La Semaine Vétérinaire n° 1483 du 17/02/2012
 

FORMATION

ÉQUIDÉS

ERIN GILLEM

POINTS FORTS

– L’intervention médicale précoce résout les impactions gastriques dans 90 % des cas avec un taux de récurrence d’environ 11 %.

– Dans les cas plus chroniques, la chirurgie peut être indiquée, mais les complications sont nombreuses et le pronostic réservé.

– Les effets d’une distension importante et prolongée de l’estomac sur sa fonction subséquente restent inconnus.

L’impaction gastrique est une maladie rare et mal définie chez les équidés. Elle est caractérisée par une accumulation persistante et progressive d’aliments déshydratés dans l’estomac qui ne s’évacuent pas après une période de jeûne prolongée.ÉTIOLOGIECette affection peut être d’origine primaire ou secondaire. Les causes primaires incluent les aliments qui gonflent ou se solidifient après l’ingestion (fourrage de mauvaise qualité, pulpe de betterave, graines de kaki), une infection dentaire, un apport d’eau inadéquat, une prise alimentaire trop rapide, une structure pylorique, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité