Semaine Vétérinaire n° 1337 du 28/11/2008
 

À la une

Nathalie Devos

20 % des races d’élevage sont classées à risque d’extinction selon un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’extension des systèmes intensifs qui utilisent un nombre restreint de races, les épizooties ou encore le développement des biocarburants menacent la diversité des animaux d’élevage. Pourtant, cette dernière est nécessaire pour faire face au réchauffement climatique, par exemple, ou en termes de résistance aux maladies.

La gestion raisonnée de la biodiversité animale est une nécessité qui, fort heureusement, commence à être aujourd’hui sérieusement prise en compte. Outre la faune sauvage, le secteur de l’élevage doit retenir également l’attention. Il sera en effet amené à subir de vastes changements dans les décennies à venir. D’une part, la demande internationale en protéines animales devrait doubler d’ici à une quarantaine d’années. La production mondiale de viande pourrait ainsi atteindre 465 millions de tonnes, tandis que celle du lait ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité