens traités avec une chimiothérapie seule (212 jours), comparativement aux autres thérapeutiques (584 jours) ; et, secondement, chez les chiens n’ayant pas bénéficié d’une intervention chirurgicale (402 jours), par rapport aux animaux opérés (548 jours).

• Les chiens qui présentent des métastases pulmonaires ont une médiane de survie significativement plus courte (219 jours), comparé aux animaux qui en sont indemnes (548 jours).

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter

Découvrez en avant-première chaque mois le sommaire du Point Vétérinaire Expert Canin et Expert Rural.

Retrouvez-nous sur
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...