La Semaine Vétérinaire n° 1435 du 28/01/2011
 

À la une

Marie Sigaud

Beaucoup d’enfants rêvent de devenir vétérinaire pour soigner certaines espèces sauvages charismatiques, telles que l’éléphant, le tigre ou encore le loup. Ils s’imaginent rarement exercer ce métier entre quatre murs. Pourtant, la majorité des jeunes diplômés des écoles vétérinaires s’installeront finalement en clinique canine, loin des réserves de faune sauvage et des animaux en liberté.

Près d’un quart des étudiants vétérinaires de première année placent la faune sauvage en tête des domaines vers lesquels ils souhaitent se diriger à la fin de leur cursus (voir graphique). L’exercice dans le secteur de la faune sauvage revêt de nombreux aspects : travail en parc zoologique, en centre de soins ou de sauvegarde, dans la recherche. Mais peu importe l’orientation choisie en définitive, les places sont toujours chères. Par exemple, dans les zoos français, seuls une dizaine de postes ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité