Semaine Vétérinaire n° 1573 du 21/02/2014
 

Dossier

Gwenaël Outters*, Valentine Chamard**

Biotoschézipathie, aploutobiopathie, aschézie, néobiotopathie, schézipathie, etc. Ces termes ne vous disent peut-être (encore) rien. Et pour cause, ils font partie de la toute nouvelle nomenclature des troubles comportementaux proposée par l’association Zoopsy et le Groupe d’étude en comportement des animaux familiers, qui entendent donner ses lettres de noblesse à la psychiatrie vétérinaire.

Le comportement est une discipline en pleine mutation, portée par différents courants de pensée en France. Depuis plus de 15 ans, le Groupe d’étude en comportement des animaux familiers de l’Afvac (Gecaf) et l’association Zoopsy développent l’approche médicale des troubles comportementaux. Puis sont apparues des approches éthologiques (en France avec la Société européenne d’éthologie vétérinaire des animaux domestiques, Seevad, ou à l’échelle européenne avec l’European Society of Veterinary Clinical Ethology, ESVCE).

Aujourd’hui, l’École française de psychiatrie vétérinaire évolue pour assumer réellement cette discipline dont le « but est de protéger, améliorer ou rétablir l’équilibre comportemental des animaux domestiques en utilisant tous les moyens disponibles dans le respect de l’animal et de la relation avec ses propriétaires », selon la définition de Zoopsy. C’est ainsi qu’un diplôme universitaire (DU) de psychiatrie vétérinaire (ayant vocation à devenir un master 2), sous la triple égide de Zoopsy, l’université de Lyon et VetAgro Sup, est proposé aux vétérinaires qui ont au moins trois ans de pratique clinique (et aux vétérinaires, médecins, pharmaciens et biologistes titulaires d’un master en éthologie pour la filière recherche).

Cette mutation implique des changements techniques et pratiques1, « mais aussi des bouleversements dans la représentation de la discipline, longtemps considérée comme pudique ou “romantique”, par peur du scepticisme ou des moqueries », souligne Claude Béata, président d’honneur de Zoopsy et président du Gecaf (voir l’interview en page 24). C’est dans cet esprit que les vétérinaires comportementalistes membres de ces deux associations ont réfléchi à une nouvelle nosographie pour les troubles comportementaux du chat, plus adaptée. Dévoilées en avant-première lors du dernier congrès de l’Afvac, ces notions ont été approfondies à l’occasion du cours de base du Gecaf consacré au chat, qui a réuni 70 praticiens du 9 au 11 janvier dernier sur le campus lyonnais.

UNE NOSOGRAPHIE ENRICHIE CHEZ LE CHAT

La nouvelle nomenclature n’est pas simplement sémantique puisqu’elle rend compte du « phénomène dans toutes ses dimensions, en permettant de préciser l’état pathologique de l’animal, en offrant une description multidimensionnelle de l’affection (qui ?, avec qui ?, pourquoi ?, depuis quand ?, etc.) ». Ce changement de nom permet en outre de rectifier des « erreurs ou des malentendus, justifie Claude Béata, et ouvre également de nouveaux horizons pour intégrer des maladies impossibles à décrire antérieurement ». Des noms à consonance scientifique et médicale ont été choisis, fondés sur des racines et un suffixe grecs. Ainsi, la racine “pathos” introduit la notion de souffrance dans les troubles comportementaux. Elle est précédée du préfixe “schézi” lorsqu’il s’agit d’une perturbation des relations, ou de “bioto” pour désigner une intervention du milieu de vie. Selon la même construction, les troubles de l’attachement sont désormais appelés autonomopathies. La nosographie des troubles comportementaux du chat compte désormais une trentaine d’affections (voir tableau ci-contre).

  • 1 Un ouvrage sera publié dans le courant de l’année.

NOUVELLE NOMENCLATURE DES ENTITÉS NOSOGRAPHIQUES CHEZ LE CHAT

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...