La Semaine Vétérinaire n° 1374 du 02/10/2009
 

À la une

Agnès Faessel

Depuis le mois de janvier, le Centre de pharmacovigilance vétérinaire (CPV) de Lyon est devenu l’unique destinataire officiel des déclarations de cas d’effets indésirables des médicaments vétérinaires qui émanent des praticiens français. Dans les faits, les confrères s’adressent également aux laboratoires pharmaceutiques.

Le CPV (common procurement vocabulary) est le vocabulaire commun pour les marchés publics de l’Union européenne. Pour les vétérinaires, c’est aussi le sigle du canine parvovirus ou encore du chronic paralysis virus, agent de la maladie noire des abeilles… Mais le CPV, c’est surtout le Centre de pharmacovigilance vétérinaire, situé à Marcy-l’Etoile, au sein de l’école vétérinaire de Lyon. Depuis la fermeture du centre de Nantes fin 2008, il est devenu l’unique destinataire officiel des déclarations de pharmacovigilance effectuées par ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité