Le point Vétérinaire n° 308 du 01/09/2010
 

CANCÉROLOGIE BOVINE

Thérapeutique

Béatrice Bouquet

8, rue des Déportés
80220 Gamaches

Les options thérapeutiques face à ces “cancers” fréquents reflètent un peu l’évolution des temps en médecine vétérinaire rurale.

Une étude américaine récente remet au goût du jour la “simple” exérèse chirurgicale, c’est-à-dire l’énucléation pour la forme oculaire, pratiquée chez l’animal debout [5]. L’accent est mis sur le devenir des bovins ainsi traités (53 cas opérés à l’université du Kansas de 1998 à 2006). Une seule récidive est observée (sans doute sous-estimée), sans résection étendue, des nœuds lymphatiques régionaux par exemple (comme autrefois conseillé) [1]. Les complications infectieuses sont à gérer, mais n’empêchent pas les retours en production.

La confiance revenue dans la chirurgie va peut-être rasséréner les praticiens qui ont vu disparaître de l’arsenal thérapeutique les extraits de Mycobacerium chelonœ (M.CH®) [2]. Sous diverses formes (y compris par le biais de complémentations), l’immunothérapie avait en effet ses adeptes pour stabiliser ces carcinomes d’évolution lente, notamment en relais d’une intervention [2, 6].

Dans la même optique, l’avenir est aussi peut-être à des approches thérapeutiques médicales transposées de la médecine humaine et équine : les inhibiteurs de la cyclo-oxygénase (cox)-2 semblent efficaces [4]. La cox-2 intervient dans la production de prostaglandines qui contrôlent la croissance cellulaire, et le développement et la progression des cancers. En médecine vétérinaire, le firocoxib est disponible, avec une autorisation de mise sur le marché (AMM) ostéo-articulaire chez les équins (Equioxx®), mais il dispose d’une limite maximale de résidus (LMR, temps d’attente forfaitaire de 28 jours).

Ces approches individuelles et curatives peuvent aussi être jugées dépassées, et un abord préventif et global est à préférer : gestion des virus dont l’implication étiologique est suspectée (rhinotrachéite infectieuse bovine [IBR], papillomavirus) ou de l’exposition au soleil, car il s’agit d’un cancer “actino-dépendant” [3]. Plus en amont encore, des choix génétiques sont à effectuer, des races étant plus exposées que d’autres (celles sans pigmentation péri-oculaire : montbéliarde en France), et, au sein d’une même race, certains individus se révélant plus sensibles [2, 3].

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité