Semaine Vétérinaire n° 1334 du 07/11/2008
 

À la une

Nicolas Fontenelle

Dans sa pratique quotidienne, chaque vétérinaire doit se conformer au Code de déontologie. Un jour, une lettre recommandée peut apprendre au praticien qu’une plainte est déposée contre lui pour une infraction supposée à ce code. La surprise ou l’angoisse passée, comment cela va-t-il se passer ? Que va-t-il vivre ? Décryptage.

La mise en accusation Dès qu’une plainte est déposée à l’encontre d’un vétérinaire, une procédure disciplinaire s’engage. La plainte peut émaner du préfet (Direction des services vétérinaires), du procureur de la République, du président du Conseil supérieur de l’Ordre ou du président du conseil régional ordinal agissant d’office, c’est-à-dire qui s’autosaisit après avoir eu connaissance d’un fait ou d’un comportement qu’il estime contraire au Code de déontologie. Il arrive aussi, bien entendu, que la plainte émane d’un confrère ou d’un client. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité