Semaine Vétérinaire n° 1192 du 03/09/2005
 

Les collerettes pour chats et chiens

Gestion

S’équiper

Benoît Rannou

Le port d’un carcan est généralement obligatoire après une opération, car il évite que l’animal mordille et lèche le pansement ou la plaie. Il est aussi parfois nécessaire en dermatologie, lors de pyodermites sévères.

Si le carcan, outil indispensable, fait partie du quotidien du praticien, les propriétaires le perçoivent comme une contrainte supplémentaire importante pour l’animal qui vient de subir une intervention chirurgicale. Son utilisation est donc moins anodine qu’il n’y paraît.

LE CARCAN TRADITIONNEL, SIMPLE ET CLASSIQUE

Il s’agit du plus connu. Il correspond à la collerette en polyéthylène opaque, relativement rigide, qui se ferme à l’aide d’une languette et s’adapte sur un collier classique à l’aide de trois ou quatre passants (voir photo 1). La plus vendue est le modèle Blister®, du laboratoire Kruuse (qui existe en huit tailles pour les chiens et les chats).

Ce type de carcan a l’avantage d’être bon marché et de prévenir tout léchage. En outre, il empêche le grattage de la face. Sa mise en place est relativement aisée et rapide.

Il présente cependant plusieurs inconvénients : les animaux cognent continuellement leur collerette contre tout ce qui les entoure (murs, sol, genoux des propriétaires, etc.), leur champ de vision est considérablement réduit, ce qui peut être perturbant (par exemple, les chats ont tendance à reculer), ils rencontrent des difficultés à manger et à boire, la plaie racle sur la collerette. Par ailleurs, les collerettes se salissent rapidement, surtout si la plaie est localisée au niveau de la face.

LES COLLERETTES TRANSPARENTES POUR UNE VISION LARGE.

Le modèle Buster® transparent (Kruuse) est celui qui se rapproche le plus du carcan classique. Il existe dans des tailles équivalentes et dispose du même système d’attache que le carcan Blister®.

La collerette Clic Collar UU® est relativement similaire. Le seul changement concerne le système d’attache, plus simple que la languette du Buster®.

Outre sa transparence, la collerette Transcol® de Génia (voir photo 2) présente deux innovations par rapport au Buster® classique : une coloration selon la taille et une attache par languette courte. Par ailleurs, les collerettes sont livrées dans des pochettes transparentes, ce qui permet de les stocker directement dans leur emballage. D’autre part, la couleur apporte un peu de fantaisie à un instrument que les propriétaires jugent désagréable pour leur animal. Il leur est en outre plus facile de manipuler la languette que l’attache du carcan Buster®.

La collerette de 3M® est également transparente et possède un système de fermeture par ruban adhésif (fermeture 3M Scotchmate®). Cela permet un réglage plus précis du périmètre de l’encolure et rend ainsi facultatif l’attache de la collerette au collier. Un bord en mousse évite les frottements agressifs au niveau du cou.

LES COLLERETTES SOUPLES, SURTOUT UTILES CHEZ LE CHAT.

En tissu imperméable, elles sont plus agréables pour l’animal qui tolère généralement mal les carcans rigides. Elles lui permettent de ne plus se cogner contre tous les objets de son environnement.

Ces collerettes préviennent le léchage des plaies ou des cicatrices. Cependant, les chats arrivent parfois à les plier et à se lécher. Elles sont donc en général moins efficaces que les collerettes rigides.

LE PROPAL®, UN CARCAN ATYPIQUE.

Le Propal® s’éloigne du carcan classique. Il est en effet constitué de deux arceaux placés sur les vertèbres cervicales et lombaires et de deux baguettes rigides, appelées raidisseurs (voir photo 3). L’ensemble est solidarisé par quatre clips et deux sangles. Les deux baguettes doivent se positionner au-dessus de l’aile du bassin (sans buter contre ce dernier) et laisser les mouvements de la tête et du bassin libres.

Ce dispositif empêche l’animal de se retourner pour lécher une plaie située sur la partie arrière du corps et d’utiliser ses pattes arrière pour se gratter. Toutefois, il parvient à se gratter la face et à se lécher les extrémités des pattes avant.

Comme pour le collier Lune® (voir encadré), le champ de vision est conservé. L’animal ne heurte plus les objets environnants et la prise alimentaire est aisée.

Le Propal® existe en plusieurs tailles. Cependant, une fois sur deux, un thermoformage des arceaux est nécessaire (il faut les tremper soixante secondes dans de l’eau à 60 °C). Une fois ramolli, l’arceau est placé sur le chien ou le chat puis modelé suivant sa morphologie. Même en l’absence de thermoformage, le temps de montage est plus long que pour une collerette classique. Or un bon ajustement est nécessaire pour garantir l’efficacité du Propal®. Ce dernier est aussi plus cher. Comme le collier Lune®, il peut être loué, car les clips nécessaires à sa fixation peuvent être achetés séparément. Cependant, le temps de montage et la nécessité de le thermoformer dans la moitié des cas rendent cette location moins souple que pour le collier Lune®. La deuxième possibilité est de vendre le Propal® en insistant sur le montage “sur mesure” et sur la possibilité de l’utiliser tout au long de la vie de l’animal.

Dans tous les cas, le praticien semble avoir intérêt à disposer d’au moins deux ou trois systèmes différents de carcan, pour pouvoir répondre aux attentes de l’ensemble de la clientèle et proposer une solution de rechange si l’animal ne supporte pas celui qui a été posé.

Le collier Lune®, un bon compromis

Le collier Lune® est un descendant du carcan traditionnel. Il correspond à une bouée gonflable placée autour du cou de l’animal, qui l’empêche de mordiller ou de lécher une plaie ou un pansement. Il est en fait composé d’un élément gonflable en PVC logé dans une housse protectrice résistante et lavable et d’une sangle de fermeture réglable par un ruban auto-agrippant. Il peut être fixé au collier par trois passants répartis sur la circonférence intérieure de la housse.

L’un des avantages du collier Lune® est de préserver un champ de vision normal. La housse protectrice rend le nettoyage du carcan relativement aisé. En outre, sa mise en place est particulièrement facile. Différentes tailles existent, ce qui permet de l’utiliser chez les chats et des chiens de différents gabarits.

En contrepartie, ce collier a l’inconvénient de ne pas éviter totalement le grattage de la face. Il est aussi plus cher qu’un carcan traditionnel.

B. R.

1 - La pose d'un carcan classique évite ici que l'animal arrache sa sonde naso-oesophagienne.

2 - Les modèles Tanscol(r) ont une couleur différente selon leur taille et disposent d'une attache par languette courte.

3 - Le modèle Propal(r) permet un montage “sur mesure”

Comparaison de six modèles de carcan

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...